AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne un sorcier vaudou avec le frère aîné de Calypso Layibadé, Kayin Layibadé Twisted Evil
Des scénarios en folie
Viens refaire le portrait aux sorciers avec la grande sœur de Salazar Sabordage, Madison Phillips
Des scénarios en folie
Prouve que t'en as autant dans la cervelle que dans le portefeuille avec le petit frère d'Armel Zabini, Alix Lancaster Rolling Eyes
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ Chercher conseil et réconfort ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les fiefs Sang-pur
Enfin veuve
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t130-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t97-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 495
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Wild life (avatar) ; ANESIDORA (signa)

Double compte : Sam Jones • Maddox Macnair

Age : Vingt-quatre ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Veuve.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Un homme Sud-américain léchant un couteau recouvert de sang.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort qui se questionne peu sur l'ordre des choses • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi • Veuve depuis le 14 mai 2047, après moins d'un an de mariage à Murphy O'Ryan •
Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Jeu 6 Juil - 17:43
Le 2 juillet 2046

Sally par ci - Sally par là - essaie ceci, ma chérie - la robe fait-elle encore ? - goûte à ce gâteau, mon coeur, c’est délicieux ! - ah non, on avait dit blanc licorne, pas blanc perle, il y a erreur - viens goûter ! - viens toucher ! - Salomé !

Les voix de sa mère et de ses soeurs résonnent encore dans ses oreilles, alors que la navette du canal la conduit jusqu’au plus près de la demeure de Vivienne. Le dimanche est doux et frais, un vent porte encore jusqu’à elle les parfums de la ceinture verte. Le roulis de l’eau la berce et la calme, endort cette angoisse qui l’engourdit depuis des jours. Depuis des semaines. Depuis des mois, presque, alors que la date fatidique de son mariage s’approche de plus en plus, ne lui laissant plus aucune porte de sortie.
Dans quelques jours à peine, elle sera mariée. Salomé O’Ryan. Elle s’est pratiquée à signer avec ce nom, mais l’écriture lui semble étrangère, alors que la plume trace ce nom inconnu. Ce n’est pas elle. Au manoir Yaxley, l’effervescence générale est un tourbillon débilitant duquel, lâchement, elle s’est enfuie. Une nouvelle fois. Sans prévenir, sans avertir, prenant la clé des champs en descendant la façade de la maison par le lierre grimpant sous sa fenêtre, ses tiges et feuilles l’aidant à rejoindre l’herbe fraîche d’Avalon. Elle a fuit, comme les héroïnes des romans à l’Amortentia, quittant les fiefs sang purs vers d’autres horizons.

Vers d’immenses glaces au chocolat, surtout.

C’est en déambulant en ville, glace au chocolat en main, que l’idée lui est venue. Petit germe d’idée, d’abord, ensuite transformé en quelques achats rapides, puis en trois Mornilles glissées dans une navette. Transplaner serait plus rapide, mais bien moins agréable que cette excursion sous le soleil voilé d’Avalon. Elle est presque déçue, lorsque la balade s’achève, mais elle descend obligeamment de l’embarcation pour se diriger jusqu’au manoir.

Elle lisse les plis de sa jupe, du bout des doigts, avant de toquer à la porte. On lui ouvre à peine quelques secondes plus tard. Un elfe de maison à l’air un peu terrifié, qui a probablement été instruit à la dure à ne pas laisser attendre les invités. Pas de sourire, pour ce petit personnel magique, que ces temps-ci elle craint pourtant un peu moins que les moldus. Scandaleux. « Je viens pour Vivienne », dit-elle à l'elfe. Celui-ci s’efface et la laisse entrer, pour ensuite aller chercher la maîtresse Vivienne.
Elle détaille patiemment la décoration, curieuse de cet endroit où sa mentor habite seule. Loin du manoir écossais des McKay, loin de la famille. Elle en est soulagée, en vérité, et l'idée d'habiter ainsi seule, si étrangère à cette jeune fille habituée à être constamment entourée, lui paraît à ce moment séduisante. Loin de l'agitation. Au moins, ici, Sally ne croisera pas la plus âgée de ses soeurs, qui n’a pas quitté le chevet d’Eoin. Ni la petite Aileen, en pension chez les Yaxley. Sa réflexion s’interrompt sur l’arrivée de Vivienne, qu’elle salue avec enthousiasme : « Bonjour Vivienne ! Je suis désolée de ne pas avoir prévenu de mon arrivée, mais je passais par ici et… et j’ai quelque chose pour toi. Ce n’est pas grand chose, mais j’espère que ça te plaira. » Quelques sucreries raffinées, une petite bouteille d’un gin importé. Juste une petite attention, pour cette femme qui l’impressionne tant et toujours, et dont elle a le privilège de recevoir l’enseignement. Une attention, pour ce coeur brisé par les événements de la Place de l’Ascension.
Alice au pays des Merveilles
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 1250
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : lumos solem

Double compte : Isaïe Saab, Chandra Khan

Age : 48 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Ven 18 Aoû - 9:58
Un frisson remonta le long de sa colonne vertébrale tandis que la main de Mordred se glissait sous le tissu de sa robe, partant lentement à l'ascension de ses cuisses jusqu'à agripper fermement le galbe de ses fesses. Vivienne laissa alors échapper un drôle de petit bruit, entre le miaulement et le soupir. Sa tête bascula vers l'arrière et ses doigts se refermèrent comme des serres dans les boucles de son amant. Cet homme lui faisait décidément perdre toute raison, pensa-t-elle dans un éclair de lucidité. Depuis la première fois qu'il avait posé les mains sur elle, elle n'avait plus pu se passer de ses caresses. Elles avaient le goût de l'interdit et du danger. La saveur du scandale mêlée à celle d'un doux caprice. C'était mal. De cela, la sorcière en avait parfaitement conscience, surtout en ces temps troubles où l'ennemi semblait surgir de toute part : l'Ordre du Phénix d'abord, et maintenant les moldus. Les moldus ! Mais Vivienne était impuissante face à ce désir qui la consumait de l'intérieur. Plus le danger grandissait, plus la flamme qui brûlait dans le creux de son ventre semblait s'échauffer. Elle n'était pas comme Eoin, ou tant d'autres encore que les derniers événements survenus dans le pays effrayaient. Au contraire. Cela faisait bien longtemps qu'elle ne s'était plus sentie aussi vivante. Aussi éveillée. Son corps tout entier frémissait au rythme de cette excitation nouvelle qu'elle sentait poindre en elle, à tel point qu'elle se serait presque cru sur le point d'imploser, certains jours.

Cela avait été le cas aujourd'hui. Elle s'était réveillée avec des fourmis dans les jambes et la rage au ventre. Tel un fauve en cage, elle avait alors tourné en rond pendant près de deux heures dans les couloirs vides de sa demeure, avant de finir par envoyer un hibou à Mordred, l'invitant à la rejoindre. Moins de dix minutes après son arrivée, ils en étaient là. Elle, à moitié adossée contre l'armoire de sa chambre, dégrafant sa chemise avec fougue, lui, dévorant sa gorge de baisers. Leurs rendez-vous volés se faisaient de plus en plus passionnés ces derniers temps. Sauvages et pressés. C'était tellement vrai que Vivienne mit plusieurs minutes à se rendre compte de la présence de l'elfe de maison qui avait transplané au milieu de la pièce. Ce dernier avait d'ailleurs l'air absolument mortifié de devoir ainsi insister pour interrompre sa maîtresse. Quand il parvint enfin à attirer son attention, il était devenu plus rouge encore qu'une pivoine et donnait l'impression qu'il ne parviendrait plus jamais à relever son regard du bout de ses pieds.

_ Netoissa est désolé de déranger la maîtresse dans ses activités, maîtresse. Mais la maîtresse doit savoir que la maîtresse Salomé Yaxley requiert audience dans le hall de la maîtresse... débita-t-il dans un seul et même souffle, comme si ses mots n'avaient voulu en former qu'un.

Complètement indifférente à la gêne de son serviteur, Vivienne échangea un regard en biais avec Mordred, celui-ci ne tardant pas à laisser échapper un grondement de frustration quand il comprit que cette visite surprise sonnait le glas de leur entrevue. Aussi charmant le divertissement fut-il, la sang-pur n'aurait su en effet tourner le dos à sa chère et tendre protégée. Malgré les temps qui courraient, elle avait entendu dire que le mariage de la jeune femme avec Murphy O'Ryan approchait à grands pas et il lui tardait de l'entendre lui raconter les coulisses des préparatifs. Elle se dégagea alors avec douceur de l'étreinte de son amant, délissant les plis de sa robe avec hâte tandis qu'elle se dirigeait vers un miroir pour remettre de l'ordre dans sa coiffure. Quand elle rejoignit enfin le rez-de-chaussée, toutes traces de ses ébats précédents avaient savamment disparues. Un grand sourire illumina son visage à la vue de la Yaxley et elle tendit ses bras vers elle avant de la ramasser contre sa poitrine, comme elle aurait salué le retour de sa propre fille.

_ Salomé, ma chérie, cela fait tellement plaisir de te voir ! Et regardes-toi comme tu es belle ! L'approche des noces te va à merveille !

Ils semblaient loin les événements de la Place de l'Ascension ainsi que sa détresse à la découverte du pauvre Eoin sur son lit d'hôpital. Vivienne ne bouda pourtant pas son plaisir à la découverte des cadeaux que lui avait apporté sa protégée et elle l'en remercia chaleureusement tandis que la silhouette de Mordred descendait l'escalier du hall principal. Un sourire au coin des lèvres, le sorcier vint également à la rencontre de la cadette, dont il saisit la main afin d'y déposer un chaste baiser.

_ Miss Yaxley, mes hommages. Et toutes mes félicitations pour votre mariage imminent. Ma cousine a raison, vous êtes absolument ravissante. M. O'Ryan est un bon parti, j'en suis certain, mais si vous me demandiez mon avis, il est certainement le plus chanceux de vous deux. Épouser une aussi divine créature ! Vous le rendrez heureux, assurément, tout comme votre sœur a su prendre soin de mon fils. Je vous prie cependant d'excuser mon impolitesse, mais j'étais sur le départ. Vous avez certainement beaucoup de choses à vous raconter toutes les deux !

Vivienne hocha la tête au regard entendu qu'il coula dans sa direction. Ils auraient tout le temps de reprendre leur discussion où ils l'avaient laissée plus tard, une fois Salomé partie. Certaines choses passaient avant d'autres, et prêter une oreille attentive aux tracas ou aux confidences des nouvelles générations en faisait partie dans l'esprit de Vivienne. Elle avait toujours eu cette sorte de bienveillance maternelle envers les jeunes personnes, les jeunes filles plus particulièrement encore – sauf quand il s'agissait de la sienne, apparemment. Elle aimait les écouter et les conseiller, sans que, pour une fois, cela ne soit un moyen détourné d'attirer l'attention sur elle.

_ Viens, passons au salon, ma chérie ! Tu dois TOUT me raconter sur ces préparatifs !
Enfin veuve
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t130-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t97-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 495
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Wild life (avatar) ; ANESIDORA (signa)

Double compte : Sam Jones • Maddox Macnair

Age : Vingt-quatre ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Veuve.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Un homme Sud-américain léchant un couteau recouvert de sang.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort qui se questionne peu sur l'ordre des choses • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi • Veuve depuis le 14 mai 2047, après moins d'un an de mariage à Murphy O'Ryan •
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Mar 22 Aoû - 6:20
Toujours impeccable Vivienne, toujours ravie Vivienne, qui la serre contre son coeur comme elle le ferait d’une fille, et dans cette étreinte inattendue, Salomé est ravie de se retrouvée. Un peu raide d’abord, elle qui fuit toujours les contacts non sollicités avec ceux qui ne sont pas de son entourage, puis, plus détendue. Vivienne est de son entourage. Son mentor. Son professeur. Elle peut lui faire confiance. « Salomé, ma chérie, cela fait tellement plaisir de te voir ! Et regardes-toi comme tu es belle ! L'approche des noces te va à merveille ! Tu es trop gentille », est sa douce réponse. Même ici, elle ne peut pas échapper à l’imminence de ses noces, et elle ne se sauvera certainement pas de chez Vivienne par le lierre sous la fenêtre du salon.
Elle trouvera bien une façon, plus tard, de détourner le sujet.

La sorcière semble ravie de ses présents et alors qu’elle les découvre, une silhouette masculine vient se joindre à elles deux. Sally se fait toute petite dans ses chaussures, devant nul autre que l’architecte auquel tous doivent cette merveilleuse ville qu’est Avalon, et elle rosit même un peu lorsque l’homme la gratifie d’un baiseman en règle. Un charisme puissant, brutal, comme une claque en plein visage, et à ses compliments si savamment donnés, la brune réussit à répondre, la voix un peu petite, quasi étranglée : « Je vous remercie, Mr McKay, de vos bons voeux ». Presque rien, quelque chose de si fade et ridicule, qui lui semble bien pâle à côté de tout ce qui aurait pu être dit. Tout son détachement habituel, quelques secondes envolés.
L’oeillade de Mordred vers Vivienne ne passe cela dit pas inaperçue, et elle coule un regard quasi aussi entendu vers la sang pure, sans pourtant dire quoi que ce soit. Que le rose sur ses joues, qui parle pour elle. Et une invitation qu’elle pensera à glisser, plus tard, à sa compagne plus âgée, quelques mots afin de savoir si le McKay serait intéressé à être de la partie, le 19 juillet.

Juste, comme ça.
Au hasard.

« Viens, passons au salon, ma chérie ! Tu dois TOUT me raconter sur ces préparatifs ! » Elle se laisse de bon coeur entraîner jusqu’au salon, suivant la brune dans les pièces de la maison, avec un regard appréciateur sur la décoration. « Oh, ce n’est pas très excitant… enfin, pour moi. Je n’ai même plus le droit de goûter aux échantillons de gâteaux et de pâtisseries, et je crois que bientôt, même les regarder me sera interdit. Elle rit un peu. Elle a tout de même profité du dos tourné de sa mère pour prendre une bouchée d’un des gâteaux, avec la complicité d’une de ses soeurs. Mrs Blackburn - Eileen - participe également aux préparatifs, ainsi que son fils Kenneth. Il ne restera probablement qu’à Murphy à se présenter à l’autel, sans même qu’il ait eu à choisir la couleur de sa cravate. » S’il ne se désiste pas. Si le fait d’épouser une si jeune femme ne le dérange toujours pas. Et étrangement, l’idée qu’il la plante là au jour J ne lui semble pas si déplaisante. Un gargouillis nerveux provient de son ventre, sur lequel elle plaque sa main rapidement, comme pour tenter d’en étouffer le son. « Et tout devrait bien aller. » Un autre gargouillis, son corps qui se rebelle contre ses propres dires. Traître.
Alice au pays des Merveilles
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 1250
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : lumos solem

Double compte : Isaïe Saab, Chandra Khan

Age : 48 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Sam 16 Sep - 15:34
Suite à leur échange silencieux, Vivienne n'eut plus un regard pour son amant. Elle n'avait jamais été très douée dans l'art de partager équitablement son attention, une distraction chassant bien souvent la précédente avec autant de facilité qu'un marchand de glaces savait détourner l'intérêt d'un bambin de cinq ans. Et Salomé représentait en cet instant quelque-chose d'approchant un délicieux sorbet à la framboise saupoudré d'amandes effilées. Comment aurait-elle pu résister ? Tandis qu'un elfe de maison s'affairait du côté de Mordred, l'aidant à enfiler sa redingote, la sang-pur entraînait ainsi déjà sa jeune amie en direction du petit salon où elle recevait ses invités. Netoissa avait reçu pour ordre d'aller ranger la bouteille de gin et de disposer les sucreries sur un plateau afin de les servir avec le thé. Vivienne avait ri en entendant Salomé lui raconter qu'on lui interdisait désormais de se faire plaisir avec la nourriture. « Absurde ! » s'était-elle exclamée, avant de rassurer sa cadette. Elle la trouvait absolument ravissante tel quel et lui fit la promesse qu'elle n'aurait pas à s'affamer tant qu'elle serait sous son toit. Foi de Lestrange.

Fidèle à l'efficacité de sa race, les deux sorcières n'eurent pas à patienter bien longtemps avant que l'elfe de maison ne réapparaisse. Vivienne s'était installée tout près de la demoiselle, sur le même canapé, les fesses en bout de coussins afin de pouvoir se tourner au trois quart vers elle. La nervosité dissimulée de son hôte ne lui avait pas échappée mais, pudique, elle n'avait pas voulu mettre l'accent dessus d'entrée de jeu. Elle ne se rappelait que trop bien sa propre fébrilité à l'approche de son mariage. La peur qui se succédait à l'excitation, puis la peur à nouveau, dans une terrible alternance de hauts et de bas. Cela avait été proprement vertigineux, à tel point qu'encore aujourd'hui la sorcière se faisait une idée très précise des sentiments qui devaient affoler sa cadette. Le concert de protestations que l'estomac de Salomé ne tarda pas à émettre la trahit d'ailleurs plus vite que ce à quoi elle s'était certainement attendue, et il devint difficile d'ignorer plus longtemps l'hippogriffe au milieu de la pièce. Vivienne tendit alors les mains en avant pour attraper celles de la jeune femme et les serrer fermement dans les siennes.

_ Comment te sens-tu ? demanda-t-elle avec un sérieux soudain grave et presque solennel. Et ne me sers pas les mêmes salades qu'à ta mère ! Tu peux me parler franchement. Rien de ce que tu pourras me dire ne sortira de cette pièce, tu en as ma parole.

L'expression concernée de son visage était sincère. Le doux sourire qui vint étirer ses lèvres, compatissant. Elle souhaitait réellement être une épaule charitable sur laquelle la jeune fille puisse compter et se reposer si elle en éprouvait le besoin. Et pas seulement quand il s'agissait de son implication chez les Mangemorts ! Mais pour des histoires plus personnelles également, plus intimes. Comme celles du cœur.

_ J'avais à peu près le même âge que toi quand je me suis mariée, tu sais ? Vingt-quatre ans, c'est cela ?
Enfin veuve
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t130-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t97-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 495
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Wild life (avatar) ; ANESIDORA (signa)

Double compte : Sam Jones • Maddox Macnair

Age : Vingt-quatre ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Veuve.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Un homme Sud-américain léchant un couteau recouvert de sang.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort qui se questionne peu sur l'ordre des choses • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi • Veuve depuis le 14 mai 2047, après moins d'un an de mariage à Murphy O'Ryan •
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Ven 22 Sep - 5:57
Netoissa a déjà disposé les sucreries offertes sur un plateau et en moins de temps qu’il en faut pour dire Quidditch, une théière pleine de thé bien chaud - qu’importe la saison et la température - vient accompagner le tout. Pour une fois, elle ne dirait pas non à l’ingrédient secret de son père pour un thé magique - une larme de Firewhisky, mais elle n’en dit rien à Vivienne. L’elfe s’occupe de les servir, obligeant et bien élevé, alors que la Vivienne en question prend ses mains dans les siennes, réconfortante et subitement si sérieuse (elle pense avoir fait une bêtise, déjà, à peine arrivée) : « Comment te sens-tu ? Et ne me sers pas les mêmes salades qu'à ta mère ! Tu peux me parler franchement. Rien de ce que tu pourras me dire ne sortira de cette pièce, tu en as ma parole. » Il ne lui viendrait pas à l’idée de douter de la parole de Vivienne, qu’elle considère avec un respect toujours grandissant, et compter sur elle pour tout lui semble agréable. Ni sa mère, ni sa soeur, ni son amie, son statut plus extérieur à sa vie lui permet un regard plus avisé, peut-être, sur ce qui est si proche de l’engloutir. De l’avaler toute entière. « J'avais à peu près le même âge que toi quand je me suis mariée, tu sais ? Vingt-quatre ans, c'est cela ? Sally voit d’ici l’image de Vivienne à son âge. Le même visage de poupée, les mêmes grands yeux doux. Belle comme un coeur, à ne pas en douter. Presque. Vingt-trois », qu’elle corrige avec un demi-sourire.

Et puisqu’elle le demande, autant se jeter dans la gueule du loup. Elle caresse doucement les mains de la sorcière, mais ose à peine soutenir son regard, tant elle craint de la décevoir. Ou de la blesser, avec ses questions angoissées. Mais elle en a parlé d’abord : elle a donc le droit. Elle croit. Elle espère. Faites qu’elle ne se mette pas les pieds dans les plats… « J’ai… tellement peur, Vivienne. Peut-être suis-je seulement nerveuse, mais je ne sais pas si j’ai hâte, ou si je me sens uniquement prise… au piège, et incapable de sortir de cela. Un si maigre filet de voix, quasi étouffé par les gargouillements furieux qui ont recommencé à agiter son ventre. Une de ses mains délaisse celles de Vivienne, afin de déposer un seul et unique macaron sur son assiette. Occuper ses mains, sa bouche, son ventre, pour tenter d’occuper son esprit à autre chose. Elle n’a jamais osé verbaliser cela ainsi. Comment te sentais-tu, toi ? » Certainement mieux. Elle sait qu’Amadeus et elle ont choisi de s’épouser - et étaient bien moins éloignés en âge qu’elle peut l’être avec son propre futur époux. Et pourtant… est-ce que ça a vraiment changé quoi que ce soit, au vu de sa situation actuelle ? Aussi séduisant le duelliste soit-il, sa gouaille charmeuse ne lui a servi qu’à blesser Vivienne. Et les beaux sentiments également.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
we're breaking promises we thought we could keep
It's like a pain in the chest / Despair, Hangover and Ecstasy / So many people around / We disappoint and let down / And though we're trying our best / Despair, Hangover and Ecstasy
Alice au pays des Merveilles
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 1250
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : lumos solem

Double compte : Isaïe Saab, Chandra Khan

Age : 48 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Dim 24 Sep - 17:10
Vingt-trois ans ! Vivienne répéta l'information dans un souffle, accompagné par un petit rire presque incrédule. Le temps passait si vite. Celui de ses jeunes années lui semblait à la fois si proche et si lointain. C'était étrange. Un doux sentiment de nostalgie lui étreignit alors la poitrine. Pourtant, quand elle repensait à la jeune femme qu'elle avait été, Vivienne était un peu embarrassée par sa naïveté de l'époque. On était alors en pleine guerre civile. Le Royaume-Uni était à feu à sang, déchiré par les luttes intestines opposant ses propres enfants. Elle-même avait déjà participé à de nombreuses batailles et, encore aujourd'hui, la sorcière se demandait comment elle avait pu savoir tant de choses de la guerre tout en en ignorant tant d'autres de la vie. Elle n'avait pas senti l'enfance la quitter. Son mariage avec Amadeus lui en avait fait prendre conscience de la plus naturelle et en même temps de la plus incongrue des manières. Ou disons plutôt que sa cousine lui en avait fait prendre conscience, lorsqu'elle lui avait demandé à peine une heure avant le début de la cérémonie si elle avait déjà été avec un homme. Vivienne n'était sûre de rien en ce qui concernait Salomé, mais à en juger la façon dont elle osait à peine soutenir son regard, elle croyait pouvoir deviner au moins une des raisons de son malaise.

Ce ne fut pas l'angle d'attaque que choisi la cadette cependant. Sûrement cela viendrait-il plus tard, songea Vivienne, si Salomé lui faisait assez confiance pour se confier à ce sujet. En attendant, elle ne put que darder un regard compréhensif dans sa direction alors qu'elle lui révélait le fond de sa pensée. Vivienne n'était pas sans savoir que le mariage prochain de la Yaxley avait été arrangé par son père. Ou que l'époux qu'il lui avait choisi avait plus de deux fois son âge. Elle comprenait très bien en quoi cela pouvait affoler le cœur d'une jeune femme à peine sortie de l'adolescence. Et en même temps... Lorsqu'Amadeus lui avait demandé sa main, Vivienne s'était sentie privilégiée qu'Isis lui laisse le choix de sa réponse. Elle avait cru vivre un véritable conte de fée, jusqu'à ce que la réalité la rattrape et ne lui fasse revoir son jugement quant aux mariages d'amour. Les sentiments compliquaient tout. Mieux valait vivre sans et trouver une certaine paix dans son ménage plutôt que de connaître les affres qu'ils semaient dans leur sillage. Salomé était peut-être encore trop jeune pour comprendre cela, mais cela viendrait.

_ Comment te sentais-tu, toi ?

_ Nerveuse, bien sûr ! Comme toi ! C'est une réaction parfaitement normale lorsque l'on est sur le point de prendre un tel engagement. Je ne vais pas te mentir : un mariage n'est jamais une mince affaire. Il faut trouver ses marques tout en apprenant à composer avec l'autre. On découvre de nouveaux aspects de la vie. Certains devoirs également. Elle rit doucement. J'étais loin d'avoir conscience de tout cela lorsque je me suis mariée. J'étais jeune et avais certainement bien moins la tête sur les épaules que toi.

Elle lui sourit tendrement et vint caresser sa joue du bout des doigts. Un effleurement à peine, avant de ramener sa main à elle.

_ J'ai pu choisir mon mari, contrairement à toi, c'est vrai, mais ne crois pas que cela arrange tous les problèmes. Les difficultés restent les mêmes. Murphy O'Ryan est un parti respectable. Il a une situation plutôt correcte et a la réputation d'être un homme intègre. Je ne doute pas qu'il saura prendre soin de toi même si je comprends qu'il ne fasse pas palpiter ton cœur. Mais parfois, tu sais, il vaut mieux se contenter de la chaleur d'une bougie plutôt que de celle d'un feux d'artifice. On risque moins de s'y brûler les ailes.
Enfin veuve
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t130-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t97-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 495
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Wild life (avatar) ; ANESIDORA (signa)

Double compte : Sam Jones • Maddox Macnair

Age : Vingt-quatre ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Veuve.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Un homme Sud-américain léchant un couteau recouvert de sang.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort qui se questionne peu sur l'ordre des choses • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi • Veuve depuis le 14 mai 2047, après moins d'un an de mariage à Murphy O'Ryan •
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Jeu 28 Sep - 5:20
La brune boit les paroles de son aînée, plus sûrement qu’elle le ferait d’une tasse de thé, y cherche le réconfort tant attendu. Celui qu’elle cherche péniblement à travers les mots de ses adorables amies - qui ne peuvent pas tout à fait comprendre, de ses soeurs, de sa tante, de sa mère, sans jamais réussir à trouver ce qui saurait véritablement calmer ses appréhensions. Elle a toujours vécu entourée de femmes, mais depuis des mois, aucune d’entre elles ne semble vraiment en mesure d’apaiser le monstre d’anxiété qui s’est éveillé en son intérieur. Transformant son flegme, son détachement, en nervosité qui ne lui ressemble pas.

Les mots de Vivienne ne diffèrent pas de ceux des autres, mais ils portent une sincérité qui la touche davantage. Qui ne cherche pas à repousser ses craintes, ni à les minimiser, mais qui les accepte et les comprend. À la mention de ces fameux devoirs, elle n’en pique pas moins un fard, fort peu discret - car elle sait bien que ces devoirs ne consistent pas uniquement en tenir une domesticité, ou assurer la bonne tenue d’un patrimoine familial. Des devoirs dont elle connaît la théorie, elle a tout de même trois soeurs, mais rien de la pratique. Doit-elle lui en parler également ? Une voix lui souffle que oui, Vivienne comprendra, une voix qui ressemble à la fois chaude et grave de celle de Mordred McKay, mais… elle n’ose pas.
Pas tout de suite.
Et pourtant ! N’est-elle pas la mieux placée afin de la rassurer, de la même façon qu’elle le fait à cet instant, de ses sourires calmes, de ses contacts brefs et pourtant si réconfortants, de ses mots posés ? Dans le regard attendri de sa mentor, elle se sent adulte - plus que ce qu’elle ressent à l’habitude, déchirée entre son désir de rester dans une adolescence bienheureuse et naïve et la nécessité d’avancer dans ce monde adulte, sans pitié. La Marque des Ténèbres comme preuve de ce qu’elle a choisi et de ce qui l’attend. « J’aimerais avoir ton recul, soupire une Salomé envieuse, avant de grignoter du bout des dents un macaron au citron et de sucrer son thé de l’autre main. Avec tout ce qui se passe en ce moment, un mariage est bien le meilleur des maux, c’est certain, qu’elle concède avec un sourire. Il y a pire, oui, et comme le dit Vivienne… Murphy n’est pas le pire non plus. Respectable et intègre, comme l’a dit la Mangemort. Attentionné et patient, pourrait-elle ajouter. Puis, il est… respectueux. De ce que je désire et de mes limites. Il ne désire pas me brusquer pour quoi que ce soit, et je ne sais pas s’il approuve mon engagement mangemort, mais il ne m’a jamais manifesté une quelconque réticence non plus à ce sujet. » Ce qui serait possible, mais qu’elle n’accepterait pas de toute façon. De toute façon, vu qui est Murphy O'Ryan, qu'il ose lui dire quelque chose, et Sally répliquera acidement que c'est un cracmol qui se moque d'un moldu.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
we're breaking promises we thought we could keep
It's like a pain in the chest / Despair, Hangover and Ecstasy / So many people around / We disappoint and let down / And though we're trying our best / Despair, Hangover and Ecstasy
Alice au pays des Merveilles
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 1250
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : lumos solem

Double compte : Isaïe Saab, Chandra Khan

Age : 48 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Jeu 5 Oct - 21:29
_ J'aimerais avoir ton recul...

_ Ne sois pas si impatiente de vieillir, ma chère, cela viendra bien assez vite, soupira la sang-pur avec un regard éloquent mais rieur.

Ce que la jeune femme appelait du recul n'était après tout que de l'expérience. Celle qu'elle avait accumulé patiemment, années après années, au rythme des joies et des déceptions, des rires et des larmes. Lorsqu'elle était en compagnie de Maddox, Vivienne aimait se poser en grande victime de son mariage. Elle aimait qu'il la plaigne et l'entendre inlassablement prendre son parti tandis qu'elle lui racontait comment Amadeus lui avait une fois de plus briser le cœur. Cela lui importait peu que son récit soit toujours arbitraire, qu'il ne fasse jamais la part belle à son mari, voir qu'elle oublie carrément de replacer le contexte quand cela l'arrangeait. Maddox était son meilleur ami et Vivienne avait besoin de le savoir de son côté. Quitte à être mauvaise joueuse. Mais les choses étaient différentes avec Salomé. La jeune femme s'apprêtait à faire un grand plongeon dans l'inconnu, le même que celui qu'elle avait fait à son âge. Si Vivienne ne comptait pas la bercer d'illusions en lui contant les mêmes fables dont l'avait certainement abreuvé sa mère, elle ne pouvait pas non plus se résoudre à la pousser tête la première dans une réalité alternative où tous les maris seraient des fieffés gredins. La pauvre était déjà assez effrayée comme ça. Et cela n'aurait pas été très honnête de sa part.

Vivienne se détourna quelque peu de Salomé, le temps d'attraper enfin sa tasse et de la porter à ses lèvres, appréciant la chaleur que le thé à parfaite température fit couler dans sa gorge. Malgré tout le mal qu'elle se plaisait à en penser, il n'y avait pas que du mauvais dans le mariage. Elle devait le reconnaître. Comme elle devait reconnaître qu'elle avait véritablement aimé Amadeus et qu'elle l'aimait même sûrement encore autant qu'aux premiers jours. Sinon pourquoi cela serait-il aussi dur ? Pourquoi cela ferait-il aussi mal ? Pendant des années, il avait su la rendre heureuse. Il l'avait comblé au-delà de ses espérances, et si aujourd'hui leurs rares ébats ressemblaient plus à la continuité de leurs disputes qu'à une douce embrassade entre deux amoureux, force était de constater qu'ils étaient restés passionnés... Cette soudaine prise de conscience fit d'ailleurs froncer Vivienne des sourcils. Et cela tombait plutôt bien vu le discours qu'était en train de tenir sa petite protégée !

_ Il ne désire pas me brusquer pour quoi que ce soit, et je ne sais pas s’il approuve mon engagement mangemort, mais il ne m’a jamais manifesté une quelconque réticence non plus à ce sujet.

_ Pourquoi aurait-il fait une chose pareille en même temps ? Désapprouver ton choix, je veux dire. Je ne connais pas très bien Mr O'Ryan, c'est vrai, mais son engagement auprès des Mangemorts m'a toujours semblé sans compromis. T'as-t-on déjà raconté qu'il faisait partie de ceux ayant réussi à arracher Wilhelmina Salamander des profondeurs de Gringotts, dans le temps ? Je ne doute pas une seconde qu'il doit être très fier que tu serves aujourd'hui la Cause avec autant de passion. Je m'étonnes qu'il ne te l'ait pas clairement fait savoir par contre. Les jeunes générations devraient être encouragées dans ce sens. Comptes sur moi pour le lui rappeler la prochaine fois que je le croiserais !

À quoi jouait-il, franchement ? Vivienne aurait pensé qu'on homme comme O'Ryan, engagé dans le combat depuis la mort de leur regretté Lord, aurait montré plus d'entrain à enhardir la flamme de sa jeune fiancée. De n'importe quelle jeune personne faisant preuve de patriotisme d'ailleurs. Les vieilles générations avaient tendance à se plaindre que la relève n'était pas à la hauteur, mais il fallait savoir donner du sien pour cela. Leur ouvrir la voie et éclairer leur chemin.

_ Enfin ! Quand auront lieu les noces ? Il ne me semble pas avoir entendu de date précise pour le moment. C'est un moment toujours très angoissant, évidemment, mais tu verras : avoir une échéance claire aide à se concentrer sur l'objectif.
Enfin veuve
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t130-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t97-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 495
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Wild life (avatar) ; ANESIDORA (signa)

Double compte : Sam Jones • Maddox Macnair

Age : Vingt-quatre ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Veuve.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Un homme Sud-américain léchant un couteau recouvert de sang.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort qui se questionne peu sur l'ordre des choses • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi • Veuve depuis le 14 mai 2047, après moins d'un an de mariage à Murphy O'Ryan •
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Sam 14 Oct - 19:52
Que Vivienne s’outre du non enthousiasme de Murphy face à son engagement chez les Manhemorts est comme un velours, pour la Poufsouffle. Surtout alors que, comme le souligne la sorcière, Murphy a lui-même grandement participé, jadis, à la lutte. Qu’il est un de ses héros et que ses exploits resteront marqués si pas dans les mémoires, au moins dans les écrits. Une vraie chance, comme lui a répété Daniel Yaxley, que d’épouser un homme reconnu pour sa combativité et son abnégation. « […]Je m'étonne qu'il ne te l'ait pas clairement fait savoir par contre. Les jeunes générations devraient être encouragées dans ce sens. Comptes sur moi pour le lui rappeler la prochaine fois que je le croiserais ! Adorable Vivienne, prête à la défendre envers et contre tout. Je crois qu’il a perdu sa première épouse lors d’un des combats, pendant le projet Filet du Diable. » Son père lui en a déjà parlé, à demi-mot, lorsqu’elle était plus jeune, et elle ne pensait pas que cette information pouvait être utile, si ce n’était que pour se rappeler de ne jamais aborder le sujet d’Alexianne avec Murphy. Depuis qu’elle a vu cet immense portrait de la défunte, cela dit, encore accroché sur un mur, encore bien en vu, la chose lui est revenue en tête. Elle pense parfois, dans ses nuits sans sommeil, à cette brune aux yeux doux et calmes, à ce qui les lie, ce qui les oppose, et à ces ressemblances qui la troublent trop. Sans doute troublent-elles également le Serpentard, qui ne veut pas revivre cela. La mort, le deuil, au cœur d’un engagement qu’elle aurait pu choisir de ne pas prendre.

Le macaron au citron est rapidement englouti, comme si elle n’avait pas déjà précédemment savouré une immense glace au chocolat. Pied de nez à toutes les restrictions qu’on lui impose, car Amleth Zabini jamais ne fait de retouche à une création. Surtout pas pour l’élargir parce que la future mariée a eu l’idée d’engloutir ses émotions, au lieu de les dépenser dans quelque chose de productif comme la course à pied. Macaron rapidement englouti, donc, avalé avec une bonne gorgée de thé sucré.

« Enfin ! Quand auront lieu les noces ? Il ne me semble pas avoir entendu de date précise pour le moment. C'est un moment toujours très angoissant, évidemment, mais tu verras : avoir une échéance claire aide à se concentrer sur l'objectif. Le 19 juillet. Nous avons repoussé la date un peu, afin de ne pas empiéter sur l’anniversaire de Scylla et Hélios. Et donc d’avoir tout le monde qu’elle désire à son mariage : elle sait qu’entre l’anniversaire des petits-enfants de Mervyn Kark et son pauvre petit mariage, elle ne gagnera pas. Il ne reste que des détails, à finaliser. As-tu bien reçu ton invitation, d’ailleurs ? Elle est pour toi et toute ta famille, mais surtout pour toi », précise la demoiselle avec un sourire ravi. Elle n’a cure, d’Amadeus McKay, et même des enfants. C’est Vivienne, qu’elle veut, son regard fier, son enthousiasme, sa joie, ses bons conseils et la compréhension dont elle fait preuve à son égard, une patience qu’elle ne lui imaginait pas avant que celle-ci devienne son mentor. « Ce ne sera pas un très gros mariage, je préférais que nous y ayons uniquement nos familles et nos amis. Les personnes vraiment importantes pour nous, et pas tous ces… opportunistes lèche-bottes, et autres oiseaux de malheur avides de… de spectacle. » Sa mine est plus sombre et dans son esprit se dessine le visage d'Arsenia Sabordage qui, elle est persuadée, n'est qu'une enquiquineuse de première, prête à se repaître de la malchance des autres.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
we're breaking promises we thought we could keep
It's like a pain in the chest / Despair, Hangover and Ecstasy / So many people around / We disappoint and let down / And though we're trying our best / Despair, Hangover and Ecstasy
Alice au pays des Merveilles
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 1250
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : lumos solem

Double compte : Isaïe Saab, Chandra Khan

Age : 48 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Jeu 16 Nov - 17:09
Ah. Oui. Certes. La fameuse excuse de l'épouse décédée. Il était aisé d'oublier que la benjamine des Yaxley s'apprêtait à convoler en justes noces avec O'Ryan père, et non fils, quand son si doux visage portait encore quelques rondeurs tardives de l'enfance. Comment s'appelait-elle d'ailleurs, cette première femme qui avait tout de même eu la décence de donner un héritier à son mari avant de se faire bêtement assassiner par de vulgaires moldus ? Marie-Anne ? Marianne ? Quelque-chose de ce genre. Vivienne ne se souvenait d'elle que comme la cousine un brin trop niaise de Maddox. La petite française morte loin de chez elle. Mais elle avait du mal à voir le rapport entre son décès et le flagrant manque de soutient que Murphy O'Ryan témoignait à l'égard de sa nouvelle fiancée. Au contraire. Il aurait du être d'autant plus fier qu'elle soit prête à reprendre le flambeau. Chaque jeune personne qui s'engageait aujourd'hui pour défendre la Cause rendait en quelque-sorte hommage à ceux qui étaient morts pour elle hier. C'était ainsi que Vivienne voyait les choses en tout cas, mais il fallait croire que tout le monde ne pouvait pas partager la même sagesse ! Elle décida ainsi d'en rester là pour le moment. Le sujet semblait mettre Salomé quelque peu mal à l'aise et, de toute façon, c'était avec M. O'Ryan qu'elle devrait en débattre. La jeune fille venait en plus de lui révéler la date fatidique de son mariage et Vivienne ne put s'empêcher de rassembler ses mains à la hauteur de son visage, soudain émue à l'idée que sa petite protégée deviendrait très bientôt une femme accomplie.

_ Quinze jours seulement ! Bien sûr que je serais là ! Mais avant il faut absolument fêter ça. Netoissa ! Retourne chercher la bouteille de gin. Ce serait sacrilège de la laisser au placard, commenta-t-elle avant de lancer un clin d’œil complice à Salomé. Il est peut-être un peu tôt pour pimenter notre thé mais, promis, je ne dirais rien si tu ne dis rien.

L'elfe de maison fut rapidement de retour. Il avait déjà débouché la bouteille et Vivienne n'eut qu'à la lui ôter des mains pour verser une généreuse lichette d'alcool dans leur tasse. Le gin se mariait à peu près avec tout et n'importe quoi et Vivienne savait déjà de source sûre que ce thé s'y prêtait à merveille. Salomé allait avoir besoin de courage dans les jours à venir. Peut-être que noyer ses craintes dans l'alcool n'était pas la meilleure solution ni le meilleur exemple à lui donner, mais tant pis. Merlin savait qu'elle-même aurait aimé avoir un verre à la main lorsque sa cousine avait décidé d'avoir LA conversation avec elle. Et c'était justement ce qu'elle s'apprêtait à faire à son tour.

_ Parlons peu parlons bien, ma chère. J'imagine que tu n'es pas aussi niaise que je pouvais l'être lorsque je me suis mariée, mais je me dois de poser la question. Elle marqua une pause dramatique, ménageant son petit suspens. Les garçons. Tu as déjà eu l'occasion d'acquérir une certaine expérience en leur compagnie ? Je sais bien que c'est un sujet que l'on n'est pas censé aborder en société, mais c'est une réalité à laquelle nous sommes toutes obligées de faire face un jour ou l'autre, et mieux vaut y être préparée. Il ne faut pas avoir honte. Certainement pas en ma compagnie en tout cas, ça je te l'interdis.
Enfin veuve
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t130-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t97-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 495
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Wild life (avatar) ; ANESIDORA (signa)

Double compte : Sam Jones • Maddox Macnair

Age : Vingt-quatre ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Veuve.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Un homme Sud-américain léchant un couteau recouvert de sang.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort qui se questionne peu sur l'ordre des choses • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi • Veuve depuis le 14 mai 2047, après moins d'un an de mariage à Murphy O'Ryan •
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Mer 22 Nov - 5:03
La joie de la McKay est contagieuse et la voir si émue, comme si elle était sa propre mère - et même mieux que sa propre mère - touche la jeune fille plus que de raison. Elle en aurait presque hâte à son mariage, que pour voir son regard briller autant, et fêter lui semble même approprié. Fêter pour vrai, sans amertume, avec une personne qui lui tient à coeur. « Il est peut-être un peu tôt pour pimenter notre thé mais, promis, je ne dirais rien si tu ne dis rien. » Salomé place un doigt sur ses propres lèvres, symbole complice du clin d’oeil malicieux de son aînée afin de garantir son silence, et elle laisse Vivienne verser une généreuse lampée d’alcool dans son thé. Elle ne sait pas encore qu’elle épousera bientôt le geste, sans même y penser, petit chien savant tout à l’image de cette femme qu’elle admire tant. Monkey see, monkey do. Puis, de la gorgée prudente qu’elle prend du breuvage… franchement, c’est d’un délice inattendu.

« Parlons peu parlons bien, ma chère. J'imagine que tu n'es pas aussi niaise que je pouvais l'être lorsque je me suis mariée, mais je me dois de poser la question. La Poufsouffle hausse un sourcil interrogateur au-dessus de sa tasse de thé, cherchant à savoir où se dirige la femme avec cette entrée en matière. Curiosité rapidement satisfaite, et peut-être même un peu trop à son goût, finalement. Les garçons. Tu as déjà eu l'occasion d'acquérir une certaine expérience en leur compagnie ? Je sais bien que c'est un sujet que l'on n'est pas censé aborder en société, mais c'est une réalité à laquelle nous sommes toutes obligées de faire face un jour ou l'autre, et mieux vaut y être préparée. Il ne faut pas avoir honte. Certainement pas en ma compagnie en tout cas, ça je te l'interdis. » Si elle rougit, la brune, ce n’est pourtant pas autant qu’elle le penserait.
Elle pense aux baisers chastes échangés avec Nilhem, il y a déjà des années déjà. Ça lui semble affreusement lointain et pas du tout sujet sulfureux, à peine préliminaire à l’inexistance de sa vie sexuelle par la suite (et de la catastrophe de sa vie amoureuse). Elle pense à son fiancé, qu’elle est incapable d’imaginer autrement que si rigide, vêtu de pied en cap, et surtout pas dénudé de quelque façon que ce soit. Les sourires du barman à la Fiole sans fond, les mains d’un guitariste qui l’accompagne lorsque ni Seth ni Cecilia n’est là, les épaules d’un de ses collègues à la Commission de la Trahison. Mélange qui ne lui fait ni chaud, ni froid, vraiment. Elle secoue lentement la tête, signe négatif un peu piteux, et boit une autre gorgée du thé bien relevé pour accompagner ce geste qui lui semble comme une défaite. Oh, pourtant ! Elle n’est pas la seule, après tout. Elle a toujours agi comme une bonne jeune fille de bonne famille. Tout ce qu’on attendait d’elle. Perfection et virginité. « Non. Salomé ajoute une précision, qui fera sans doute sourire Vivienne. J’ai lu un peu. Des romans à l’Amortencia, mais aussi quelques ouvrages plus… moins romancés. Plus techniques. Mais ce n’est pas… ça n’aide pas à savoir comment ça va se passer, vraiment. » Elle a lu, quoi. Comme une bonne élève. Des romans ridicules et des manuels anatomiques aux détails trop froids. Quelque chose qui lui donne une idée de ce qui se passera, mais qui n’allume rien en elle. Surtout aucun brasier.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
we're breaking promises we thought we could keep
It's like a pain in the chest / Despair, Hangover and Ecstasy / So many people around / We disappoint and let down / And though we're trying our best / Despair, Hangover and Ecstasy
Alice au pays des Merveilles
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 1250
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : lumos solem

Double compte : Isaïe Saab, Chandra Khan

Age : 48 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Mar 28 Nov - 16:44
Vivienne était une mère déplorable. Elle devait bien l'admettre. Avant de tomber enceinte pour la première fois, elle avait ardemment désiré engendrer toute une ribambelle de petits sang-pur aux joues roses et bien dodues. Elle s'était imaginée les cajoler, leur apprendre à construire des cabanes et les border avec amour, mais force avait été de constater qu'elle n'avait pas franchement brillé dans l'exercice de ces fonctions. Ou de façon trop intermittente pour que cela vaille la peine d'être noté. Elle avait aimé l'idée, le concept de la maternité, mais pas la mettre en pratique. Avec Salomé, c'était différent. Elle n'était pas sa fille. Quand elles auraient terminé leur conversation et que la jeune Yaxley rejoindrait ses pénates, Vivienne n'aurait plus aucune obligation morale envers elle. Elle n'aurait plus à s'en sentir responsable, pas vraiment, et ce jusqu'à leur prochaine rencontre. Il était beaucoup plus simple de se découvrir un semblant d'instinct maternel dans ce cas de figure, quand aucun lien de sang ne venait compliquer la donne. Cela permettait d'aborder les choses avec plus de légèreté, et Vivienne était la première à s'étonner de ce paradoxe. De voir la patience qu'elle était capable de déployer vis-à-vis de Salomé lorsqu'elle en manquait si cruellement envers ses propres enfants. Jamais elle n'avait eu ce genre de conversation avec eux, d'ailleurs. L'idée ne lui aurait même pas effleuré l'esprit, ou cela serait très vite devenu gênant.

_ En même temps, ce n'est pas beaucoup plus compliqué que ça. Il ne faut pas croire que la sexualité serait une chose mystique dont on ne découvrirait les arcanes que le jour de sa nuit de noces. La première fois, bien sûr, c'est impressionnant, mais il faut faire confiance à son corps. Il sait comment ça fonctionne, je t'assures, la rassura-t-elle en lui glissant un regard entendu. Si j'ai un conseil à te donner, tout de même, c'est de ne pas te précipiter. Il faut savoir prendre son temps et laisser le désir venir. Coucher avec un homme est affaire de sensualité, de chaire, de toucher, pas quelque-chose qui se rationalise en pensées.

Son cœur battrait la chamade, elle aurait peur et chaud, ses mains trembleraient sûrement et ses gestes seraient hésitants au début mais, peu à peu, la chaleur dans ses joues descendrait jusque dans le bas de son ventre et le désir naîtrait. Peu importe si elle aimait son mari ou non, que son physique soit à son goût ou pas, son corps saurait. Il s'adapterait. À condition qu'elle lui laisse le temps de se faire à l'idée. Vivienne espérait d'ailleurs que Murphy O'Ryan comprenait cela également. Qu'il n'était pas le genre d'homme à faire sa besogne et basta. Il avait été marié pendant de longues années, cela dit. Elle savait que cela ne suffisait pas à faire d'un homme un bon amant – Merlin seul savait le nombre de femmes frustrées qui existaient en ce bas monde – mais pour le bien de sa petite protégée, elle préférait le croire.

_ Tu as de la chance, dans un sens. Ton mari a déjà de l'expérience dans ce domaine. C'était pareil pour moi. Amadeus est plus âgé. Je savais qu'il avait déjà eu des aventures avec des femmes avant de m'épouser, et même si je n'aimais pas trop y penser, je dois dire que cela s'est avéré être un soulagement le jour J. Au moins l'un de nous savait ce qu'il faisait ! s'esclaffa-t-elle un instant avant de reprendre, plus sérieusement. Il a été très patient avec moi, m'a guidé pas à pas. N'aie pas peur de demander la même chose à ton futur mari. Il te doit bien ça et, sinon, je serais encore obligée d'avoir une conversation avec lui s'il se comporte comme un mufle !
Enfin veuve
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t130-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t97-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 495
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Wild life (avatar) ; ANESIDORA (signa)

Double compte : Sam Jones • Maddox Macnair

Age : Vingt-quatre ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Veuve.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Un homme Sud-américain léchant un couteau recouvert de sang.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort qui se questionne peu sur l'ordre des choses • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi • Veuve depuis le 14 mai 2047, après moins d'un an de mariage à Murphy O'Ryan •
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Mer 6 Déc - 4:50
La McKay la rassure bien rapidement, à propos de ses connaissances plutôt parcellaires, mêlées entre fiction et détails médicaux. Pas plus bien compliqué que cela. La jeune femme retrouve un discours tout autre, dans la bouche de Vivienne, que celui tenu par les femmes de son entourage. Soit trop peu expérimentées, soit très biaisées et décidées à la rassurer de la pire façon possible. Elle est plutôt rassurée d’entendre que son corps saura faire, saura comprendre ce que son esprit essaie tant et tellement de rationaliser, et qu’au lieu de vouloir trop comprendre, elle doit plutôt… lâcher prise. Ce qui lui semble toujours plus facile à dire qu’à faire. Ses grands yeux bruns ne lâchent pas son aînée, à peine le temps de quelques cillements rapides.
Prendre son temps.
Ne pas se précipiter.
Laisser le désir venir.
Rien qui l’oblige, après tout, à tout faire dès le premier soir. Rien du tout.

Ses gorgées de son thé se font plus petites, mais l’alcool ne cesse pas de réchauffer tout son corps. Salomé se demande si la brûlure du désir aura quelque chose de celle du gin, ou du whisky. Du bout de la langue au creux de la gorge, et ce feu au creux de son ventre par la suite. L’analogie fait rougir davantage ses joues, alors que la Serpentard glisse un mot à propos de son époux et de ses expériences précédant leur mariage. Mêler le visage séduisant et souriant d’Amadeus McKay n’aide pas la Poufsouffle à calmer la chaleur qui envahit son visage, et elle s’esclaffe avec sa mentor lorsqu’elle le fait, dans un parfait miroir de celle-ci. « Il a été très patient avec moi, m'a guidé pas à pas. N'aie pas peur de demander la même chose à ton futur mari. Il te doit bien ça et, sinon, je serais encore obligée d'avoir une conversation avec lui s'il se comporte comme un mufle ! » Sally pouffe doucement, dès qu’elle imagine Vivienne gronder Murphy à propos de leur vie sexuelle. Ce serait le pompon ! Quoique ce ne serait pas désagréable… et à choisir, elle parie volontiers sur sa mentor, dans un duel l’opposant à son futur époux.

Pourtant, quelque chose ne cesse pas de la travailler. Quelque chose qui prend racine dans le regard filou de Mordred McKay, un peu, et dans les mots mêmes énoncés plus tôt. Au moins l'un de nous savait ce qu'il faisait. La jeune femme se penche un peu plus vers Vivienne, comme pour lui confier un secret. Une inquiétude, plutôt : « Et si… et si je n’aime pas ça ? Ou, ou si je suis… mauvaise ? Ou si lui est mauvais ? Est-ce qu’il y a des, des livres ? Des sorts ? Des solutions ? »

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
we're breaking promises we thought we could keep
It's like a pain in the chest / Despair, Hangover and Ecstasy / So many people around / We disappoint and let down / And though we're trying our best / Despair, Hangover and Ecstasy
Alice au pays des Merveilles
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 1250
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : lumos solem

Double compte : Isaïe Saab, Chandra Khan

Age : 48 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Jeu 8 Fév - 22:10
Si elle s'imaginait papoter de sa vie sexuelle autour d'une tasse de thé et d'un plateau de macarons... La scène avait quelque-chose de cocasse et, en même temps, Vivienne s'y sentait parfaitement à son aise, un peu surprise par le naturel avec lequel elle parvenait à aborder un sujet aussi brûlant. Aussi intime. Elle ne parlait jamais de ces choses-là, d'ordinaire. Ni avec Arsenia avec laquelle elle se permettait pourtant nombre de conversations atypiques, ni avec sa cousine, ni même avec Maddox dont la libido avoisinait le zéro, ce sombre bougre ne pouvant s'empêcher de mimer un haut-le-cœur dès que les confidences descendaient un tant soit peu trop explicitement en-dessous du niveau de la ceinture. Salomé donc. Il avait fallu attendre que Salomé éprouve le besoin de se confier à elle pour que Vivienne parle enfin de sexe à voix haute, et avec quelqu'un d'autre que les premiers concernés, qu'il s'agisse de son mari ou de ses amants. Les mains enlacées autour de sa tasse, le regard un peu songeur, la sang-pur se demanda brièvement ce que cela disait de sa vie affective. Avant de chasser ces vaines considérations de son esprit. Elle n'avait jamais été très douée pour l'introspection de toute manière et, en plus, ce n'était pas le moment.

_ Et si… et si je n’aime pas ça ? Ou, ou si je suis… mauvaise ? Ou si lui est mauvais ? Est-ce qu’il y a des, des livres ? Des sorts ? Des solutions ?

_ Ma chérie, laisse-moi te rassurer sur un point. Tout le monde aime ça,  rétorqua l'aînée avec un aplomb qui la surpris elle-même. Enfin, ce que je veux dire c'est que tout cela est très naturel, encore une fois. Je ne dis pas que le sexe est toujours fantastique ou que n'importe qui peut se vanter d'être un amant exceptionnel. Mais personne n'est fondamentalement mauvais, je crois. Cela dépend des goûts et des couleurs. Il s'agit surtout de trouver la bonne... combinaison, si je puis dire.

Vivienne marqua un temps. Emportée par sa démonstration, elle avait laissé la conversation dériver vers un rivage dangereux. Celui de l'adultère. Car c'était bien de ça dont il s'agissait. Sous la couette comme dans les salons mondains, chacun se trouvait plus ou mois d'atomes crochus avec son prochain, et ce n'était pas forcément les gens que l'on appréciait le plus avec lesquels on prenait le plus facilement son pied. Tout le monde ne s'accordait pas avec tout le monde. Même à ce niveau. Cela était d'autant plus vrai lors de mariages arrangés. Mais devait-elle vraiment partager cela avec Salomé ? Elle était si jeune ! Et, en même temps, Vivienne lui avait promis son entière honnêteté. La sang-pur glissa alors sa langue entre ses lèvres et se pencha un peu plus en avant.

_ Je ne peux pas te dire si partager la couche de ton mari t'apportera satisfaction ou pas, reprit-elle d'une voix plus posée, prudente. Il faudra vous laisser le temps de le découvrir. Avalon ne s'est pas faite en un jour, après tout. Mais il existe des livres, oui, qui peuvent nourrir l'imagination. Rien ne vaut la pratique, cela dit, comme pour tout. Et si jamais toi et Murphy ne parvenaient pas à un terrain d'entente... Disons que ce n'est pas une fatalité.
Enfin veuve
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t130-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t97-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 495
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Wild life (avatar) ; ANESIDORA (signa)

Double compte : Sam Jones • Maddox Macnair

Age : Vingt-quatre ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Veuve.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Un homme Sud-américain léchant un couteau recouvert de sang.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort qui se questionne peu sur l'ordre des choses • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi • Veuve depuis le 14 mai 2047, après moins d'un an de mariage à Murphy O'Ryan •
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Mer 14 Fév - 7:07
Vivienne n’hésite pas un instant, avant de répondre à son inquiétude, d’une voix qui ne laisse pas de réplique : « Ma chérie, laisse-moi te rassurer sur un point. Tout le monde aime ça. » Tout le monde aime ça. Si ce n’est pas une vérité qui sort de la bouche de la Serpentard, ça s’en rapproche rudement, et Salomé n’ose certainement pas remettre l’affirmation en doute. Si Vivienne, forte de toute son expérience, affirme cela, c’est que c’est forcément vrai. Même un peu. « Enfin, ce que je veux dire c'est que tout cela est très naturel, encore une fois. Je ne dis pas que le sexe est toujours fantastique ou que n'importe qui peut se vanter d'être un amant exceptionnel. Mais personne n'est fondamentalement mauvais, je crois. Personne, tu crois ?, demande-t-elle d’une toute petite voix inquiète. Pas même elle et son ignorance ? Pas même elle et son innocence ? Cela dépend des goûts et des couleurs. Il s'agit surtout de trouver la bonne... combinaison, si je puis dire. Comme… » ... pour une potion, veut-elle dire, mais le sexe n’a rien d’une potion, ou d’une série de runes, alors elle tait sa remarque inutile (et fausse) et laisse son intervention mourir dans un autre macaron.
Puis, les potions, ça lui rappelle Murphy.

« Je ne peux pas te dire si partager la couche de ton mari t'apportera satisfaction ou pas. » La Poufsouffle retient bien mal une moue déçue, mais que peut-elle y faire ? Vivienne ne sait vraisemblablement pas ce qu’il en est des performances de Murphy au lit, et l’idée même de cela la perturbe bien trop pour être agréable. Finalement, c’est mieux qu’elle n’en sache rien. C’est plus rassurant. « Il faudra vous laisser le temps de le découvrir. Avalon ne s'est pas faite en un jour, après tout. Mais il existe des livres, oui, qui peuvent nourrir l'imagination. Rien ne vaut la pratique, cela dit, comme pour tout. Et si jamais toi et Murphy ne parvenez pas à un terrain d'entente... Disons que ce n'est pas une fatalité. Oh. » Elle boit l’intégralité de sa tasse de thé, sans quitter son air pensif, et se permet ensuite une seconde tasse, que sa mentor arrose d’un autre généreux trait de gin que la Poufsouffle ne refuse absolument pas. Ses yeux sombres observent un carré de sucre fondre dans le thé. Rien ne vaut la pratique. Le bras mort et malhabile de Murphy. Pas une fatalité. Les vêtements rigides et tristes de Murphy. Découvrir. Le regard froid de Murphy. Paroles et images s’emboîtent dans son esprit. « Je suppose qu’en effet, si… s’il y a non satisfaction d’une part… il y aura bien un volontaire pour rectifier ce qui ne sera pas comblé. » Salomé glousse (bien ridiculement) et un petit hoquet lui échappe, rattrapé trop tard par sa main qui se plaque sur sa bouche souriante. Coupable, et pourtant ! Son esprit qui s’enivre peu à peu de l’alcool fort, si bien marié au thé qu’elle boit sans se soucier de ses effets, trouve ses propos certes osés, mais il ne lui viendrait pas à l’esprit de ne pas verbaliser tout ceci. Surtout avec Vivienne. Elle a confiance en elle. Elle peut comprendre. « Excuse-moi, c’est indécent. Elle n’a pas du tout l’air de s’en vouloir. J’avais promis aucune honte. Excuse-moi aussi pour ça. » De ça, un peu plus. Le monde à l’envers. Son sourire un peu idiot sur ses lèvres, comme fier de cette pique qui n’avait rien de vraiment indécent. Mignonne petite.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
we're breaking promises we thought we could keep
It's like a pain in the chest / Despair, Hangover and Ecstasy / So many people around / We disappoint and let down / And though we're trying our best / Despair, Hangover and Ecstasy
Alice au pays des Merveilles
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 1250
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : lumos solem

Double compte : Isaïe Saab, Chandra Khan

Age : 48 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Sam 17 Fév - 15:56
Vivienne se tendit très légèrement en entendant la réponse pour le moins laconique de la jeune femme. Difficile, en effet, de savoir ce que ce petit oh murmuré du bout des lèvres pouvait bien signifier. Retranscrivait-il une gêne ? Salomé était-elle choquée qu'elle se soit permise un sous-entendu pareil ? Elle avait pourtant pris garde de ne pas trop s'avancer, de ne pas nommer explicitement l'hippogriffe au milieu de la pièce, mais peut-être s'était-elle montrée imprudente malgré tout. Peut-être Salomé n'était-elle pas prête à concevoir une telle entorse à la bienséance. Tandis qu'elle arrosait à nouveau son thé d'une lampée de gin, Vivienne en profita alors pour scruter attentivement l'expression de son visage, mais la jeune femme semblait tout simplement songeuse. Comme si elle évaluait le champ des possibles qui venait de s'ouvrir devant elle. Et quand elle reprit finalement la parole, Vivienne sentit avec soulagement les muscles de ses épaules se relâcher. Prudente, Salomé s'essayait malgré tout à reformuler avec ses propres mots ce qu'elle avait compris des paroles de son aînée. Non. Son mariage n'était pas une condamnation. Il ne l'enchaînait pas éternellement à un mari qui se montrerait peut-être décevant. Vivienne tapota alors affectueusement le genou de la petite. Elle apprenait vite, c'était une bonne chose. Même si son innocence la faisait encore rougir comme une pivoine et s'esclaffer d'une drôle de manière, à la fois un peu ridicule et pourtant touchante.

_ Ce qui aurait été indécent c'est que tu me dises à qui est-ce que tu pensais en parlant de volontaire. Et que tu me racontes le pourquoi du comment de tout ça ! Quoi qu'indécent serait encore un bien grand mot.

Pas folle la guêpe. Salomé avait pourtant laissé entendre qu'elle n'avait encore jamais eu la moindre expérience avec le sexe opposé, mais Vivienne avait du mal à y croire. Belle comme un cœur comme elle était ! Elle ne pouvait imaginer qu'aucun garçon de son âge n'ait un jour tenté un rapprochement. Sans aller jusqu'à parler de sexe, bien sûr, mais il y avait d'autres façons de découvrir le corps de l'autre. Des baisers ou des caresses, préludes à des voyages plus lointains. Elle devait bien avoir pensé à quelque-chose !

_ Je dois te mettre en garde cela dit. Même si je doute que la majorité d'entre nous n'ai rien à se reprocher à ce niveau, notre société aime faire croire le contraire et ne pardonne pas facilement à ceux qui se font prendre. Elle eut une pensée soudaine pour Ajay Shafiq, ce coureur de jupons invétéré qui continuait pourtant d'avoir la sympathie de beaucoup de gens – son mari et son meilleur ami compris – malgré son libertinage affiché. Enfin... C'est d'autant plus vrai quand on est une femme. Je ne te dirais jamais de refréner tes désirs, mais saches-le et sois prudente si jamais cela doit arriver un jour.
Enfin veuve
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t130-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t97-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 495
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Wild life (avatar) ; ANESIDORA (signa)

Double compte : Sam Jones • Maddox Macnair

Age : Vingt-quatre ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Veuve.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Un homme Sud-américain léchant un couteau recouvert de sang.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort qui se questionne peu sur l'ordre des choses • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi • Veuve depuis le 14 mai 2047, après moins d'un an de mariage à Murphy O'Ryan •
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Jeu 1 Mar - 21:29
« Ce qui aurait été indécent c'est que tu me dises à qui est-ce que tu pensais en parlant de volontaire. Et que tu me racontes le pourquoi du comment de tout ça ! Quoi qu'indécent serait encore un bien grand mot. Il n’y a rien, je te juuuure ! », glousse-t-elle en réponse, sans pourtant dérougir. Rien qui compte, rien d’important. Pour le moment. Rien qui fasse rougir qui que ce soit, sauf peut-être elle, dans une étrange appréhension de ces mystères adultes (et adultères) évoqués à mi-voix.

« Je dois te mettre en garde cela dit. Même si je doute que la majorité d'entre nous n'ai rien à se reprocher à ce niveau, notre société aime faire croire le contraire et ne pardonne pas facilement à ceux qui se font prendre. Enfin... C'est d'autant plus vrai quand on est une femme. Je ne te dirais jamais de refréner tes désirs, mais saches-le et sois prudente si jamais cela doit arriver un jour. Ce n’est pas très juste », prononce Salomé dans un hochement de tête désolé. Que le traitement entre les hommes et les femmes soit différent, elle en a la triste habitude, et elle peut s’estimer heureuse de ne pas être née dans une famille plus radicale à ce sujet. Mais elle les a entendues, les rumeurs à propos de sorcières faciles, et toute cette insistance autour de sa virginité si précieuse, tel un Graal à être conquis par un seul chevalier. Un discours qui la charmait, jadis, et qui a de moins en moins des allures de rêve. « Qu’importe ce qui arrivera… avec, avec Murphy, ou avec… n’importe qui… Elle est prudente, dans ces mots prononcés à voix toujours basse. Les murs ont des oreilles, parfois bien littéralement dans ce monde magique, et elle ne voudrait pas qu’un indiscret entende ces petites confessions aux allures tout sauf innocentes. ... je veux que tu sois là, si, si j’ai besoin… besoin de toi. Tu es vraiment une, une personne précieuse. » L’alcool qui empâte un peu son discours n’empâte pourtant pas la sincérité affectueuse de sa déclaration. Un trésor de ressources, de conseils, de bon sens. En Vivienne, elle retrouve l’expérience d’une personne qui a vécu plus qu’elle, sans pourtant se frapper à du mépris. Salomé n’aurait pas pu espérer meilleure mentor et toutes ses appréhensions du début, de leurs premières rencontres, se sont graduellement effacées, jusqu’à se muer en cette confiance qu’elle voue à son égard.

Une confiance qu’elle verse et transmet dans les confidences qui se poursuivent, en ce doux jour de juillet, dans les fous rires échangés autour de quelques tasses de thé et de sucreries. Quelques instants hors du monde, hors des terroristes et de leurs horreurs, hors du mariage et de ses chaînes. Ou pire, de ses amours.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
we're breaking promises we thought we could keep
It's like a pain in the chest / Despair, Hangover and Ecstasy / So many people around / We disappoint and let down / And though we're trying our best / Despair, Hangover and Ecstasy
Contenu sponsorisé
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les fiefs Sang-pur