AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne un ancien chanteur/pornstar devenu jardinier avec le scénario de Mathilda Lovewell, Clyde McPhee !
Des scénarios en folie
Rejoins une famille de pirates avec le scénario d'Arsenia Sabordage, Flavia Sabordage ! Twisted Evil
Des scénarios en folie
Rebelle-toi contre la hiérarchie du sang avec le scénario d'Abel Schmidt, Hywel Davies !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
Nous manquons de moldus
Ce sujet te donnera sûrement envie de te lancer ! En plus, pour chaque moldu ramené sur le forum, gagne le double de points

❝ ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4 ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Le Centre
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1269
Date d'inscription : 04/09/2016
ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Ven 16 Juin - 21:01

ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4



Murphy O'Ryan, Agapanthe Kirke, Salazar Sabordage, Abel Schmidt, Cecilia Munro, Mathilda Lovewell, Alfie Lockwood, Isaïe Saab


Avalon, 24 juin 2046, 14h56

La foule se presse, oppressante mais bien rangée et bien alignée, vers la grande porte. Philibert Fanchon, basique de rang deux, oscille entre l'excitation nerveuse et la fascination. Car c'est la toute première fois que Philibert se rend à Avalon ! Il faut dire qu'il quitte assez peu sa petite ville de Bourg Palette, dans le Yorkshire, où il tient le fameux magasin de farces et attrapes magique, Trick'n'Truite. Enfin, fameux ... Les affaires ne sont pas très bonnes, depuis quelques temps. Du coup, son fils aîné lui reproche de ne pas venir lui rendre visite plus souvent maintenant qu'il a pris femme. Une petite basique de même rang tout à fait bien sous tous rapports que Philibert apprécie beaucoup. Il est très fier que Matthew ait trouvé une épouse si respectable qui lui donnera certainement des enfants de bon sang. Des rangs trois, vous rendez-vous compte ? Alors que ces pensées le traversent - certainement pour oublier la fouille zélée des Pacificateurs patibulaires alors qu'il se rapproche de l'entrée -, il est brusquement ramené à la réalité par un officier. « Papiers. » Manquant d'en lâcher son feutre du dimanche, Philibert s'empresse de fouiller son veston tout neuf par des gestes fébriles. « Oui, oui ! Bien évidemment ! 'Sûr ! » Précieux sésame enfin apparut, il le remet au Pacificateur. Enfin, il peut passer. Enfin, Philibert Fanchon va pouvoir découvrir la grande capitale sorcière de ses propres yeux.

Après un passage par le quartier des Arènes où Philibert aurait juré entendre quelques grognements peu humains, il débouche sur la grande place pleine à craquer. Son regard ne sait où se poser face au débordement d'informations qui l'assaille. Le verre de ses lunettes reflète le soleil moribond, parfois voilé par des ombres. Il lève la tête, ses prunelles rencontrant les silhouettes menaçantes de cinq Détraqueurs planant au-dessus du public. Gloups. Puis, décidant qu'il vaut mieux ignorer ce point au risque de faire un malaise prématuré, il se rassure quelque peu à la vue des buffets garnis non loin. Fontaines de chocolat, chocolats chauds, tablettes appétissantes ... Il manque d'en saliver, mais est attiré par autre chose. Non loin de l'estrade, on s'agite dans une tribune. Et pas n'importe laquelle, semble-t-il, au regard des beaux vêtements et autres bijoux scintillants que Philibert peut apercevoir ! De grands gens ! Des sang-pur ? Employés du Ministère ? Oui, des stars de la TVM et de la Gazette, à n'en pas douter, même si sa vue défaillante ne lui permet pas de reconnaître les visages. Serrant un peu plus son feutre entre ses petites mains, le basique se sent sourire bêtement. Quelques générations encore et peut-être que l'un de ses descendants sera parmi eux ! Il y croit ! Alors non, il ne sera plus là pour le voir, très certainement, mais cette perspective l'enchante tout de même. Gloire au Lord !

Cependant, Philibert n'a guère le temps de s'épancher davantage. « Mesdames ! Messieurs ! Sorciers ! Sorcières ! » La voix rendue tonitruante par un amplificatum ramène instantanément tout l'intérêt de la foule sur l'estrade. Philibert reconnaît celle d'un célèbre présentateur de la TVM, Karim Smatik. « Je vous demande votre attention et vos huées les plus retentissantes, les plus tintamarresques, les plus claironnantes et les plus fulminantes, pour ... » De la main, il balaie la scène derrière lui où les Pacificateurs commencent à faire monter plusieurs personnes aux têtes basses et vêtues de guenilles. « ... Nos traîtres ! »  A peine a-t-il terminé qu'une immense clameur assassine envahit le public. Philibert hésite un instant, un peu timide, avant de siffler avec conviction. De plus en plus de conviction. Bientôt, une vingtaine de personnes est alignée en rang d'oignons. Certains regardent droit devant eux, d'autres pleurent à chaudes larmes, d'autres encore sont inexpressifs. Mais tous sont pieds et poings liés, enchaînés les uns aux autres. Pour l'heure de leur mort. D'un nouveau geste, Karim intime à la foule de se taire. « Parfait, excellent ! Et maintenant, je vous prie d'accueillir, cette fois avec les immenses honneurs qui lui sont dus, notre cher, notre merveilleux et unique, Ministre de la Magie ! Gloire au Lord ! Loué soit Mervyn Kark ! »

Alors, l'écran géant révèle la silhouette du plus grand sorcier de notre temps. « Gloire au Lord ! Loué soit Mervyn Kark ! » répète Philibert Fanchon, le torse gonflé de fierté dans son veston, le feutre bien ramené contre lui avec déférence, la voix claire et forte. Philibert est heureux. Philibert va assister à sa première exécution. Déjà, il sait, il est persuadé que cette journée restera gravée dans son esprit jusqu'à la fin de ses jours.


Avalon, place de l'Ascension, 24 juin 2046, 15h30

« Gloire au Lord ! Loué soit Mervyn Kark ! »  Il y avait quelque chose de délectable dans ces mots. Un je-ne-sais-quoi qui rendait douloureux chacun de ses efforts pour maintenir une figure sérieuse. Mervyn exultait, enivré par un contentement qui flattait son égocentrisme. Plus que la gloire, il y avait la satisfaction viscérale de voir un plan se dérouler tel qu’il l’avait imaginé. La foule réagissait tel qu’il l’avait décidé. Plus puissant qu’un imperium, il y avait Mervyn Kark. Difficile, en ces circonstances, de troquer son éternel sourire goguenard pour la figure solennelle du Ministre de la Magie. Il le fallait pourtant. Mervyn quitta la confortable loge ministérielle pour gagner le pupitre qui l’attendait. Il ne leva pas un bras, n’accorda pas à un sourire à la foule qui continuait de scander son nom. Impossible de briser le cérémonial qu’il avait conçu. D’un calme glaçant, il parcourut la foule de son regard d’acier, avant de lancer un sonorus magistral. « Mes chers confrères Sang-Pur, » son regard avisa l’espace un peu moins dense où avait été regroupé ceux de son sang, avant d’embrasser l’entièreté de la marée humaine qui lui faisait face « Citoyens Sorciers, Serviteurs Moldus, merci d’avoir répondu à l’appel du Ministère. Merci, par votre présence, de m’accorder encore une fois votre soutien inébranlable. J’eus préféré vous réunir sur cette place en des circonstances plus heureuses, mais l’heure des fêtes est terminée. Nous vivons de nouveau des temps incertains, les traîtres tapis dans l’ombre de nouveau tentent de briser notre équilibre. La paix que nous avons connu ces quinze dernières années est en péril. Il est temps que tout le monde en prenne désormais conscience. » Humectant ses lèvres, il marqua un temps d’arrêt savourant le silence que ses mots avaient provoqué. « Mais rassurez-vous, le ministère agit, le ministère sait et voit tout ce que trament ces adorateurs du chaos. Le ministère vous protège. Je ne laisserai pas ces terroristes nous arracher notre paix chèrement acquise. Aussi, je vous prends aujourd’hui tous et toutes à témoin, je débusquerai chacun d’entre eux, chaque sympathisant, et appliquerai la seule sentence que méritent ces traîtres : la mort. Trahissez le régime, et quelque soit votre sang, vous mourrez. Rien n’efface le parjure, rien ne saurait le pardonner. Amenez Miss Stains. » Deux pacificateurs firent léviter une petite blonde jusqu’au petit périmètre de scène occupé par les détraqueurs. Son corps était secoué par de petits sanglots, où se perdait dans des larmes suffoquées quelques mots confus. « juste…musique… une chanson… » D’un sort, Mervyn la fit lourdement atterrir, avant de la contraindre à ployer l’échine devant lui. « Vous êtes nombreux à reconnaître la très talentueuse Miss Stains, bassiste des Deathly Wizards. Ce que vous ignorez, c’est que Miss Stains et son groupe pactisent avec les terroristes Phénix, en composant, en enregistrant, et surtout en diffusant des chansons en leur gloire. » Une vague de sifflets et d’insultes agita la foule, arrachant de nouveau petits sanglots saccadés à la jeune Betty Stains.  « Miss Stains, en trahissant le régime, vous nous avez tous trahi. Il est temps pour vous de recevoir votre châtiment. » D’un signe de la main, le Kark intima aux détraqueurs de plonger sur la jeune sorcière. La petite bassiste des Deathly Wizards poussa un hurlement déchirant alors que d’un long baiser, les détraqueurs lui arrachaient son âme. Puis, plus rien. Les sinistres créatures s’écartèrent. Plus de sanglots, plus de cris. Des émotions qui avaient un jour habité Betty il ne restait plus rien. Son regard était vide, aussi vide que la coquille qu’elle était devenue. Mervyn se fendit d’une moue dédaigneuse, alors que déjà les pacificateurs évacuaient la traîtresse. « Olaf Fondudezik.» appela-t-il. Tout ne faisait que commencer.

Avalon, place de l'Ascension, 24 juin 2046, 15h39

Tapis dans la foule, ils attendaient le signal en faisant mine d’approuver les méthodes horriblement despotiques de Kark. Quant à lui, sa main caressait distraitement les fumigènes tapis au fond de sa poche. Il avait revêtu pour l’occasion ses plus beaux habits pour se fondre dans la masse de fanatiques du régime en place, et ses cheveux étaient séparés en deux masses blondes égales par une raie au milieu. Mais personne autour de lui ne semblait s’apercevoir de sa présence. Des moutons, grinça Thomas entre ses dents. A côté de lui, deux jeunes femmes observaient Mervyn Kark, perché sur l’estrade en train de faire son discours, comme s’il était un envoyé d’une puissance divine. Des groupies du régime en place. Incapables de réaliser l’ironie de ce qui était en train de se passer. Sur scène, la vingtaine de prisonniers restait immobile. Cependant, ce n’était pas eux qui étaient liés. Non, eux étaient libres. Les véritables fers étaient ceux qui emprisonnaient l’esprit des cerveaux étriqués de la foule qui l’entourait. La propagande, l’éducation, l’adulescence de la pureté du sang. Tout cela constituait une prison bien plus efficace et bien plus contraignante que toutes les chaînes physiques que l’on pouvait imposer aux esprits libres.  
Mais bientôt ces esprits seraient libres, psychiquement et physiquement : les Phénix étaient tapis dans l’ombre, prêts à libérer les déchus afin de leur permettre d’agir à leur côté pour une société plus juste, plus ouverte d’esprit….
Tout à sa réflexion – et à sa critique philosophique – Thomas ne remarqua pas tout de suite les actions qui se tinrent sur scène. Ce ne fut qu’en voyant la personne à côté de lui porter sa main à sa poitrine qu’il s’arracha à ses pensées et constata avec effroi que le Détraqueur présent en retrait sur l’estrade depuis le début de la “cérémonie” s’était rapproché de l’un des exécutés pour lui donner son baiser mortel. Thomas paniqua. C’était plus rapide que prévu. Ils devaient avoir un peu plus de temps à la base ! S’ils tardaient plus, les Pacificateurs, ces pourris, allaient exécuter pour de bon la moitié des prisonniers avant même que les Phénix n’agissent ! Et ça, ce serait la ca-tas-trophe !

Il fallait agir, et maintenant. Thomas regarda autour de lui, avisa un Phénix plus loin dont il croisa le regard, et décida d’agir avant l’heure prévue.  Il serra les dents pour étouffer un juron, prit une inspiration, attrapa les fumigènes dans sa poche et les lança le plus loin possible en direction de l’estrade.

Le signal était lancé. Déjà d’autres boules étaient lancées au sein de la foule, dégageant une fumée opaque qui obscurcissait la vue, cachant l’estrade aux regards. Thomas n’était pas peu fier, sur le coup. Thomas sourit et sortit sa baguette pour se mettre en garde et observa autour de lui : c’était la débandade, comme prévu. Déjà les gens courraient dans tous les sens, baguettes sorties et mines paniquées. On se méfiait du prochain, on tentait de fuir. Tant pis pour les exécutions. Et c’était pile ce que les Phénix souhaitaient. Non loin de lui, il entendit le rire distinctif d’Obbie, qui comme à son habitude semblait s’éclater dans le chaos. C’est ça : ils allaient foutre le bordel, sauver les prisonniers, et buter du Mangemort au passage !


L’ÉQUIPE DE FILET DU DIABLE
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1269
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Ven 16 Juin - 21:02
Règles


Avant de vous immerger pleinement dans l'event, et de renoncer à toute vie sociale pendant deux semaines, il est nécessaire que vous lisiez les règles suivantes. Sans quoi, l'event ne pourra pas bien se passer !

ϟ Vous n’avez droit qu’à 1 attaque par rp. Par attaque on veut dire, sort offensif, coup de pied ou autre, potions ou usage d’artefacts pouvant nuire à vos ennemis. Et par nuire, on n’entend pas seulement le blesser mais également le bloquer dans son avancée.

ϟ L’usage des sorts défensifs est interdit. Pourquoi ? Cela ralentie le jeu et n’apporte pas grand chose. Toutefois lorsque votre ennemi n’a pas de chance avec le dé et que le sort n’atteint pas sa cible, vous pouvez tout à faire dire que votre personnage a lancé un protego au bon moment pour contrer le sort.

ϟ Pour chaque action offensive lancée, vous devez vous servir du dé. Mais pas forcément pour dire si elle fonctionne ou non. Vous êtes libre d’adapter ces lancers comme bon vous semble. Cela dit, si dans chaque proposition de dé vous vous retrouvez gagnant, et ce à chaque tour, nous sommes en droit de vous demander de changer. Ce système ne peut fonctionner que si tout le monde fait preuve de fair-play. Nous vous rappelons que l'usage d'une potion autre qu'une potion de soin est une action offensive.

ϟ Quant aux sorts accessoires, tels que « Accio », « Lumos », ou encore « Nox », ils ne sont pas réglementés. Vous pouvez en utiliser autant que vous voulez, sans avoir à lancer le dé. Mais attention, un sort accessoire ne doit en aucun cas être détourné en sort offensif. Créer un éboulement pour bloquer le passage à vos ennemis, c’est une attaque. Un sort accessoire ne doit pas être un moyen pour les grosbills de lancer plusieurs attaques par tour.

ϟ En ce qui concerne les sorts de soin, le dé est également obligatoire, et déterminera la réussite du sort ou non. Là encore, le bon sens est de rigueur. Ce n’est pas parce que les dés sont gentils avec vous que votre personnage inculte en matière de médicomagie pourra se guérir entièrement.
Cette règle ne s’applique pas aux médicomages titulaires, ainsi qu'aux potions de soin qui peuvent être utilisées sans lancer de dé.

ϟ Petit rappel : vous n’avez pas le droit d’acculer complètement votre adversaire dès le début de l’event. Qu’entendons-nous par acculer ? Et bien, par exemple, c’est lui prendre sa baguette et la briser en mille morceaux. Cela paralyse complètement le joueur ! Acculer, c’est aussi le laisser pour mort dans une mare de sang. Comment voulez-vous qu’un personnage agonisant puisse continuer l’event dans cette situation ?
Vous êtes libres de vos actes, tant que ces derniers n’entravent pas trop la liberté de vos camarades de rp. On ne vous dit pas de vous faire des bisous, ni qu’à la fin de l'event il faille que le plus gros bobo soit une entorse et un gros bleu à la fesse droite ! Non, on vous dit seulement d’attendre les derniers tours de l’event pour mettre vraiment K.O vos adversaires. Commencez doucement pour pouvoir mieux terminer en beauté !

ϟ N’oubliez pas que la magie noire ne s’utilise pas comme un petrificus totalus. Elle est difficilement contrôlable, peut se retourner contre son lanceur et, surtout, laisse des séquelles à vie. Alors réfléchissez avant de lancer un feudeymon pour tuer tout le monde. Le sectumsempra est quant à lui interdit.


Tout le monde est prêt ? Ready for the shooooow !


L’ÉQUIPE DE FILET DU DIABLE
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1269
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Ven 16 Juin - 22:30


Les Détraqueurs se penchèrent en avant, leur bouche béante émettant un râle lugubre annonciateur des pires cauchemars. Malgré le beau soleil de juin trônant fièrement au-dessus de la place de l'Ascension, Isis ne put réprimer le frisson qui lui remonta alors le long du dos tandis que Betty Stains poussait un ultime hurlement. Pourtant, son visage se fendit bel et bien d'un sourire. Un sourire discret, certes – elle n'avait jamais été le genre de personne à afficher ostensiblement son plaisir – mais un sourire tout de même. Justice avait été rendue. L'héritière Lestrange se redressa sur son siège à cette idée, rajoutant encore un peu de prestance à son port royal. Elle ne serait jamais une adoratrice de Mervyn Kark, mais elle devait reconnaître qu'il ne manquait pas de panache. Le Ministre savait s'y prendre pour organiser un spectacle ! … Tout comme les Phénix savaient s'y prendre pour tout gâcher.

Et comme cela, d'une seconde à l'autre, la liesse populaire vira à la panique. Le carré VIP réservé aux sang-pur fut pris d'assaut par de nombreux fumigènes et Isis fut bientôt incapable de voir plus loin que le bout de son nez. Une première personne la heurta de plein fouet dans la bousculade. Elle s'y agrippa fermement, mais constatant qu'il ne s'agissait pas de sa cousine, elle repoussa l'étranger avec un grondement de chat sauvage. Au deuxième coup d'épaule qui vint lui labourer le dos, elle n'y tint plus et sortit sa baguette de la manche de sa robe, se frayant déjà un passage à travers la foule pour sortir de l'opaque nuage de fumée qui la retenait prisonnière. La plupart des gens n’avaient aucune idée de ce qui se passait réellement ou de ce contre quoi ils étaient sensés se défendre. Ils couraient en tous sens à la recherche d’une issue. Se frayer un passage à travers cette foule paniquée n’était pourtant pas aussi laborieux qu’on aurait pu le penser. La terreur dont ils étaient saisis en faisait des proies faciles. Ainsi, Isis avançait d’un pas égal et rapide que rien ne semblait pouvoir enrayer. Au milieu de la pagaille ambiante, son imperturbable froideur la faisait passer pour un ovni. Sa baguette magique fendait parfois l’air pour la débarrasser d’un obstacle, mais l’aura à la fois farouche et inquiétante qui émanait d’elle suffisait souvent à lui ouvrir la voie. Cela faisait bien des années qu'elle s'était pas retrouvée au milieu d'une agitation pareille, mais les réflexes avaient la vie dure...

* * *

Kristin avait passé la sécurité sans difficulté, personne n’avait eu l’idée de fouiller dans ses cheveux où elle avait dissimulé sa lame fétiche, celle avec laquelle elle avait entaillé la peau du rafleur qui avait failli l’attraper lors de sa fuite dans les années 2020 : les gens sous-estimaient toujours les autres quand ils n’avaient pas la main sur leur baguette. Au cours de sa vie, tout le monde avait toujours sous-estimé Kiki : elle avait une allure frêle, des cheveux qu’elle préférait laisser vivre leur vie d’un roux éclatant et, surtout, un air mi-rêveur mi-naïf imprimé sur le visage. Mais tout cela n’était qu’enveloppe : elle était redoutable au corps à corps. Elle savait comme faire cracher les chicots à ceux qui l’approchaient de trop près même sans baguette.

Sa combinaison jaune moutarde, à la matière fluide, lui avait permis aussi de dissimuler ses deux petites bourses à l’intérieur de ses cuisses, si haut que personne n’avait songé à tâter la zone.

Une fois le signal lancé, Kiki attacha le foulard assorti à sa tenue autour de son visage. C’était plus pour la forme, pour le symbole de résistance qu’il représentait à ses yeux. D’un geste rapide et précis, elle glissa la main dans sa crinière et en retira l’arme qu’elle cala dans sa ceinture puis, d’un claquement sec de talon, elle fit glisser les bourses qu’elle glissa dans son décolleté. « En avant ! » D’un coup de baguette, elle éloigna la fumée autour d’eux, leur offrant une visibilité limitée mais utile. Il ne restait plus qu’à surveiller l’avancée des alliés et trouver par où sortir ensuite, enfin, quoi faire péter. Et faire du vide, c’était quelque chose que Kiki aimait de plus en plus au fil des années. « Ne vous séparez surtout pas ! Restons groupés ! Et n’hésitez pas à buter ceux qui le méritent ! » Kiki n’avait que peu de temps pour assembler la poudre explosive qu’elle avait glissé entre ses seins. Mais elle devait surtout mélanger le tout au dernier moment, juste avant d’y glisser l’étincelle qui ferait péter le mur de la sortie. Et ces poudres, elle devait surtout les protéger des sorts sous peine d’exploser elle-même. « N’oubliez pas de ne pas rester trop collés à moi surtout ! » Juste au cas où. Et un éclair rouge la frôla. Venu du ciel. Elle lança trois éclairs au hasard, espérant bien avoir touché un tireur d’élite au passage.


Informations complémentaires

Contexte
ϟ Ça ne rigole plus ! Après presque un an de lutte contre les deux factions anti-régime, le Ministère, et surtout son ministre, a décidé d’envoyer un message clair aux terroristes et à leurs sympathisants. Mervyn Kark a décidé de faire exécuter une vingtaine de sorciers et moldus soupçonnés de ne pas être fidèle au régime, dont tous les membres du groupe de musique en vogue :  The Deathly Wizards. Tout le monde est convié à se rendre sur la place de l’Ascension pour assister à cette démonstration de force de la part du Ministère.

ϟ Mais les phénix, encore une fois alliés à la Nouvelle Inquisition, en ont décidé autrement. Après que Betty Stains, bassiste des Deathly Wizards se soit fait aspirer l’âme, les deux factions passent à l’action et des fumigènes sont envoyés sur la place, brouillant complètement la vue de la foule qui panique et tente de fuir, provoquant des mouvements de foule importants sur la place. Certains groupes, alliant Phénix et Inquisiteurs, ont pour mission d’aller récupérer les prisonniers, d’autres de permettre un échappatoire.

Organisation spatiale
ϟ L’event prend place au coeur même d’Avalon, sur la place de l’Ascension ! Pour vous aider à visualiser nous vous invitons à lire ou relire l’article du wikia consacré à la ville. C’est par ici.

ϟ Une estrade circulaire a été dressée autour de la statue monumentale au centre de la place. Les prisonniers y sont exposés aux yeux de tous. La TVM retransmettant l'événement en direct, plusieurs écrans gigantesques flottent un peu partout sur la place. Sur l’estrade a été aménagée une loge ministérielle où sont installés quelques hauts dignitaires ainsi qu’un pupitre. À sa gauche se trouve l’aire occupée par les deux détraqueurs chargés d’aspirer l’âme des terroristes.

ϟ  Un carré VIP à destination des sang-pur a été aménagé devant l’estrade.

ϟ Pour vous aider à vous représenter encore un peu mieux votre terrain de jeu, voici une carte plus précise, créée pour l’event.

Dispositif de sécurité
ϟ Les prisonniers sur l’estrade sont étroitement gardés par des pacificateurs et deux détraqueurs. Une barrière magique alliée à plusieurs patronus sépare l’estrade du reste de la foule.

ϟ Des tireurs d’élite sur balais font des rondes aérienne avec pour ordre de tirer à vue à la moindre incartade. Cinq détraqueurs patrouillent avec eux.

ϟ Impossible de transplaner pour se rendre sur la place ou pour en sortir. Vous êtes passés par une des sept portes d’Avalon, où on a contrôlé votre identité et où vous avez été sommairement fouillé. On vous a remis à l’entrée une barre de chocolat.

Équipement et autres modalités :
ϟ Pour les fugitifs : vous disposez de faux papiers de bonne facture qui vous permettront de passer les contrôles. Pour les Phénix ou les NI prétendant encore être d’honnêtes citoyens (traîîîtres !) : n’oubliez pas de prévoir quelque-chose pour vous dissimuler le visage une fois le signal lancé ou une fiole de polynectar Wink

ϟ Tous les moldus sont équipés d'une cagoule, d'un pistolet avec 6 balles chacun, d'un couteau, et d’une potion explosive ou aveuglante.

Ce qui se passe dans votre groupe :
ϟ  Bonjour les poulpinouuuus ! Bien ou bien ? Bon aujourd’hui c’est Exécution-time ! Ou presque. Comme vous l’avez vu plus haut, il y a un petit contretemps. Oups ! Avec les fumigènes, vous n’y voyez rien à un mètre. Alors oui, il y a des mouvements de foule et c’est costaud. La panique de masse, y’a que ça de vrai.

ϟ Vos PNJ : Pour votre plus grand divertissement, vous voici en compagnie de cette chère Isis Lestrange pour les Mangemorts, ainsi que de la délicieuse Kristin McKenzie pour les Phénix / NI. Toutes les deux sont des activistes de longue date, ayant participées aux guerres civiles et tout le tsoin tsoin. Isis est archéomage, héritière de sa famille, et connue pour être une personne extrêmement froide et rigoureuse. Elle ne vous fera pas de cadeaux. Mais il en va de même pour Kristin, Phénix ayant refusé le Grand Pardon et n'ayant jamais abandonnée la Cause ! D'un naturel excentrique et bon vivant, ne vous fiez pas trop aux apparences pour autant Wink

ϟ Votre but : Phénix et moldus sont les seuls à savoir ce qui se trame exactement. Votre mission est simple : tenter de maintenir les Pacificateurs à distance de l'estrade pour permettre à vos collègues de libérer plus facilement les prisonniers, et parvenir à créer une brèche dans la sécurité pour assurer la fuite de tout le monde.
Les Mangemorts, quant à vous... soyons honnêtes, pour l'instant vous êtes un peu largués Pour une raison ou une autre, vous vous êtes éloignés de l'estrade et enfoncés dans la foule, et n'allez pas tarder à devoir en découdre !

ϟ Il s’agit du tour d’introduction. Faites-vous plaisir, mais n’oubliez pas qu’il faudra tout au long de l’event privilégier les actes aux paroles (et aux pensées) et de résumer tout ce que vous faites dans le résumé global de fin de post !

ϟ Vous avez jusqu’au dimanche 18 juin à 19h pour poster !

L'ÉQUIPE DE FILET DU DIABLE
Future fugitive
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t415-cecilia-munro
Messages : 205
Date d'inscription : 24/10/2016
Célébrité : Natalie Dormer
Crédits : Mari-Jane

Double compte : Aveline Kirke

Age : 31 ans
Sang : Basique de rang 4
Statut : Célibataire endurcie
Métier : Batteuse pour les Harpies de Holyhead
Baguette : 25,6 cm, bois de châtaignier avec une plume d'hippogriffe
Epouvantard : Une version terne et morne d'elle-même, une alliance au doigt, des boulets en forme d'une ribambelle de parfaits petits bébés au sang nouvellement pur aux pieds
Dialogue : #ccccff

+ Conteuse + Joueuse de Quidditch + Alcoolo + A une vingtaine de tatouages qui s'animent lorsqu'elle les effleure de ses empreintes digitales + Pianiste + Guitariste + Fumeuse
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Sam 17 Juin - 6:44
À peine Cecilia avait-elle passé le contrôle de sécurité qu'elle s'était faufilée vers des toilettes pour avaler cul-sec une petite fiole de Polynectar. Le liquide infecte ne tarda pas à agir. Passer incognito si tôt dérogeait un peu du plan, mais les trois autographes que la jeune femme avait dû signer à l'entrée de la place de l'Ascension avaient été de trop. Elle ne voulait pas être Cecilia la joueuse des Harpies de Holyhead et la tête d'affiche de la Carrow broomstick une minute et la minute d'après devenir Cecilia la terroriste. Il fallait qu'elle joue la carte de l'anonymat dès le début, comme ça, aucun fan ne s'interrogerait sur sa disparition subite la seconde où elle devrait enfiler sa cagoule (on n'était jamais trop prudent lorsqu'on avait un visage connu du public).

Ce moment crucial arriva beaucoup trop tôt à son goût. Et, à voir la tête de Kristin, elle n'était pas la seule à penser ainsi. Mais depuis quand les actes de rébellion et de protestation suivaient un horaire prédéfini?

L'épaisse fumée était autant une précieuse alliée qu'un obstacle non négligeable. Cependant, puisqu'elle protégeait, mieux valait ne pas la dissiper trop vite. La question était surtout de savoir comment s'orienter avec tout ce brouhaha. Cecilia sortit sa baguette.

« Pointe-au-nord!» Sa baguette tournoya dans sa main avant d'indiquer la direction nord. Il y avait bel et bien une porte orientée franc nord, mais était-ce la plus proche? Sinon, il y avait la porte sud-sud-est, celle que Cecilia avait empruntée à son arrivée... Quant aux autres portes, sans carte, c'était difficile d'évaluer où elles se trouvaient. Cecilia en était là dans ses réflexions lorsque l'éclair rouge qui frôla Kristin la fit sursauter et lever vivement les yeux au ciel. Il y avait donc des Pacificateurs qui survolaient la place de l'Ascension. Ce serait sans doute plus facile de viser ceux-ci plutôt que de tenter d'en viser un à l'aveugle, près de l'estrade... Ce qui risquerait de blesser des civils plus qu'autre chose. Imitant Kristin, Cecilia brandit sa baguette et lança un sort de Stupéfixion. 'Neutraliser, jamais tuer... Toute vie est précieuse.' Les paroles de son parrain résonnaient dans sa tête, rassurantes, bien que limitant grandement les choix de sortilèges possibles.

Dés dés dés dés dés.....
OUI/OUI : En plein dans le mille! Cecilia, as-tu déjà pensé devenir Attrapeuse?
OUI/NON et NON/OUI : L'éclair rouge se perd dans l'azur...
NON/NON : Non seulement l'éclair rouge se perd dans l'azur, mais en plus, cela attire l'attention d'un Détraqueur... Oups... pourquoi fait-il un peu plus froid tout à coup?

Malheureusement, viser des cibles mouvantes ne se faisait pas en criant 'Quidditch!'. Et l'éclair rouge se perdit dans l'azur sans même avoir effleuré le moindre tireur d'élite. Cecilia soupira.

« Par les couilles de Merlin... » grommela-t-elle dans sa barbe.

Résumaaaay

  • Kristin donne le signal pour se masquer et guide la marche. Elle se fait effleurer par un éclair rouge lancé par les tireurs d'élite et lance 3 stupéfix de suite.
  • Cecilia lance un sort des points cardinaux pour s'orienter. Puis, imitant Kristin, Cecilia vise aussi les tireurs d'élite et lance un Stupéfix. Sans succès.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1269
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Sam 17 Juin - 6:44
Le membre 'Cecilia Munro' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
Mohamed Allô
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t705-mathilda-lovewell#8327
Messages : 160
Date d'inscription : 09/02/2017
Célébrité : Erika Linder
Crédits : Neobelzebuth

Double compte : Altair Kirke

Age : 21 ans
Sang : Moldue
Statut : Célibataire
Métier : Domestique, c'est déjà pas mal
Baguette : La seule à laquelle elle peut prétendre est une baguette de sourcier.
Epouvantard : Elle-même, faible et découragée
Dialogue : #DC8E28

Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Sam 17 Juin - 14:06
Mathilda chercha son maître du regard dans le carré des sang-purs, moins pour le rejoindre que pour l'éviter soigneusement. S'il découvrait qu'elle était là, elle ne donnait pas cher de sa peau. Elle avait quitté le manoir peu de temps après que Mulciber soit lui-même partit voir l'exécution, sans elle, arguant qu'il n'aurait pas besoin d'un moldu de compagnie pour poser ses grosses fesses sur un fauteuil et contempler l'assassinat de ces pauvres gens - même s'il n'avait pas exactement dit ça comme ça.... Connard ! Mais pour le coup ça l'arrangeait...

On l'avait laissée entrer sans problème lorsqu'elle avait prétendu vouloir rejoindre son maître qui l'attendait. Elle s'était ensuite fondue dans la foule aux côtés de ses comparses, ni trop près ni trop loin de l'estrade. Savoir Alfie et Isaïe à proximité avait quelque chose de rassurant. Oui, même Isaïe. Aussi lourdingue qu'il soit, il n'avait pas l'air trop empoté ni trop con et elle ne doutait pas qu'il apporterait son heureuse contribution au massacre d'ennemis. Quant à la sorcière qui les accompagnait... qu'elle fasse son oeuvre sans les gêner. Ni trop lui parler.

Les yeux rivés sur l'estrade, Mathilda avait contemplé les premières exécution avec attention, comme pour mieux s'imprégner de l'horreur qui exalterait sa haine et son agressivité. Seules les prières qu'elle s'efforçait de réciter silencieusement en même temps lui donnèrent le courage d'attendre le signal pour laisser sa colère prendre le dessus.

« Que Dieu nous bénisse et nous protège ! » lança-t-elle à ses deux acolytes sans magie en remontant sa cagoule noire sur le visage.

Elle dégaina son arme mais se rendit vite compte qu'elle n'aurait aucune utilité avec toute cette fumée et cette confusion. Non pas qu'elle se soucie vraiment de tirer sur un autre sorcier sans faire exprès - homme, femme ou enfant, aucune vie sorcière ne lui importait vraiment - mais les balles de son pistolet étaient trop rares et précieuses. Tant pis, elle allait le faire à l'ancienne. De toute façon, elle préférait ça !

Elle fonça avec l'idée de casser du pacificateur mais se retrouva face à face avec un vieux croulant. Bon, ok, pas aussi vieux et aussi croulant que le sien mais il ferait très bien l'affaire pour déverser sa frustration et commencer les festivités.

« Casse-toi d'là pourriture de furoncle anal ! »

Elle balança son poing de toute ses forces vers sa cage thoracique mais fut bousculée par une salope de sorcière qui essayait de fuir en vidant ses poumons. Déséquilibrée, elle ne fit que le heurter en tentant de retrouver son équilibre. Eh merde !


Dés dés dés dés dés.....
OUI/OUI : Et paf, coup de poing au niveau de la cage thoracique pour Murphy.
OUI/NON : C'était pas l'endroit qu'elle visait mais ça fait un peu mal quand même.

NON/OUI : Elle se fait bousculer au moment de frapper et elle le heurte juste, épaule contre épaule.
NON/NON : Elle se fait bousculer au moment de frapper et c'est un fail total




Résumaaaay

  • Kristin donne le signal pour se masquer et guide la marche. Elle se fait effleurer par un éclair rouge lancé par les tireurs d'élite et lance 3 stupéfix de suite.
  • Cecilia lance un sort des points cardinaux pour s'orienter. Puis, imitant Kristin, Cecilia vise aussi les tireurs d'élite et lance un Stupéfix. Sans succès.
  • Mathilda fonce vers l'estrade, se trouve face à face avec Murphy et essaie de lui donner un coup mais se fait bousculer, perd l'équilibre et se foire.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1269
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Sam 17 Juin - 14:06
Le membre 'Mathilda Lovewell' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
La B.A de la famille
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t573-salazar-sabordage
Messages : 97
Date d'inscription : 04/12/2016
Célébrité : Finn Wolfhard
Crédits : Salomé

Sang : né-moldu
Dialogue : goldenrod
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Sam 17 Juin - 15:43
Salazar détourne le regard. Il déteste ça. Tendre ses papiers et voir leur regard se durcir au moment où ils parcourent des yeux la ligne fatidique. Statut du sang : né-moldu. C'est comme avoir un furoncle en plein milieu du front. Soudain les gens ne remarquent plus que ça. Ça te définit. Alors il a apprit à faire avec avec le temps. Il baisse les yeux et il attend que ça passe. Le vieux Claudicus lui a déjà répété une bonne centaine de fois qu'il n'avait pas à s'écraser devant qui que ce soit mais il ne comprend pas. Ce n'est pas ça. Il n'a pas honte de ce qu'il est ni d'où il vient – plus maintenant, plus vraiment – mais c'est plus facile comme ça. Parfois il a de la chance. Parfois il a droit à un simple claquement de langue réprobateur comme celui qu'émet le Pacificateur avant de lui faire signe d'avancer. Il y a foule et il n'a pas que ça à faire. Tant mieux.

La Place de l'Ascension est noire de monde. Salazar ne se souvient pas l'avoir jamais vu aussi bondée. C'est hallucinant ! Et relativement impressionnant aussi. Surtout lorsqu'il lève les yeux au ciel et aperçoit les sinistres silhouettes des détraqueurs flottant au-dessus de la foule. Instinctivement, le jeune Gryffondor se presse alors contre le bras de son "oncle", seul repère un tant soit peu rassurant au milieu de cette masse étrangère qui menace de l'engloutir s'il ose faire un pas de côté. C'est Dagobert qui a insisté pour qu'il l'accompagne. Il n'est peut-être pas encore majeur sur le papier mais ce n'est plus un gamin pour autant. Il a quinze ans et il est temps pour lui qu'il se frotte au monde des adultes. Salazar avait senti une bouffée de fierté lui bomber le torse en entendant le fier pirate parler de la sorte. Mais maintenant qu'il est là. Que l'estrade des condamnés se dresse dans le lointain. Il se sent tout petit.

Il ne veut pas voir ça. Il n'est pas prêt. Le constat tombe dans son ventre comme une pierre au fond de l'eau à l'instant où les prisonniers sont alignés face à la foule. Et alors que les braves citoyens rugissent de concert pour saluer le baiser du détraqueur, Salazar, lui, sent une bile acide remonter dans sa gorge. Il voudrait détourner le regard – une fois de plus – mais la présence de Dagobert à ses côtés l'en dissuade. Il ne veut pas lui faire honte ou le décevoir. Il est un homme. Un Sabordage. Ses yeux le piquent tant il lutte pour les garder ouverts. Il doit tenir. Il doit... Une détonation retentit. Puis une deuxième. Et une troisième. Un épais nuage de fumée s'élève de toute part, masquant l'estrade et l'affreux spectacle qui s'y déroule, envahissant petit à petit l'ensemble de la place.

« Da... Dag ? Qu'est-ce qui... ? »

Il bafouille. D'une petite voix qui donne l'impression qu'il n'a pas encore mué.

« Salazar, sors ta baguette ! Et reste près de moi ! »

Mais Salazar est tétanisé. Son sang s'est figé dans ses veines et quand son cerveau essaie d'ordonner à ses jambes de se mettre en action elles refusent d'obtempérer. Il a du plomb au fond de ses chaussures et du sable entre les articulations. Il ne comprend pas ce qui est en train d'arriver. La situation le dépasse. Dagobert, qui a déjà dégainé, l'agrippe alors par l'épaule pour le pousser en avant. Il a le regard sombre mais déterminé de ceux qui ont connu la guerre et que le combat n'effraie pas. Un regard terrifiant. Salazar titube tant bien que mal dans son sillage. Il essaie de ne pas réfléchir. Ça va bien se passer, tente de le convaincre une voix dans sa tête, ce n'est rien de grave, juste un malentendu, de jeunes inconscients qui vont vite regretter leur blague de mauvais goût. Mais tout cela ressemble de moins en moins à un canular. C'est la panique. Salazar n'y voit plus rien à présent. La fumée est partout et il ne cesse de se heurter à des gens tout aussi désorientés que lui. Dagobert a disparu. Il l'a perdu dans le mouvement de foule. Salazar en a les larmes aux yeux quand il rentre soudain de plein fouet dans un jeune garçon faisant tout de même deux bonnes têtes de plus que lui.

« Abel ?! Abel Schmidt ? »

Une vague de soulagement l'envahit. Il connaît à peine le garçon auquel il s'est rattrapé in-extremis avant de finir le cul par terre mais c'est une tête familière au milieu du chaos et cela lui semble toujours mieux que rien. Il était à Poudlard. À Poufsouffle. Il avait quitté l'école l'année dernière mais Salazar se souvenait de lui comme l'un des rares sang-pur à ne jamais lui avoir cherché des noises parce qu'il était un sang-de-bourbe.

« Qu'est-ce qui se passe ? Mais qu'est-ce qui se passe par Merlin ?! Tu es seul toi aussi ? »

À côté d'eux, il voit une forcenée le visage dissimulé par une cagoule (Mathilda) tenter de frapper un homme (Murphy) en pleine poitrine.

« Ce sont... C'est... Une attaque ? »

Il n'arrive pas à en croire ses mots.


Résumaaaay
  • Kristin donne le signal pour se masquer et guide la marche. Elle se fait effleurer par un éclair rouge lancé par les tireurs d'élite et lance 3 stupéfix de suite.
  • Cecilia lance un sort des points cardinaux pour s'orienter. Puis, imitant Kristin, Cecilia vise aussi les tireurs d'élite et lance un Stupéfix. Sans succès.
  • Mathilda fonce vers l'estrade, se trouve face à face avec Murphy et essaie de lui donner un coup mais se fait bousculer, perd l'équilibre et se foire.
  • Salazar est complètement largué. Il rentre dans Abel sans faire exprès et aperçoit Mathilda attaquer Murphy. Il commence à prendre conscience de ce qui se passe mais est trop perturbé pour agir.
Qui pue le poisson
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t114-alfie-lockwood#251
Messages : 794
Date d'inscription : 03/09/2016
Célébrité : Sebastian Stan
Crédits : avenged

Age : 34 ans
Sang : Moldu
Dialogue : #336699

Nouvelle Inquisition. Moldu chez les Sabordage, mention porteur de caisses. Exècre la Callaghan, hypocrite selon lui. Et qu'on ne lui parle pas de Kark, les Mangemorts c'est tous des pourris!
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Sam 17 Juin - 17:36
Pourquoi il avait dit qu’il serait présent, déjà ? Non parce que c’était quand même assez casse-pipe comme action. Autant les dernières fois, c’était plutôt isolé, pas de public. Pas de foule. Sérieusement comment ils étaient censés réussir leur coup cette fois-ci ? Alfie serra les dents et observa les gens autour de lui dans la masse de gens qui s’étaient rassemblés – volontairement !! – pour observer une exécution. Une exécution ! Qui était assez tordu, dans cette putain de société, pour aller approuver un spectacle pareil et pire, en faire une mise en scène retransmise à la TVM ? Mervyn Kark. Voilà qui. Alfie observa d’un œil sombre le Ministre de la Magie,  sur l’estrade. Là-bas. Un tireur d’élite pourrait en venir à bout avec le bon matos. Il chassa cette pensée. Quand bien même ce connard méritait une mort pire que celle qu’il s’apprétait à donner en spectacle gratuitement à cette foule de demeurés, il y avait probablement des protections. On les avait avertis de ça. Et puis dans le ciel, des sorciers en balais étaient chargés de la protection de la foule.

Alfie dut se faire violence pour ne pas laisser son dégoût et sa crainte sur son visage en voyant le Détraqueur prendre l’âme de la sorcière. Il ne la connaissait pas, même si elle était apparemment connue. Mais ce qu’il avait sous les yeux était une horreur. Une monstruosité. Donner la mort comme ça ? C’était inhumain. Une preuve de plus que les sorciers n’avaient pas d’empathie. Alfie ne comprenait pas pourquoi personne ne réagissait, à part eux. Pourquoi personne, dans cette société, ne se redressait contre ce pouvoir en place qui prônait de telles atrocités ?

Le signal. La fumée. Il entendit à ses côtés Mathilda prononcer quelques mots et hocha la tête sans rien rajouter en mettant sa cagoule. Toujours sans un mot, il allait dégainer son arme en avisant la sorcière qui leur avait lancé l’ordre de se mettre en marche lancer un sort qui leur permettrait de mieux voir…. Mais le résultat était médiocre. N’auraient-ils pas pu avoir des masques, où un outil spécifique pour mieux voir dans la fumée ? C’était bête…. Alors certes, ils étaient mieux lotis que d’autres, mais ce n’était pas encore ça.

Il vit Mathilda frapper un homme. Elle semblait bien énervée, mais paradoxalement elle était fidèle à l’image qu’il se faisait d’elle. Prompte à réagir. Energique. Dans la haine.

Alfie lâcha la crosse de son arme, la laissant à son emplacement primitif, et se décida à sortir son couteau à la place. Avec son gabarit, cela pourrait être dissuasif. Il resserra sa prise sur le couteau, lame vers le bas, et évita un sorcier qui courrait dans sa direction avec un juron. Bon Dieu, ne pouvaient-ils pas courir convenablement et éviter de paniquer pour un rien ? Cette fumée n’était pas toxique, ils ne risquaient rien ! Personne n’avait un cran de jugeote par ici ?

Il s’aperçut qu’il avait pris un peu de retard sur le groupe et allongea ses pas pour arriver plus vite à l’estrade. Ce faisant, il était moins précautionneux avec sa lame et, au cours d’une bousculade non-prémédité, un sorcier s’entailla sur la lame au niveau de la main. Regardant Alfie, puis son couteau, il s’arrêta net et ouvrit une bouche tremblante. Il allait donner l’alerte. Alfie réagit du mieux qu’il put : de sa main libre, il assena un coup de poing au milieu du visage du bonhomme. Celui-ci s'effondra en gémissant. Le trentenaire ne lui adressa pas plus d'un regard et poursuivit son chemin.

Ca y'est. Il était en condition. Il avait la rage contre ces abrutis de sorciers. Bande d'incapables privilégiés.

Les dés-dés !
OUI : l'homme s'effondre en tenant son nez. Crise évitée.
NON : il se fait bousculer par quelqu'un d'autre, et le sorcier à la main coupée par le couteau se met à brailler - en plus de la foule paniquée...


Résumaaaay

  • Kristin donne le signal pour se masquer et guide la marche. Elle se fait effleurer par un éclair rouge lancé par les tireurs d'élite et lance 3 stupéfix de suite.
  • Cecilia lance un sort des points cardinaux pour s'orienter. Puis, imitant Kristin, Cecilia vise aussi les tireurs d'élite et lance un Stupéfix. Sans succès.
  • Mathilda fonce vers l'estrade, se trouve face à face avec Murphy et essaie de lui donner un coup mais se fait bousculer, perd l'équilibre et se foire.
  • Salazar est complètement largué. Il rentre dans Abel sans faire exprès et aperçoit Mathilda attaquer Murphy. Il commence à prendre conscience de ce qui se passe mais est trop perturbé pour agir
  • Alfie se met en route également, voit Mathilda attaquer Murphy - qu'il ne reconnait pas. Il sort son couteau pour s'armer et, dans une bousculade, coupe un môssieur pas content. Alfie, dans la précipitation pour le faire taire, ne trouve rien de mieux à faire que de lui assener une patate. L'homme s'effondre.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1269
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Sam 17 Juin - 17:36
Le membre 'Alfie Lockwood' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t103-murphy-o-ryan
Messages : 283
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Stuart Townsend
Crédits : Mara

Double compte : Savannah Michaels

Age : 51 ans
Sang : Sang-mêlé
Statut : Veuf, fiancé à Salomé Yaxley
Métier : Propriétaire de boutique d'apothicaire et Maître de potion
Baguette : Bois de Châtaigner, crin de licorne, 27,5 centimètres, fine, rigide
Epouvantard : Une bête informe avec des griffes et des crocs démesurés
Dialogue : [color=#0066ff]
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Sam 17 Juin - 20:19
Il entend les cris avant de voir le premier dégagement de fumée. Mais, très vite, il y en a partout. Partout autour d'eux, autour de lui. La main qu'il avait posé dans le dos de Heather en remarquant son malaise devant l'exécution à laquelle ils assistent s'est retirée aussi tôt pour partir à la recherche de sa baguette dans un réflexe qui se serait voulu salvateur. Bien mal lui en a pris, car déjà, le voilà bousculé de toute part, entraîné par une foule en panique au milieu des cris hystériques... Et aussitôt séparé de ceux avec qui il était venu. Son regard tente de percer la fumée à la recherche de ses amis alors qu'il tente de dissiper un peu du brouillard qui l'entoure ; en vain, la fumée revenant toujours plus, l'empêchant d'apercevoir quoi que ce soit autre que des silhouettes grouillantes tout autour de lui.

« [color:64e4=0066ff]Caem ?! Ian?! Heather ?! »  Mais ses appels restent sans réponse, sa voix ne portant pas plus loin que les quelques personnes présentes autour de lui et qui l'ignorent, cherchant qui une personne chère, qui une issue de secours, dans le plus grand des désordres. Les cris qui résonnent tout autour de lui l'assourdissent, toujours plus forts et plus puissants, toujours plus violents. Et, autour de lui, nulle trace de ses amis, nulle trace de son fils. Le sentiment de panique qui le prend à la gorge n'est pas vain, même s'il s'efforce de ne surtout pas y céder à son tour. Caem est trop jeune, trop inexpérimenté encore pour faire face à une attaque d'envergure ; il pourrait se faire tuer, l'imbécile ! Il se fait bien moins de soucis pour Heather et Ian et, s'il sait qu'il sera soulagé de les retrouver une fois qu'ils s'en seront tous sortis sains et saufs - car il ne peut être question d'autre chose - il ne peut perdre pour le moment son temps à se concentrer sur leur sort. Non, il doit avant tout retrouver son fils !

« Casse-toi d'là pourriture de furoncle anal ! » Sauf qu'un fou furieux enragé semble en avoir décidé autrement. Sans autre forme de mise en garde que ce cri de rage dont il peine à comprendre tous les mots mais dont l'agressivité ne lui échappe pas, le voilà qui se jette sur lui. Il n'a pas le temps de vraiment penser à se défendre que, déjà, il est lui-même bousculé et son poing s'écrase sur le vide, alors qu'il le bouscule. Un grognement de frustration plus tard, il le repousse et relève aussitôt sa baguette pour repousser la menace et, même si l'Avada lui titille le gosier, il ne peut prendre le risque d'éliminer un potentiel allié qui se serait simplement trompé de cible :  « Dégage, vermine ! Everte Statum ! »

Son agresseur est repoussé en arrière, mais l'esprit de Murphy est bien trop empli d'inquiétude pour qu'il ne puisse se concentrer réellement. Ses gestes sont peu sûres, sa voix toussotante à force de s'époumoner pour tenter de retrouver trace de son fils. Il sent le sort partir et, au même moment, se sent lui même partir en arrière. Ce n'est pas grand chose, quelques pas à peine, mais qui lui suffise pour perdre de vue le fou furieux qui a tenté de s'en prendre à lui. Plus sur ses gardes que jamais, il repère cependant une silhouette familière qui, si elle n'est pas celle de son fils, n'est pas sans lui rappeler le jeune homme : l'un de ses cousins éloigné, Abel Schmidt, accompagné d'un jeune garçon dont Murphy ignore l'identité.

« Abel ! Tu n'as pas vu Caem ? Qu'à cela ne tienne, il faut que nous sortions d'ici. » Qu'ils évacuent les lieux, comme tente de le faire toutes les personnes autour d'eux. Retrouver Caem à l'extérieur sera sans doute plus simple, car, actuellement, cela lui semble être mission impossible. Mais, au moins peut-il tenter de s'assurer que ces deux là restent en sécurité.


Est-ce que Murphy sait lancer un bête Everte Statum ?:
 


Le résumé !

  • Kristin donne le signal pour se masquer et guide la marche. Elle se fait effleurer par un éclair rouge lancé par les tireurs d'élite et lance 3 stupéfix de suite.
  • Cecilia lance un sort des points cardinaux pour s'orienter. Puis, imitant Kristin, Cecilia vise aussi les tireurs d'élite et lance un Stupéfix. Sans succès.
  • Mathilda fonce vers l'estrade, se trouve face à face avec Murphy et essaie de lui donner un coup mais se fait bousculer, perd l'équilibre et se foire.
  • Salazar est complètement largué. Il rentre dans Abel sans faire exprès et aperçoit Mathilda attaquer Murphy. Il commence à prendre conscience de ce qui se passe mais est trop perturbé pour agir
  • Alfie se met en route également, voit Mathilda attaquer Murphy - qu'il ne reconnait pas. Il sort son couteau pour s'armer et, dans une bousculade, coupe un môssieur pas content. Alfie, dans la précipitation pour le faire taire, ne trouve rien de mieux à faire que de lui assener une patate. L'homme s'effondre.
  • Murphy tente de riposter sur Mathilda, mais ne réussit qu'à l'éloigner un peu en reculant à son tour. Il se retrouve près de Abel et Salazar et veut essayer de les évacuer.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1269
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Sam 17 Juin - 20:19
Le membre 'Murphy O'Ryan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
Branlomane végétatif
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t779-isaie-saab
Messages : 108
Date d'inscription : 11/03/2017
Célébrité : Rudolf Martin
Crédits : me

Double compte : Vivienne McKay

Age : 41 ans
Sang : moldu
Statut : libre comme l'air
Métier : fugitif
Dialogue : lightgray
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Dim 18 Juin - 15:43
Tout cela était franchement assez... fascinant. Dark, bien sûr, les exécutions publiques l'étaient toutes, mais il fallait reconnaître que les sorciers faisaient ça avec une certaine classe. C'était sobre, propre et efficace. Rapide et sans effusions de sang. Je regardais autour de moi et m'amusais de l'expression que je pouvais lire sur le visage de mes alliés. Le dégoût à peine masqué d'Alfie. La pieuse résistance de Mathilda dont les lèvres égrainaient silencieusement ce que je devinais être des prières. Ça se voyait qu'ils n'avaient jamais vu une femme se faire lapider ni un type se faire trancher la tête ou se balancer au bout d'une corde. Ils auraient relativisé sinon. En terme de spectacle macabre, notre peuple avait fait bien pire. Je pouvais en témoigner. Les détraqueurs étaient des créatures terribles, je ne le niais pas et n'avais pas fait le malin d'ailleurs en découvrant leurs silhouettes fantomatiques arpenter le ciel au-dessus de la place, mais ils m'apparaissaient presque comme des bourreaux humanistes en comparaison de ceux que j'avais pu connaître. Tout était une question de point de vue dans la vie.

Le début des exécutions marquait toutefois un tournant important dans le déroulement de l'action et je chassais rapidement de ma tête toutes pensées superflues. Les choses n'allaient pas tarder à s'accélérer. J'avais des réserves quant à la faisabilité de cette mission, doutant que la Nouvelle Inquisition et l'Ordre du Phénix soient encore prêts à mener un rodéo de cette ampleur, mais cela aurait été ballot d'attendre que la moitié des prisonniers y passent avant d'intervenir. Ma main glissa alors lentement à la hauteur de ma ceinture pour se refermer sur le manche du poignard qui y était dissimulé, et lorsque les premiers fumigènes explosèrent enfin près de l'estrade, je ne pus empêcher un frisson d'excitation de venir me chatouiller les cervicales.

_ Que Dieu nous bénisse et nous protège !

_ Parle pas de malheur, gamine, tu vas nous porter la poisse, raillais-je d'un sourire tout en remontant ma propre cagoule sur le coin de mon nez. Elle allait me maudire mais, honnêtement, si le châtiment divin avait du s'abattre sur moi, ça fait belle lurette que j'aurais rendu l'âme.

Le plus dur n'était pas d'affronter la bataille, mais de s'y jeter. Pris de panique face à la menace invisible, les gens avaient commencé à courir en tout sens pour tenter de trouver une issue, déclenchant un mouvement de foule peut-être aussi potentiellement meurtrier que les éclairs verts et rouges qui fusaient déjà à travers l'opaque nuage de fumée ayant envahit la place. C'était un véritable foutoir. Je ne mis pas longtemps à manquer de perdre l'équilibre en butant contre le corps d'un pauvre quidam d'ailleurs, mais je ne perdis pas de temps à essayer de le secourir. Qu'il crève. Ça ne me concernait pas. La mission qu'on nous avait assigné ne consistait pas à sauver la vie d'un quelconque sorcier, bien au contraire. Nous devions simplement retenir les Pacificateurs s'amenant de notre côté à distance. Un détail que mes petits camarades de faction semblaient avoir oublié. Qu'est-ce qu'ils foutaient à distribuer des torgnoles à droite à gauche, ces guignols ?

_ Arrête de perdre ton temps avec ces gens et concentre-toi sur ce que tu as à faire, grognais-je à l'attention de Mathilda tout en l'aidant à se remettre sur ses pieds. Et, par pitié, évite de te retrouver à nouveau par terre si tu ne veux pas finir piétinée...


Le résumé !

  • Kristin donne le signal pour se masquer et guide la marche. Elle se fait effleurer par un éclair rouge lancé par les tireurs d'élite et lance 3 stupéfix de suite.
  • Cecilia lance un sort des points cardinaux pour s'orienter. Puis, imitant Kristin, Cecilia vise aussi les tireurs d'élite et lance un Stupéfix. Sans succès.
  • Mathilda fonce vers l'estrade, se trouve face à face avec Murphy et essaie de lui donner un coup mais se fait bousculer, perd l'équilibre et se foire.
  • Salazar est complètement largué. Il rentre dans Abel sans faire exprès et aperçoit Mathilda attaquer Murphy. Il commence à prendre conscience de ce qui se passe mais est trop perturbé pour agir
  • Alfie se met en route également, voit Mathilda attaquer Murphy - qu'il ne reconnait pas. Il sort son couteau pour s'armer et, dans une bousculade, coupe un môssieur pas content. Alfie, dans la précipitation pour le faire taire, ne trouve rien de mieux à faire que de lui assener une patate. L'homme s'effondre.
  • Murphy tente de riposter sur Mathilda, mais ne réussit qu'à l'éloigner un peu en reculant à son tour. Il se retrouve près de Abel et Salazar et veut essayer de les évacuer.
  • Tour d'intro pépouze : Isaïe dégaine son couteau et met sa cagoule. Il aide Mathilda à se relever en lui rappelant qu'ils ne sont pas là pour casser la gueule aux quidams, mais à part ça il reste tranquille pour le moment.
La meuf qui couche avec des arbres
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t290-agapanthe-kirke
Messages : 178
Date d'inscription : 06/10/2016
Célébrité : Janis Joplin
Crédits : Kiara Callaghan

Double compte : Sid W. Lewis

Age : 34
Sang : pur
Statut : Mariée à l'univers (elle y tiens !)
Métier : directrice et unique employée du "Genêt à Balais"
Baguette : Bois d'aubepine, crin de licorne, 25.4 cm
Epouvantard : un sécateur moldu
Dialogue : #00cc00

Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Dim 18 Juin - 17:18
Agapanthe était scandalisée. Dans l’embouteillage derrière elle, les sorciers s’impatientent « Mais laissez-la passer ! » , « Faites quelque chose ! On va tout rater ! » . Agapanthe ne se laissait pas démonter :

« Vous faites une grave erreur, monsieur ! Je suis Agapanthe Kirke ! Je suis sang pur, monsieur. Et journaliste. Vous ne voudriez pas que j’en réfère à vos supérieurs, si ? Vous ne pouvez pas m’empêcher de rentrer, et Pudding non plus. Il est en règle et est classifié XXX. C’est mon droit de l’emmener avec moi. J’ai une invitation officielle ! Si vous ne me laissez pas entrer, je vous poursuivrai en justice. »

Le pacificateur chargé de contrôler les entrées dans le centre d’Avalon obtempère.

Pudding est un jeune bourpif âgé de deux ans. Une semaine plus tôt, la mère du bourpifaud est morte à la suite d’une grave maladie. L’orphelin était dévasté par le décès de sa mère et suivait Agapanthe partout, comme s’il s’agissait d’un nouveau visage maternel. Lorsqu’Agapanthe se préparait à partir à Avalon, le bourpifaud ne la quittait pas, se frottant à elle, sautillant sur son passage. Agapanthe ne put se résoudre à le laisser à Bourg-caca en l’entendant pousser de petits gémissements plaintifs après qu’elle l’ai mis dans son enclos. Certes, vu la foule qu’il y aurait très certainement, l’encombrante compagnie du bourpifaud serait compliquée, mais comment résister à ce regard humide. L’animal lui fendait le cœur.

Agapanthe traversa avec difficulté la foule jusqu’au carré VIP. Pudding trottinait à côté d’elle, une laisse dorée autour du cou, sous le regard surpris des badauds. Agapanthe s’installe au fond du carré VIP sentant bien que si les sorciers basiques lui laissaient passer ses excentricités, il n’en serait pas forcément de même de la part de ses confrères sangs-purs. Les sorciers s’écartent de Pudding, son souffle chaud commençant à leur brûler les jambes. Derrière elle, Agapanthe entendait quelques murmures d’agacements, se plaignant de l’animal, de la place qu’il prenait et des privilèges disproportionnés octroyés aux sangs-purs, rétorquant que si eux avaient amené leurs animaux de compagnie, on ne les aurait jamais laissé entrer. Agapanthe s’en fichait. Elle caressait la créature, lui disant de ne pas prêter attention aux cancaneries.

Voilà Mervyn Karke qui harangue la foule. Il est si charismatique et la foule le lui rend bien. Une première sorcière d’un groupe de musique démoniaque se fait abattre d’un baiser de détraqueur. Amener Pudding était une bonne idée. Cette sortie en plus d’être distrayante était éducative et permettrait à la sorcière de parler à son compagnon de la mort lors de leur retour à Bourg-caca. Cette conversation permettra certainement au bourpifaud de mieux vivre son processus de deuil.

Des explosions, de la fumée. Que se passe-t-il ? Pudding lance une série de petits pets enflammés caractéristique d’un état de nervosité chez le bourpif. Il gesticule dans tous les sens.

« Calme-toi Pudding, ce ne doit pas être grand-chose, il suffit que tu restes avec moi et tout… »

La laisse cède sous la violence de l’agitation du bourpifaud. Agapanthe ne réagit pas assez vite et perçoit dans le brouillard son animal s’éloigner en se dandinant. Elle court dans sa direction, mais peine à entrevoir la grosse boule rose. Elle accélère, bousculant bon nombre de sorciers hystériques.

« Pudding ! Pudding ! Reviens ! Pudding ! »

Elle entend un petit cri aigu, cours vers lui sentant la panique l’envahir. Elle aperçoit la boule poilue au loin, courant plus vite qu’elle ne se savait capable et s’effondre sur le bourpifaud. Elle le sert de toute ses forces, le cajole, le rassure, l’embrasse.

« Oh ! Pudding ! J’ai eu si peur ! Ne refais jamais ça »

Leurs deux cœurs battaient si vite. La forte étreinte d’Agapanthe fit lâcher un pet explosif au bourpifaud. Ce dernier vint brûler le pantalon d'un passant qui se met à proférer des tonnes de jurons. Agapanthe s'en fiche, elle a retrouvé Pudding, plus rien ne peut lui arriver.

Pour qui le petit pétou ?:
 


RÉSUMÉ :

*Kristin donne le signal pour se masquer et guide la marche. Elle se fait effleurer par un éclair rouge lancé par les tireurs d'élite et lance 3 stupéfix de suite.
*Cecilia lance un sort des points cardinaux pour s'orienter. Puis, imitant Kristin, Cecilia vise aussi les tireurs d'élite et lance un Stupéfix. Sans succès.
*Mathilda fonce vers l'estrade, se trouve face à face avec Murphy et essaie de lui donner un coup mais se fait bousculer, perd l'équilibre et se foire.
*Salazar est complètement largué. Il rentre dans Abel sans faire exprès et aperçoit Mathilda attaquer Murphy. Il commence à prendre conscience de ce qui se passe mais est trop perturbé pour agir
*Alfie se met en route également, voit Mathilda attaquer Murphy - qu'il ne reconnait pas. Il sort son couteau pour s'armer et, dans une bousculade, coupe un môssieur pas content. Alfie, dans la précipitation pour le faire taire, ne trouve rien de mieux à faire que de lui assener une patate. L'homme s'effondre.
Murphy tente de riposter sur Mathilda, mais ne réussit qu'à l'éloigner un peu en reculant à son tour. Il se retrouve près de Abel et Salazar et veut essayer de les évacuer.
*Tour d'intro pépouze : Isaïe dégaine son couteau et met sa cagoule. Il aide Mathilda à se relever en lui rappelant qu'ils ne sont pas là pour casser la gueule aux quidams, mais à part ça il reste tranquille pour le moment.
* Agapanthe arrive dans le carré VIP avec son bourpifaud Pudding. Lors du lancé de fumigène, elle perd son animal et part à sa recherche. Ils se retrouvent et Pudding lance un petit pet enflammant le pantalon d'un passant.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1269
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Dim 18 Juin - 17:18
Le membre 'Agapanthe Kirke' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 58
Date d'inscription : 09/04/2017
Célébrité : Tarjei Sandvik Moe
Crédits : rastamachine

Double compte : Tadhg L. Rosenberg

Age : 18 ans
Sang : Pur
Statut : célibataire
Métier : assistant d'edition
Baguette : bois de sapin, épine de monstre du fleuve blanc, 26,5 cm, rigide
Epouvantard : le dégoût et le rejet sur le visage de son père, et de sa famille en général
Dialogue : lightsalmon

Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Dim 18 Juin - 17:58
La clameur de la foule est assourdissante et l'angoisse. Il observe les gens huer et s'égosiller aussi fort qu'ils le peuvent à la demande de Karim Smatik. Alors que les prisonniers sont amenés jusque sur l'estrade, la clameur redouble. Il n'y comprend rien. Il s'agit d'une exécution. Ça lui donne mal au ventre. Il reste immobile. A gauche, son père, sa mère, et Leah, sa sœur aînée. Tous assez discrets, comme la famille Schmidt l'a toujours été. Il y a Maddox, un peu plus loin, plus près de l'estrade, ravi de pouvoir assister à la mise à mort de sales traîtres, goguenard. Le regard d'Abel se pose de nouveau sur l'estrade, puis sur le visage de chacun des prisonniers. Il y en a qui ont le courage et la hargne des rebelles. D'autres sont écrasés sous la peur et le chagrin. D'autres encore semblent avoir détaché leur âme de leur corps pour quelques minutes. Un frisson désagréable dégringole le long de sa colonne vertébrale. Si ça n'aurait tenu qu'à lui, jamais Abel n'aurait mis les pieds à la place de l'Ascension ce jour là. Mais il ne s'agit pas de lui. Il s'agit du régime, et puis surtout, il s'agit d'être à la hauteur de son nom.

Il essaie de se concentrer sur le discours du ministre de la magie, mais la vérité c'est qu'il se concentre uniquement sur ce qu'il va pouvoir faire dès qu'il pourra quitter cet endroit. Betty Stains. Les Deathly Wizards. Abel connaît bien. Leur musique a rythmé les révisions de ses ASPICs pendant des semaines. Il comprend bien qu'il faut punir les rebelles pour pouvoir garder la paix et l'ordre… Mais n'existe-t-il pas des punitions plus humaines ? Il ne supporte pas entendre la douleur et la crainte dans les sanglots de la jeune bassiste. Mais il ne peut pas se permettre de détourner le regard, même si c'est intenable.

Le hurlement de la musicienne – alors que les détraqueurs aspirent son âme – lui donne un haut le cœur. Il baisse la tête, incapable d'en supporter davantage. Ce n'est que lorsque le silence s'installe de nouveau qu'il a le courage de lever son regard sur l'estrade. Une enveloppe vide. C'est ce qu'est Betty Stains désormais. Abel a le cœur qui bat à tout rompre. Il meurt d'envie de sortir la barre de chocolat sagement rangée dans la poche de son pantalon mais il n'ose pas. Il ne veut pas paraître faible. Son regard aperçoit Hywel un peu plus loin qui observe ce qu'il se passe avec attention. Ce qui n'est pas étonnant. Hywel a toujours eu beaucoup plus de courage que lui. Il pousse un soupire.

Et puis soudain, plusieurs déflagrations retentissent les unes après les autres. La panique s'empare du public, et en quelques minutes, la place de l'Ascension est plongée dans l'obscurité et dans les mouvements de foule, Abel est séparé de ses parents et de sa sœur. Son sang se glace, et d'instinct il s'empare de sa baguette. Il commence sérieusement à paniquer. Il faut qu'il retrouve ses parents, Hywel, Leah… Alors qu'il s'efforce de rester calme pour ne pas hurler comme un cinglé et faire n'importe quoi, il percute un garçon un peu plus jeune que lui qu'il reconnaît rapidement de ses années à Poudlard, semblant profondément effrayé. « Salazar ! Est ce que tu vas bien ? Je ne sais pas…» au même moment, il aperçoit Murphy O'Ryan qui semble en découdre avec… un rebelle ?

« Monsieur O'Ryan ! » s'exclame-t-il avec un soulagement plus qu'évident. Enfin un adulte responsable et expérimenté. Il secoue la tête à sa question. « Non, je suis désolé…Salazar, reste avec nous, on va sortir d'ici… Tout va bien se passer. » finit-il par murmurer plus pour se convaincre lui-même que pour qui que ce soit d'autre.


RÉSUMÉ :

*Kristin donne le signal pour se masquer et guide la marche. Elle se fait effleurer par un éclair rouge lancé par les tireurs d'élite et lance 3 stupéfix de suite.
*Cecilia lance un sort des points cardinaux pour s'orienter. Puis, imitant Kristin, Cecilia vise aussi les tireurs d'élite et lance un Stupéfix. Sans succès.
*Mathilda fonce vers l'estrade, se trouve face à face avec Murphy et essaie de lui donner un coup mais se fait bousculer, perd l'équilibre et se foire.
*Salazar est complètement largué. Il rentre dans Abel sans faire exprès et aperçoit Mathilda attaquer Murphy. Il commence à prendre conscience de ce qui se passe mais est trop perturbé pour agir
*Alfie se met en route également, voit Mathilda attaquer Murphy - qu'il ne reconnait pas. Il sort son couteau pour s'armer et, dans une bousculade, coupe un môssieur pas content. Alfie, dans la précipitation pour le faire taire, ne trouve rien de mieux à faire que de lui assener une patate. L'homme s'effondre.
Murphy tente de riposter sur Mathilda, mais ne réussit qu'à l'éloigner un peu en reculant à son tour. Il se retrouve près de Abel et Salazar et veut essayer de les évacuer.
*Tour d'intro pépouze : Isaïe dégaine son couteau et met sa cagoule. Il aide Mathilda à se relever en lui rappelant qu'ils ne sont pas là pour casser la gueule aux quidams, mais à part ça il reste tranquille pour le moment.
* Agapanthe arrive dans le carré VIP avec son bourpifaud Pudding. Lors du lancé de fumigène, elle perd son animal et part à sa recherche. Ils se retrouvent et Pudding lance un petit pet enflammant le pantalon d'un passant.
* Abel est séparé de sa famille avec les mouvements de foule. Il essaie de ne pas paniquer, tombe nez à nez avec Salazar puis Murphy qu'il est extrêmement soulagé de trouver. Il compte bien sortir d'ici au plus vite.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1269
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Dim 18 Juin - 22:35


À mesure qu'elle s'éloignait de l'estrade, Isis commençait à retrouver un peu de visibilité. C'était encore loin d'être idéal mais il y avait du mieux. L'air était devenu plus respirable et ses yeux la démangeaient moins qu'il y a encore quelques minutes. La dissipation relative des fumigènes n'avait pourtant rien arrangé à son humeur. Une fureur glacée courrait ses veines à l'idée que ces satanés Phénix aient pu oser se permettre d'interrompre l'exécution du jour. Elle n'avait aucune confirmation qu'il s'agissait bien d'eux, mais qui d'autre aurait eu cette présomption ? Leur inconscience finirait cependant par avoir raison de leur insupportable longévité. Ils les avaient anéanti une fois déjà et recommenceraient autant de fois qu'il serait nécessaire. Cela avait été idiot de leur part de venir ici aujourd'hui. La Mangemort se raidit d'ailleurs, en apercevant soudain devant elle des figures suspectes masquées de cagoules. Mais alors qu'elle armait son bras, un abruti finit qui hurlait à la mort sans avoir la plus simple idée de sortir sa baguette pour se défendre, la percuta sur le côté, lui faisant perdre sa cible des yeux. Échappant un juron entre ses dents, la Lestrange était prête à lui faire regretté son geste quand son regard accrocha la silhouette familière de... Elle avait oublié son nom. Quelque-chose ressemblant à Kark. Kurke ? Quick ? Il s'agissait de l'une de ces nouvelles sang-pur. Une excentrique que sa cousine semblait avoir prit en affection (shoking !). Non loin d'elle se tenait également O'Ryan, en compagnie de deux jeunes garçons. Isis marcha alors vers eux avec détermination. « Mr O'Ryan ! Miss Kirsch ! Elle prit deux secondes pour reprendre sa respiration avant de continuer sur sa lancée, ne prêtant aucune attention aux adolescents. Il faut prêter main forte aux Pacificateurs. Ces enquiquineurs de tourner en rond sont partout, disséminés parmi la foule. Difficile de dire qui mène le bal mais que le Lord me foudroie si je permets leurs foutaises. Vous êtes avec moi ? » Autant dire qu'il s'agissait plus d'une question rhétorique qu'autre-chose. Son regard noir n'aurait pas supporté le moindre refus.

* * *

« Dis donc, ma poule, va falloir songer à viser mieux que ça ou on est mal barré ! » s’esclaffa Kristin en voyant le sortilège de Cecilia aller se perdre dans le cosmos. Son rire ne résonnait pourtant étrangement pas comme une insulte ou une moquerie. Il y avait, au contraire, quelque-chose de chaleureux dans sa voix éraillée de petite vieille. « J'aime ton style, cela dit ! Ne jamais s'abaisser au niveau de ces pourris, t'as bien raison. » Et elle lui asséna une franche bourrade dans le dos, qui aurait suffit à faire tousser même le dresseur de dragons le plus large d'épaules. Ça faisait toujours plaisir de voir la jeunesse en action. Bon, bien sûr, la fraîcheur manquait souvent de maturation, et en plus du sortilège perdu de la petite sorcière, Kiki se sentit soupirer en voyant comment les moldus s'en sortaient de leur côté. Il y en avait une le cul à moitié par terre et l'autre qui se massait le poing. Allons bon. Mais le basané avait raison : il fallait avancer. La porte qui devait se situer le plus proche d'eux était certainement celle du secteur de l'hôpital Morgane. « Par ici, les démunis ! On va faire le ménage par là-bas ! » cria-t-elle à l'intention des moldus, en pointant sa baguette vers ce qu'elle espérait être la direction sud-sud-est. C'est à ce moment qu'elle les vit. Les Mangemorts. Difficile d'oublier à quoi ressemblait le visage de cette frappadingue de Lestrange ! Et le O'Ryan, là, elle le reconnaissait, lui aussi. C'était pas des petites pointures ces deux là. Des vieux de la vieille qui, comme elle, avaient connu leur lot de batailles. « MANGEMORTS  À 5H !! »


Informations complémentaires


ϟ Keskispass ? Isis a fini par tomber sur Agapanthe et Murphy. Les reconnaissants comme faisant partie des Mangemorts, elle réquisitionne leur baguette pour aller poutrer du dissident. Elle ignore un peu Abel et Salazar pour le moment, mais ça pourrait changer s'ils s'en révèlent dignes. Mouahaha.

De son côté, Kristin appelle ses troupes à se regrouper et à faire marche vers la porte située dans le secteur de l'hôpital. Petit soucis : elle repère les Mangemorts sur le chemin. C'est l'heure de la bastooon

De manière plus général, la fumée a commencé à se dissiper doucement. C'est encore une belle purée de pois mais vous y voyez maintenant jusqu'à une dizaine de mètres à peu près. Attention aux dommages collatéraux donc !

ϟ J'avais oublié de vous donner des visuels pour vos PNJ. Voici donc à quoi ressemble Isis Lestrange et Kristin McKenzie.

ϟ  Fin du tour mardi 20 à 19h.

L'ÉQUIPE DE FILET DU DIABLE
Future fugitive
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t415-cecilia-munro
Messages : 205
Date d'inscription : 24/10/2016
Célébrité : Natalie Dormer
Crédits : Mari-Jane

Double compte : Aveline Kirke

Age : 31 ans
Sang : Basique de rang 4
Statut : Célibataire endurcie
Métier : Batteuse pour les Harpies de Holyhead
Baguette : 25,6 cm, bois de châtaignier avec une plume d'hippogriffe
Epouvantard : Une version terne et morne d'elle-même, une alliance au doigt, des boulets en forme d'une ribambelle de parfaits petits bébés au sang nouvellement pur aux pieds
Dialogue : #ccccff

+ Conteuse + Joueuse de Quidditch + Alcoolo + A une vingtaine de tatouages qui s'animent lorsqu'elle les effleure de ses empreintes digitales + Pianiste + Guitariste + Fumeuse
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Lun 19 Juin - 5:56
En voyant les Moldus courir comme des poules pas de tête, Cecilia poussa un soupir et se demanda pourquoi le ratio sorciers/moldus n'était pas plus élevé dans leur groupe... Étant donné que Cecilia avait joué la carte de la prudence et avait pris une dose de Polynectar dès son arrivée à avalon, les effets du Polynectar commençaient à s'estomper. D'ailleurs, elle sentait des picotements qui lui parcouraient les bras, la nuque et le dos, signe que ses tatouages, cachés par ses manches longues, commençaient à émerger.

Bien que Kristin ne pouvait le voir, Cecilia la gratifia d'un grand sourire, enorgueillie par le compliment de la sorcière aguerrie. L'heure était désormais au combat plus rapproché, car des sympathisants du régime venaient à leur rencontre, bloquant l'accès à l'entrée la plus proche, qui, si Cecilia se rappelait bien la direction que sa baguette avait indiquée lorsqu'elle avait lancé le sort de Pointe-au-Nord, s'avérait être celle de la porte du secteur de l'hôpital, celle-là même que Cecilia avait emprunté un peu plus tôt ce jour-là pour entrer à Avalon. Tenant fermement sa baguette, la Phénix se tenait prête à lancer les hostilités. Devant elle, trois sorciers adultes (et deux gamins qu'elle ignora), dont deux qu'elle ne connaissait pas. La troisième n'était autre qu'Agapanthe qui était accompagnée par une créature mi-rhinocéros, mi-mouton. Cecilia haussa un sourcil perplexe devant la dernière lubie de la soeur de Warrick. Mais s'interroger davantage devant l'excentricité d'Agapanthe ne mènerait nulle part pour l'instant.

C'est pourquoi Cecilia leva fièrement le front et leva sa baguette, préférant viser l'homme d'âge mur (Murphy).

Dés de la muerte!!
Qui est touché?
OUI : Isis
NON : Murphy

Et le résultat?
OUI/OUI : La victime régresse à l'âge de 5 ans.
OUI/NON : La victime régresse, mais seulement pendant quelques dizaines de secondes.
NON/OUI : Au dernier moment, un quidam bouscule Cecilia, dont le sort va se perdre dans la foule.

NON/NON : Une mouette, touchée par le stupéfix lancée par Cecilia un peu plus tôt, vient s'écraser aux pieds de la sorcière, qui, surprise, ne lance aucun sort.

C'était sans compter une pauvre mouette rieuse qui, après un bon repas, survolait paresseusement la place de l'Ascension, quand soudain, sans crier gare, un éclair de lumière rouge la frappa de plein fouet. Et la mouette tomba, tomba, tomba, inconsciente de sa chute qui causerait sa perte. La mouette s'écrasa dans un gros spouiiiiiitch sur le sol, entre Cecilia et l'homme d'âge mur (Murphy). La gravité étant ce qu'elle était, la force de l'impact fit exploser la mouette, aspergeant Cecilia de morceaux de mouette. RIP la mouette... Une vigile sera tenu mardi prochain en ton honneur...

Cecilia, surprise par l'intervention inopinée de la mouette, regardait, hébétée, les morceaux de mouette au sol. Puis les sorciers qui lui faisaient face. Et elle vit Agapanthe. Et elle se sentit mal, car elle savait à quel point Agapanthe vouait un profond respect à toutes les créatures animales de la terre...

Résumé!

  • sis a fini par tomber sur Agapanthe et Murphy. Les reconnaissants comme faisant partie des Mangemorts, elle réquisitionne leur baguette pour aller poutrer du dissident. Elle ignore un peu Abel et Salazar pour le moment, mais ça pourrait changer s'ils s'en révèlent dignes.

  • De son côté, Kristin appelle ses troupes à se regrouper et à faire marche vers la porte située dans le secteur de l'hôpital. Petit soucis : elle repère les Mangemorts sur le chemin.

  • Une mouette touchée par un des Stupéfix du début, s'écrase devant Cecilia qui, surprise, ne lance aucun sort. RIP mouette...
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1269
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Lun 19 Juin - 5:56
Le membre 'Cecilia Munro' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Lancer de dé ' :


--------------------------------

#2 'Lancer de dé ' :
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t103-murphy-o-ryan
Messages : 283
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Stuart Townsend
Crédits : Mara

Double compte : Savannah Michaels

Age : 51 ans
Sang : Sang-mêlé
Statut : Veuf, fiancé à Salomé Yaxley
Métier : Propriétaire de boutique d'apothicaire et Maître de potion
Baguette : Bois de Châtaigner, crin de licorne, 27,5 centimètres, fine, rigide
Epouvantard : Une bête informe avec des griffes et des crocs démesurés
Dialogue : [color=#0066ff]
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Lun 19 Juin - 9:46
Murphy ne retient qu’à moitié la grimace frustrée à la réponse d’Abel. Nulle trace de Caem et, même si cela n’a rien de vraiment étonnant puisque Abel n’était même pas prêt d’eux quand tout était encore paisible, ce n’est pas vraiment rassurant. Il ne peut laisser mourir son héritier, le fils d’Alexianne, surtout pas aussi bêtement que sa mère – le Lord ait son âme. Pourtant, Murphy a bien conscience qu’il ne peut rien faire pour son fils pour le moment ; ce serait perdre du temps, risquer la vie des jeunes gens qui l’accompagnent inutilement, et surtout, risquer la sienne sans garantir absolument aucun résultat. Non, Caem risque bien de devoir se débrouiller seul, ou en tout cas, sans lui pour le moment. Il n’est même pas certain de le retrouver plus tard…

La pensée, vicieuse et insidieuse, nourrie sans qu’il n’en ai réellement conscience par la présence des Détraqueurs, est interrompue par l’interpellation d’une voix survenue de souvenirs de plusieurs années en arrière. Il n’a pourtant aucune peine à reconnaître Isis Lestrange malgré les années écoulées, alors que la fumée commence à enfin se dissiper quelque peu et qu’il leur est désormais possible de voir plus loin que quelques centimètres à peine autour d’eux. L’autre interpellée est une sorcière qu’il sait vaguement être l’une de ces nouvelle Sang Pure, sans qu’il ne parvienne à remettre un nom sur ce visage autre que celui par lequel Isis vient de l’interpeller. Peu importe. Il se détourne aussitôt de cette Kirsch vers la Lestrange. Elle a raison, bien sûr. Il en va de leur devoir. Et il s’est juré, depuis de nombreuses années, de ne jamais faillir à ce devoir. Pas par loyauté, non. Mais parce qu’ils ne seront jamais tranquille tant que toutes ces vermines ne seront pas purement et simplement exterminées.

« Ma baguette est au service de la Cause. Ils paieront. » Laconique, comme toujours, mais l’instant ne se prête de toute façon pas aux grands discours. Cependant, il n’oublie pas non plus la charge qu’ils ont – et particulièrement lui – des deux adolescents présents à leurs côtés. « Abel, vous restez derrière nous. Ne vous mettez pas inutilement en danger, mais n’hésitez pas à vous défendre. Ces aberrations doivent être stoppées. » Il aurait voulu les enjoindre de les tuer, mais ce serait prendre le risque de paralyser l’adolescent. Qu’ils assurent déjà un minimum leur sécurité et ils pourront s’estimer satisfaits.

D’autant plus qu’ils sont déjà repérés. D’un geste brusque, Murphy se retourne vers la source du cri, juste à temps pour voir une baguette se lever dans leur – dans sa, par la barbe de Merlin ! – direction. Aussitôt, sa baguette est levée, prête à parer le sort dans une poussée d’adrénaline et il est bien droit sur ses deux pieds quand le sort part et… qu’une mouette s’écrase entre eux et les assaillants. Sérieusement ?

Murphy a bien une seconde de flottement suite à… cet exploit, mais aussitôt contre-attaque. « Avis Fulgur.... »

Mais déjà, la formule lui échappe alors qu'il reçoit un violent coup à la tête qui le sonne pour quelques secondes. La douleur cependant reflue assez vite pour ne rester qu'une gêne assez persistante et il sait qu'elle reviendra sans nul doute dans les secondes à venir en cas de geste brusque de sa part. Gestes qu'il sera difficiles à éviter, mais il devra bien s'en contenter. D'un regard, il embrasse la scène pour voir que le projectile reçu est une pierre ; cependant, l'agresseur ne semble pas être l'un de leurs adversaires directs et a déjà disparu. Et avec lui, sa fenêtre de tir, le laissant bien en vue, identifié comme ennemi et à découvert.

Résumé :

  • Isis a fini par tomber sur Agapanthe et Murphy. Les reconnaissants comme faisant partie des Mangemorts, elle réquisitionne leur baguette pour aller poutrer du dissident. Elle ignore un peu Abel et Salazar pour le moment, mais ça pourrait changer s'ils s'en révèlent dignes.
  • De son côté, Kristin appelle ses troupes à se regrouper et à faire marche vers la porte située dans le secteur de l'hôpital. Petit soucis : elle repère les Mangemorts sur le chemin.
  • Une mouette touchée par un des Stupéfix du début, s'écrase devant Cecilia qui, surprise, ne lance aucun sort. RIP mouette...
  • Murphy tente de contre-attaquer en se voyant viser, mais se prend une pierre en pleine tête venue d'on ne sait où. Et fait maintenant une cible parfaite.
    Joie.




Ptits zozios ?:
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1269
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Lun 19 Juin - 9:46
Le membre 'Murphy O'Ryan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
La meuf qui couche avec des arbres
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t290-agapanthe-kirke
Messages : 178
Date d'inscription : 06/10/2016
Célébrité : Janis Joplin
Crédits : Kiara Callaghan

Double compte : Sid W. Lewis

Age : 34
Sang : pur
Statut : Mariée à l'univers (elle y tiens !)
Métier : directrice et unique employée du "Genêt à Balais"
Baguette : Bois d'aubepine, crin de licorne, 25.4 cm
Epouvantard : un sécateur moldu
Dialogue : #00cc00

Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Lun 19 Juin - 13:50
Agapanthe n’écoutais plus ce qui se passait autour d’elle, la tête enfouie sous la fourrure de Pudding. Ce n’est qu’une sorcière hurlant « Kirsh » qui lui fit relever la tête. Agapanthe mis un temps avant de s’apercevoir qu’il s’agissait de la cousine de Vivienne. La sorcière regardait Agapanthe avec insistance. Ce devait être elle que miss Lestrange appelait « Kirsh » .

« Il faut prêter main forte aux Pacificateurs. Ces enquiquineurs de tourner en rond sont partout, disséminés parmi la foule. Difficile de dire qui mène le bal mais que le Lord me foudroie si je permets leurs foutaises. Vous êtes avec moi ? »  .

« Irrrrris ! »

Agapanthe savait pertinemment que ce n’était pas le prénom de la sorcière, mais on ne l’appelait pas Kirsh impunément. Un autre sorcier avait été interpellé par la cousine de Vivienne. Agapanthe ne le connaissait pas bien, l’ayant juste croisé au QG des mangemorts. Il était entouré de deux enfants parmi lesquelle Agapanthe reconnu le jeune Salazar Sabordage. Elle allait s’adresser à lui lorsqu’une mouette vint exploser entre Murphy et une traitresse cagoulée. C’était exactement ce qu’il fallait à Agapanthe pour entrer dans la bataille.

« Pudding ! Charge ! »
Pudding:
 

Les bourpifs ont un odorat très bien développé, et ce n'est pas un vulgaire polynectar qui trompera les sens de pudding. L'animal a reconnu Cécilia qu'il est ravi de revoir. Il court vers la sorcière. Agapanthe est ravie de voir la créature aussi docile. Il saute sur la phoenix la renversant à terre.

« C’est bien Pudding ! Tu es un bon bourpif ! »


Mais il ne s'arrête pas là. L'animal grimpe sur le ventre de Cécilia, sa queue remuant frénétiquement, il lui lèche le visage, se frotte contre elle, ronronne avec la force d'un moteur de tracteur. Le résultat est là : la phoenix est à terre et aura du mal à s'extirper de sous la bestiole d'une cinquantaine de kilos, mais la façon de faire n'est pas tout à fait celle qu'Agapanthe espérait.


« Pudding ! Pudding ! Mais qu'est-ce que tu fais ? C'est pas ce que je t'ai demandé ! »

Voyant tout de même la sorcière hors d'état de nuire, Agapanthe se retourne vers Salazar :

« Et alors, ce devoir de botanique, ça a marché ? »



RÉSUMÉ

* Isis a fini par tomber sur Agapanthe et Murphy. Les reconnaissants comme faisant partie des Mangemorts, elle réquisitionne leur baguette pour aller poutrer du dissident. Elle ignore un peu Abel et Salazar pour le moment, mais ça pourrait changer s'ils s'en révèlent dignes.
* De son côté, Kristin appelle ses troupes à se regrouper et à faire marche vers la porte située dans le secteur de l'hôpital. Petit soucis : elle repère les Mangemorts sur le chemin.
* Une mouette touchée par un des Stupéfix du début, s'écrase devant Cecilia qui, surprise, ne lance aucun sort. RIP mouette...
* Murphy tente de contre-attaquer en se voyant viser, mais se prend une pierre en pleine tête venue d'on ne sait où. Et fait maintenant une cible parfaite.
Joie.
* Agapanthe voyant l'oiseau mort décide d'envoyer Pudding attaquer Cécilia. Le bourpif attaque Cécilia... avec des câlins. Bon, elle est à terre avec une grosse bestiole sur le bide, mais ce n'est pas exactement ce qu'Agapanthe attendait...
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1269
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Lun 19 Juin - 13:50
Le membre 'Agapanthe Kirke' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
La B.A de la famille
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t573-salazar-sabordage
Messages : 97
Date d'inscription : 04/12/2016
Célébrité : Finn Wolfhard
Crédits : Salomé

Sang : né-moldu
Dialogue : goldenrod
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Lun 19 Juin - 20:33
Lentement, Salazar fait glisser son regard autour de lui. C'est bizarre. Il a l'impression d'être dans un rêve. Tout tourne au ralentis. La cohue. La lueur des sortilèges dansant à travers le brouillard. Il est comme engourdi de l'intérieur. Sa respiration s'est bloquée au niveau de ses poumons et le manque d'oxygène lui procure une étrange sensation de flottement. Il est là, les bras ballants le long du corps, la bouche entrouverte et l'esprit vide, sans la moindre volonté de faire quoi que ce soit pour se sortir de cet état second. S'il s'y risque il a l'impression que le cauchemar deviendra réalité. Et Abel a tort. Ça ne va pas bien se passer. Ça ne va pas bien se passer du tout. La bulle dans laquelle il s'était réfugié explose à cette idée. Les cris, les détonations, tout lui revient avec la force d'un coup de poing au creux du ventre et Salazar devient incapable d'ignorer la gravité de la situation. Elle s'impose à lui en même temps que sa respiration repart de plus belle.

Ça y est. Il hyperventile. Il a à peine remarqué la présence d'un adulte à leurs côtés. Pourtant il l'a reconnu. Murphy O'Ryan. Il avait été mention de lui en cours d'Histoire de la Magie lorsqu'ils avaient étudiés la période des guerres civiles. Il faisait partie des Héritiers qui étaient parvenus à libérer Wilhelmina Salamander des profondeurs de Gringotts. En temps normal Salazar se serait senti honoré de rencontrer un tel homme – sang-pur de surcroît – mais il est trop bouleversé sur le moment pour voir la beauté de la chose. Ce n'est que lorsqu'une seconde figure emblématique de l'ancien ordre mangemort fait son apparition que la tension dans ses épaules se relâche un minimum. Lestrange. Encore un nom célèbre difficile à ignorer. Salazar commence à se dire que tout n'est peut-être pas perdu. S'il reste dans le sillage de ces combattants aguerris il a une chance de s'en sortir.

« M'dame Agapanthe ! »

La directrice du Genêt à Balais est là elle aussi. Salazar ne retient pas son soulagement. Elle est accompagnée d'une créature ressemblant à une grosse barbe-à-papa qu'il reconnaît être un bourepif – elle en parle souvent dans son journal. L'accumulation de ces alliés inattendus lui redonne du baume au cœur. Il a blêmi en entendant la Lestrange sous-entendre qu'ils allaient devoir se battre mais il sent soudain poindre une note de courage dans le fond de ses entrailles. C'est un Gryffondor après tout. Il peut le faire. Il en est capable. Le regard qu'il échange avec Abel n'a rien perdu de son inquiétude mais Salazar parvient enfin à s'armer de sa baguette.

« Limacius eructo ! »

D'accord. Ce n'est pas très sérieux. Salazar avait préféré opter pour la sécurité et c'est le premier maléfice qui lui était venu en tête. Il est populaire dans les couloirs de Poudlard. Lui-même en a fait les frais plus d'une fois. Malheureusement. Il sait à quel point la sensation est peu ragoutante. Il se sent presque coupable du coup en voyant le trait qui jaillit de sa baguette aller frapper un grand type le visage dissimulé sous une cagoule. Mais il est fier aussi. Un grand sourire éclaire son visage alors qu'il se tourne vers Agapanthe.

« Vous rigolez ?! J'ai assuré grâce à vous ! »


Dédé le dé :

    Maléfice du crache-limaces :
    Oui : Bon appétit bien sûr !
    Non : Une vague nausée. Tout juste. Pas de quoi fouetter un chat.

    Qui est touché ? :
    Oui oui : Mathilda
    Oui non : Alfie
    Non oui : Un passant
    Non non : Pudding


Résumé :

  • Isis a fini par tomber sur Agapanthe et Murphy. Les reconnaissants comme faisant partie des Mangemorts, elle réquisitionne leur baguette pour aller poutrer du dissident. Elle ignore un peu Abel et Salazar pour le moment, mais ça pourrait changer s'ils s'en révèlent dignes.
  • De son côté, Kristin appelle ses troupes à se regrouper et à faire marche vers la porte située dans le secteur de l'hôpital. Petit soucis : elle repère les Mangemorts sur le chemin.
  • Une mouette touchée par un des Stupéfix du début, s'écrase devant Cecilia qui, surprise, ne lance aucun sort. RIP mouette...
  • Murphy tente de contre-attaquer en se voyant viser, mais se prend une pierre en pleine tête venue d'on ne sait où. Et fait maintenant une cible parfaite.
    Joie.
  • Agapanthe voyant l'oiseau mort décide d'envoyer Pudding attaquer Cécilia. Le bourpif attaque Cécilia... avec des câlins. Bon, elle est à terre avec une grosse bestiole sur le bide, mais ce n'est pas exactement ce qu'Agapanthe attendait...
  • Salazar prend son courage à deux mains et lance un crache-limaces sur... Alfie ! S'il savait il se roulerait en boule pour pleurer mais pour le moment il est tout fier de lui.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1269
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Dies iræ ϟ Groupe 4
ce message a été posté Lun 19 Juin - 20:33
Le membre 'Salazar Sabordage' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Le Centre