AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Viens jouer au docteur avec le scénario d'Olivia Vaisey, Henry Avery ! Cool
Des scénarios en folie
Amuses-toi à choquer les culs-serrés avec le scénario d'Ajay Shafiq, Kalyani Khan !
Des scénarios en folie
Deviens un gros nounours avec le scénario de Willow Toufoulkan, Aaron Macmillan ! Rolling Eyes
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
Nous manquons de moldus
Ce sujet te donnera sûrement envie de te lancer ! En plus, pour chaque moldu ramené sur le forum, gagne le double de points

❝ Chercher conseil et réconfort ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les fiefs Sang-pur
Gérontophile
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 315
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Kim.

Double compte : Sam Jones.

Age : Vingt-trois ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Mariée à Murphy O'Ryan.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Elle-même, gorge arrachée, cordes vocales pendantes, mutisme forcé et irrémédiable.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort débutante • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi
Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Jeu 6 Juil - 17:43
Le 2 juillet 2046

Sally par ci - Sally par là - essaie ceci, ma chérie - la robe fait-elle encore ? - goûte à ce gâteau, mon coeur, c’est délicieux ! - ah non, on avait dit blanc licorne, pas blanc perle, il y a erreur - viens goûter ! - viens toucher ! - Salomé !

Les voix de sa mère et de ses soeurs résonnent encore dans ses oreilles, alors que la navette du canal la conduit jusqu’au plus près de la demeure de Vivienne. Le dimanche est doux et frais, un vent porte encore jusqu’à elle les parfums de la ceinture verte. Le roulis de l’eau la berce et la calme, endort cette angoisse qui l’engourdit depuis des jours. Depuis des semaines. Depuis des mois, presque, alors que la date fatidique de son mariage s’approche de plus en plus, ne lui laissant plus aucune porte de sortie.
Dans quelques jours à peine, elle sera mariée. Salomé O’Ryan. Elle s’est pratiquée à signer avec ce nom, mais l’écriture lui semble étrangère, alors que la plume trace ce nom inconnu. Ce n’est pas elle. Au manoir Yaxley, l’effervescence générale est un tourbillon débilitant duquel, lâchement, elle s’est enfuie. Une nouvelle fois. Sans prévenir, sans avertir, prenant la clé des champs en descendant la façade de la maison par le lierre grimpant sous sa fenêtre, ses tiges et feuilles l’aidant à rejoindre l’herbe fraîche d’Avalon. Elle a fuit, comme les héroïnes des romans à l’Amortentia, quittant les fiefs sang purs vers d’autres horizons.

Vers d’immenses glaces au chocolat, surtout.

C’est en déambulant en ville, glace au chocolat en main, que l’idée lui est venue. Petit germe d’idée, d’abord, ensuite transformé en quelques achats rapides, puis en trois Mornilles glissées dans une navette. Transplaner serait plus rapide, mais bien moins agréable que cette excursion sous le soleil voilé d’Avalon. Elle est presque déçue, lorsque la balade s’achève, mais elle descend obligeamment de l’embarcation pour se diriger jusqu’au manoir.

Elle lisse les plis de sa jupe, du bout des doigts, avant de toquer à la porte. On lui ouvre à peine quelques secondes plus tard. Un elfe de maison à l’air un peu terrifié, qui a probablement été instruit à la dure à ne pas laisser attendre les invités. Pas de sourire, pour ce petit personnel magique, que ces temps-ci elle craint pourtant un peu moins que les moldus. Scandaleux. « Je viens pour Vivienne », dit-elle à l'elfe. Celui-ci s’efface et la laisse entrer, pour ensuite aller chercher la maîtresse Vivienne.
Elle détaille patiemment la décoration, curieuse de cet endroit où sa mentor habite seule. Loin du manoir écossais des McKay, loin de la famille. Elle en est soulagée, en vérité, et l'idée d'habiter ainsi seule, si étrangère à cette jeune fille habituée à être constamment entourée, lui paraît à ce moment séduisante. Loin de l'agitation. Au moins, ici, Sally ne croisera pas la plus âgée de ses soeurs, qui n’a pas quitté le chevet d’Eoin. Ni la petite Aileen, en pension chez les Yaxley. Sa réflexion s’interrompt sur l’arrivée de Vivienne, qu’elle salue avec enthousiasme : « Bonjour Vivienne ! Je suis désolée de ne pas avoir prévenu de mon arrivée, mais je passais par ici et… et j’ai quelque chose pour toi. Ce n’est pas grand chose, mais j’espère que ça te plaira. » Quelques sucreries raffinées, une petite bouteille d’un gin importé. Juste une petite attention, pour cette femme qui l’impressionne tant et toujours, et dont elle a le privilège de recevoir l’enseignement. Une attention, pour ce coeur brisé par les événements de la Place de l’Ascension.
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 770
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : Rose O'More

Double compte : Isaïe Saab

Age : 46 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Ven 18 Aoû - 9:58
Un frisson remonta le long de sa colonne vertébrale tandis que la main de Mordred se glissait sous le tissu de sa robe, partant lentement à l'ascension de ses cuisses jusqu'à agripper fermement le galbe de ses fesses. Vivienne laissa alors échapper un drôle de petit bruit, entre le miaulement et le soupir. Sa tête bascula vers l'arrière et ses doigts se refermèrent comme des serres dans les boucles de son amant. Cet homme lui faisait décidément perdre toute raison, pensa-t-elle dans un éclair de lucidité. Depuis la première fois qu'il avait posé les mains sur elle, elle n'avait plus pu se passer de ses caresses. Elles avaient le goût de l'interdit et du danger. La saveur du scandale mêlée à celle d'un doux caprice. C'était mal. De cela, la sorcière en avait parfaitement conscience, surtout en ces temps troubles où l'ennemi semblait surgir de toute part : l'Ordre du Phénix d'abord, et maintenant les moldus. Les moldus ! Mais Vivienne était impuissante face à ce désir qui la consumait de l'intérieur. Plus le danger grandissait, plus la flamme qui brûlait dans le creux de son ventre semblait s'échauffer. Elle n'était pas comme Eoin, ou tant d'autres encore que les derniers événements survenus dans le pays effrayaient. Au contraire. Cela faisait bien longtemps qu'elle ne s'était plus sentie aussi vivante. Aussi éveillée. Son corps tout entier frémissait au rythme de cette excitation nouvelle qu'elle sentait poindre en elle, à tel point qu'elle se serait presque cru sur le point d'imploser, certains jours.

Cela avait été le cas aujourd'hui. Elle s'était réveillée avec des fourmis dans les jambes et la rage au ventre. Tel un fauve en cage, elle avait alors tourné en rond pendant près de deux heures dans les couloirs vides de sa demeure, avant de finir par envoyer un hibou à Mordred, l'invitant à la rejoindre. Moins de dix minutes après son arrivée, ils en étaient là. Elle, à moitié adossée contre l'armoire de sa chambre, dégrafant sa chemise avec fougue, lui, dévorant sa gorge de baisers. Leurs rendez-vous volés se faisaient de plus en plus passionnés ces derniers temps. Sauvages et pressés. C'était tellement vrai que Vivienne mit plusieurs minutes à se rendre compte de la présence de l'elfe de maison qui avait transplané au milieu de la pièce. Ce dernier avait d'ailleurs l'air absolument mortifié de devoir ainsi insister pour interrompre sa maîtresse. Quand il parvint enfin à attirer son attention, il était devenu plus rouge encore qu'une pivoine et donnait l'impression qu'il ne parviendrait plus jamais à relever son regard du bout de ses pieds.

_ Netoissa est désolé de déranger la maîtresse dans ses activités, maîtresse. Mais la maîtresse doit savoir que la maîtresse Salomé Yaxley requiert audience dans le hall de la maîtresse... débita-t-il dans un seul et même souffle, comme si ses mots n'avaient voulu en former qu'un.

Complètement indifférente à la gêne de son serviteur, Vivienne échangea un regard en biais avec Mordred, celui-ci ne tardant pas à laisser échapper un grondement de frustration quand il comprit que cette visite surprise sonnait le glas de leur entrevue. Aussi charmant le divertissement fut-il, la sang-pur n'aurait su en effet tourner le dos à sa chère et tendre protégée. Malgré les temps qui courraient, elle avait entendu dire que le mariage de la jeune femme avec Murphy O'Ryan approchait à grands pas et il lui tardait de l'entendre lui raconter les coulisses des préparatifs. Elle se dégagea alors avec douceur de l'étreinte de son amant, délissant les plis de sa robe avec hâte tandis qu'elle se dirigeait vers un miroir pour remettre de l'ordre dans sa coiffure. Quand elle rejoignit enfin le rez-de-chaussée, toutes traces de ses ébats précédents avaient savamment disparues. Un grand sourire illumina son visage à la vue de la Yaxley et elle tendit ses bras vers elle avant de la ramasser contre sa poitrine, comme elle aurait salué le retour de sa propre fille.

_ Salomé, ma chérie, cela fait tellement plaisir de te voir ! Et regardes-toi comme tu es belle ! L'approche des noces te va à merveille !

Ils semblaient loin les événements de la Place de l'Ascension ainsi que sa détresse à la découverte du pauvre Eoin sur son lit d'hôpital. Vivienne ne bouda pourtant pas son plaisir à la découverte des cadeaux que lui avait apporté sa protégée et elle l'en remercia chaleureusement tandis que la silhouette de Mordred descendait l'escalier du hall principal. Un sourire au coin des lèvres, le sorcier vint également à la rencontre de la cadette, dont il saisit la main afin d'y déposer un chaste baiser.

_ Miss Yaxley, mes hommages. Et toutes mes félicitations pour votre mariage imminent. Ma cousine a raison, vous êtes absolument ravissante. M. O'Ryan est un bon parti, j'en suis certain, mais si vous me demandiez mon avis, il est certainement le plus chanceux de vous deux. Épouser une aussi divine créature ! Vous le rendrez heureux, assurément, tout comme votre sœur a su prendre soin de mon fils. Je vous prie cependant d'excuser mon impolitesse, mais j'étais sur le départ. Vous avez certainement beaucoup de choses à vous raconter toutes les deux !

Vivienne hocha la tête au regard entendu qu'il coula dans sa direction. Ils auraient tout le temps de reprendre leur discussion où ils l'avaient laissée plus tard, une fois Salomé partie. Certaines choses passaient avant d'autres, et prêter une oreille attentive aux tracas ou aux confidences des nouvelles générations en faisait partie dans l'esprit de Vivienne. Elle avait toujours eu cette sorte de bienveillance maternelle envers les jeunes personnes, les jeunes filles plus particulièrement encore – sauf quand il s'agissait de la sienne, apparemment. Elle aimait les écouter et les conseiller, sans que, pour une fois, cela ne soit un moyen détourné d'attirer l'attention sur elle.

_ Viens, passons au salon, ma chérie ! Tu dois TOUT me raconter sur ces préparatifs !
Gérontophile
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 315
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Kim.

Double compte : Sam Jones.

Age : Vingt-trois ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Mariée à Murphy O'Ryan.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Elle-même, gorge arrachée, cordes vocales pendantes, mutisme forcé et irrémédiable.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort débutante • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Mar 22 Aoû - 6:20
Toujours impeccable Vivienne, toujours ravie Vivienne, qui la serre contre son coeur comme elle le ferait d’une fille, et dans cette étreinte inattendue, Salomé est ravie de se retrouvée. Un peu raide d’abord, elle qui fuit toujours les contacts non sollicités avec ceux qui ne sont pas de son entourage, puis, plus détendue. Vivienne est de son entourage. Son mentor. Son professeur. Elle peut lui faire confiance. « Salomé, ma chérie, cela fait tellement plaisir de te voir ! Et regardes-toi comme tu es belle ! L'approche des noces te va à merveille ! Tu es trop gentille », est sa douce réponse. Même ici, elle ne peut pas échapper à l’imminence de ses noces, et elle ne se sauvera certainement pas de chez Vivienne par le lierre sous la fenêtre du salon.
Elle trouvera bien une façon, plus tard, de détourner le sujet.

La sorcière semble ravie de ses présents et alors qu’elle les découvre, une silhouette masculine vient se joindre à elles deux. Sally se fait toute petite dans ses chaussures, devant nul autre que l’architecte auquel tous doivent cette merveilleuse ville qu’est Avalon, et elle rosit même un peu lorsque l’homme la gratifie d’un baiseman en règle. Un charisme puissant, brutal, comme une claque en plein visage, et à ses compliments si savamment donnés, la brune réussit à répondre, la voix un peu petite, quasi étranglée : « Je vous remercie, Mr McKay, de vos bons voeux ». Presque rien, quelque chose de si fade et ridicule, qui lui semble bien pâle à côté de tout ce qui aurait pu être dit. Tout son détachement habituel, quelques secondes envolés.
L’oeillade de Mordred vers Vivienne ne passe cela dit pas inaperçue, et elle coule un regard quasi aussi entendu vers la sang pure, sans pourtant dire quoi que ce soit. Que le rose sur ses joues, qui parle pour elle. Et une invitation qu’elle pensera à glisser, plus tard, à sa compagne plus âgée, quelques mots afin de savoir si le McKay serait intéressé à être de la partie, le 19 juillet.

Juste, comme ça.
Au hasard.

« Viens, passons au salon, ma chérie ! Tu dois TOUT me raconter sur ces préparatifs ! » Elle se laisse de bon coeur entraîner jusqu’au salon, suivant la brune dans les pièces de la maison, avec un regard appréciateur sur la décoration. « Oh, ce n’est pas très excitant… enfin, pour moi. Je n’ai même plus le droit de goûter aux échantillons de gâteaux et de pâtisseries, et je crois que bientôt, même les regarder me sera interdit. Elle rit un peu. Elle a tout de même profité du dos tourné de sa mère pour prendre une bouchée d’un des gâteaux, avec la complicité d’une de ses soeurs. Mrs Blackburn - Eileen - participe également aux préparatifs, ainsi que son fils Kenneth. Il ne restera probablement qu’à Murphy à se présenter à l’autel, sans même qu’il ait eu à choisir la couleur de sa cravate. » S’il ne se désiste pas. Si le fait d’épouser une si jeune femme ne le dérange toujours pas. Et étrangement, l’idée qu’il la plante là au jour J ne lui semble pas si déplaisante. Un gargouillis nerveux provient de son ventre, sur lequel elle plaque sa main rapidement, comme pour tenter d’en étouffer le son. « Et tout devrait bien aller. » Un autre gargouillis, son corps qui se rebelle contre ses propres dires. Traître.
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 770
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : Rose O'More

Double compte : Isaïe Saab

Age : 46 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Sam 16 Sep - 15:34
Suite à leur échange silencieux, Vivienne n'eut plus un regard pour son amant. Elle n'avait jamais été très douée dans l'art de partager équitablement son attention, une distraction chassant bien souvent la précédente avec autant de facilité qu'un marchand de glaces savait détourner l'intérêt d'un bambin de cinq ans. Et Salomé représentait en cet instant quelque-chose d'approchant un délicieux sorbet à la framboise saupoudré d'amandes effilées. Comment aurait-elle pu résister ? Tandis qu'un elfe de maison s'affairait du côté de Mordred, l'aidant à enfiler sa redingote, la sang-pur entraînait ainsi déjà sa jeune amie en direction du petit salon où elle recevait ses invités. Netoissa avait reçu pour ordre d'aller ranger la bouteille de gin et de disposer les sucreries sur un plateau afin de les servir avec le thé. Vivienne avait ri en entendant Salomé lui raconter qu'on lui interdisait désormais de se faire plaisir avec la nourriture. « Absurde ! » s'était-elle exclamée, avant de rassurer sa cadette. Elle la trouvait absolument ravissante tel quel et lui fit la promesse qu'elle n'aurait pas à s'affamer tant qu'elle serait sous son toit. Foi de Lestrange.

Fidèle à l'efficacité de sa race, les deux sorcières n'eurent pas à patienter bien longtemps avant que l'elfe de maison ne réapparaisse. Vivienne s'était installée tout près de la demoiselle, sur le même canapé, les fesses en bout de coussins afin de pouvoir se tourner au trois quart vers elle. La nervosité dissimulée de son hôte ne lui avait pas échappée mais, pudique, elle n'avait pas voulu mettre l'accent dessus d'entrée de jeu. Elle ne se rappelait que trop bien sa propre fébrilité à l'approche de son mariage. La peur qui se succédait à l'excitation, puis la peur à nouveau, dans une terrible alternance de hauts et de bas. Cela avait été proprement vertigineux, à tel point qu'encore aujourd'hui la sorcière se faisait une idée très précise des sentiments qui devaient affoler sa cadette. Le concert de protestations que l'estomac de Salomé ne tarda pas à émettre la trahit d'ailleurs plus vite que ce à quoi elle s'était certainement attendue, et il devint difficile d'ignorer plus longtemps l'hippogriffe au milieu de la pièce. Vivienne tendit alors les mains en avant pour attraper celles de la jeune femme et les serrer fermement dans les siennes.

_ Comment te sens-tu ? demanda-t-elle avec un sérieux soudain grave et presque solennel. Et ne me sers pas les mêmes salades qu'à ta mère ! Tu peux me parler franchement. Rien de ce que tu pourras me dire ne sortira de cette pièce, tu en as ma parole.

L'expression concernée de son visage était sincère. Le doux sourire qui vint étirer ses lèvres, compatissant. Elle souhaitait réellement être une épaule charitable sur laquelle la jeune fille puisse compter et se reposer si elle en éprouvait le besoin. Et pas seulement quand il s'agissait de son implication chez les Mangemorts ! Mais pour des histoires plus personnelles également, plus intimes. Comme celles du cœur.

_ J'avais à peu près le même âge que toi quand je me suis mariée, tu sais ? Vingt-quatre ans, c'est cela ?
Gérontophile
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 315
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Kim.

Double compte : Sam Jones.

Age : Vingt-trois ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Mariée à Murphy O'Ryan.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Elle-même, gorge arrachée, cordes vocales pendantes, mutisme forcé et irrémédiable.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort débutante • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Ven 22 Sep - 5:57
Netoissa a déjà disposé les sucreries offertes sur un plateau et en moins de temps qu’il en faut pour dire Quidditch, une théière pleine de thé bien chaud - qu’importe la saison et la température - vient accompagner le tout. Pour une fois, elle ne dirait pas non à l’ingrédient secret de son père pour un thé magique - une larme de Firewhisky, mais elle n’en dit rien à Vivienne. L’elfe s’occupe de les servir, obligeant et bien élevé, alors que la Vivienne en question prend ses mains dans les siennes, réconfortante et subitement si sérieuse (elle pense avoir fait une bêtise, déjà, à peine arrivée) : « Comment te sens-tu ? Et ne me sers pas les mêmes salades qu'à ta mère ! Tu peux me parler franchement. Rien de ce que tu pourras me dire ne sortira de cette pièce, tu en as ma parole. » Il ne lui viendrait pas à l’idée de douter de la parole de Vivienne, qu’elle considère avec un respect toujours grandissant, et compter sur elle pour tout lui semble agréable. Ni sa mère, ni sa soeur, ni son amie, son statut plus extérieur à sa vie lui permet un regard plus avisé, peut-être, sur ce qui est si proche de l’engloutir. De l’avaler toute entière. « J'avais à peu près le même âge que toi quand je me suis mariée, tu sais ? Vingt-quatre ans, c'est cela ? Sally voit d’ici l’image de Vivienne à son âge. Le même visage de poupée, les mêmes grands yeux doux. Belle comme un coeur, à ne pas en douter. Presque. Vingt-trois », qu’elle corrige avec un demi-sourire.

Et puisqu’elle le demande, autant se jeter dans la gueule du loup. Elle caresse doucement les mains de la sorcière, mais ose à peine soutenir son regard, tant elle craint de la décevoir. Ou de la blesser, avec ses questions angoissées. Mais elle en a parlé d’abord : elle a donc le droit. Elle croit. Elle espère. Faites qu’elle ne se mette pas les pieds dans les plats… « J’ai… tellement peur, Vivienne. Peut-être suis-je seulement nerveuse, mais je ne sais pas si j’ai hâte, ou si je me sens uniquement prise… au piège, et incapable de sortir de cela. Un si maigre filet de voix, quasi étouffé par les gargouillements furieux qui ont recommencé à agiter son ventre. Une de ses mains délaisse celles de Vivienne, afin de déposer un seul et unique macaron sur son assiette. Occuper ses mains, sa bouche, son ventre, pour tenter d’occuper son esprit à autre chose. Elle n’a jamais osé verbaliser cela ainsi. Comment te sentais-tu, toi ? » Certainement mieux. Elle sait qu’Amadeus et elle ont choisi de s’épouser - et étaient bien moins éloignés en âge qu’elle peut l’être avec son propre futur époux. Et pourtant… est-ce que ça a vraiment changé quoi que ce soit, au vu de sa situation actuelle ? Aussi séduisant le duelliste soit-il, sa gouaille charmeuse ne lui a servi qu’à blesser Vivienne. Et les beaux sentiments également.
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 770
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : Rose O'More

Double compte : Isaïe Saab

Age : 46 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Chercher conseil et réconfort
ce message a été posté Hier à 17:10
Vingt-trois ans ! Vivienne répéta l'information dans un souffle, accompagné par un petit rire presque incrédule. Le temps passait si vite. Celui de ses jeunes années lui semblait à la fois si proche et si lointain. C'était étrange. Un doux sentiment de nostalgie lui étreignit alors la poitrine. Pourtant, quand elle repensait à la jeune femme qu'elle avait été, Vivienne était un peu embarrassée par sa naïveté de l'époque. On était alors en pleine guerre civile. Le Royaume-Uni était à feu à sang, déchiré par les luttes intestines opposant ses propres enfants. Elle-même avait déjà participé à de nombreuses batailles et, encore aujourd'hui, la sorcière se demandait comment elle avait pu savoir tant de choses de la guerre tout en en ignorant tant d'autres de la vie. Elle n'avait pas senti l'enfance la quitter. Son mariage avec Amadeus lui en avait fait prendre conscience de la plus naturelle et en même temps de la plus incongrue des manières. Ou disons plutôt que sa cousine lui en avait fait prendre conscience, lorsqu'elle lui avait demandé à peine une heure avant le début de la cérémonie si elle avait déjà été avec un homme. Vivienne n'était sûre de rien en ce qui concernait Salomé, mais à en juger la façon dont elle osait à peine soutenir son regard, elle croyait pouvoir deviner au moins une des raisons de son malaise.

Ce ne fut pas l'angle d'attaque que choisi la cadette cependant. Sûrement cela viendrait-il plus tard, songea Vivienne, si Salomé lui faisait assez confiance pour se confier à ce sujet. En attendant, elle ne put que darder un regard compréhensif dans sa direction alors qu'elle lui révélait le fond de sa pensée. Vivienne n'était pas sans savoir que le mariage prochain de la Yaxley avait été arrangé par son père. Ou que l'époux qu'il lui avait choisi avait plus de deux fois son âge. Elle comprenait très bien en quoi cela pouvait affoler le cœur d'une jeune femme à peine sortie de l'adolescence. Et en même temps... Lorsqu'Amadeus lui avait demandé sa main, Vivienne s'était sentie privilégiée qu'Isis lui laisse le choix de sa réponse. Elle avait cru vivre un véritable conte de fée, jusqu'à ce que la réalité la rattrape et ne lui fasse revoir son jugement quant aux mariages d'amour. Les sentiments compliquaient tout. Mieux valait vivre sans et trouver une certaine paix dans son ménage plutôt que de connaître les affres qu'ils semaient dans leur sillage. Salomé était peut-être encore trop jeune pour comprendre cela, mais cela viendrait.

_ Comment te sentais-tu, toi ?

_ Nerveuse, bien sûr ! Comme toi ! C'est une réaction parfaitement normale lorsque l'on est sur le point de prendre un tel engagement. Je ne vais pas te mentir : un mariage n'est jamais une mince affaire. Il faut trouver ses marques tout en apprenant à composer avec l'autre. On découvre de nouveaux aspects de la vie. Certains devoirs également. Elle rit doucement. J'étais loin d'avoir conscience de tout cela lorsque je me suis mariée. J'étais jeune et avais certainement bien moins la tête sur les épaules que toi.

Elle lui sourit tendrement et vint caresser sa joue du bout des doigts. Un effleurement à peine, avant de ramener sa main à elle.

_ J'ai pu choisir mon mari, contrairement à toi, c'est vrai, mais ne crois pas que cela arrange tous les problèmes. Les difficultés restent les mêmes. Murphy O'Ryan est un parti respectable. Il a une situation plutôt correcte et a la réputation d'être un homme intègre. Je ne doute pas qu'il saura prendre soin de toi même si je comprends qu'il ne fasse pas palpiter ton cœur. Mais parfois, tu sais, il vaut mieux se contenter de la chaleur d'une bougie plutôt que de celle d'un feux d'artifice. On risque moins de s'y brûler les ailes.
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les fiefs Sang-pur