AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Alimente les potins et autres rumeurs avec le premier amour d'Elizabeth Carrow, Sofia Schmidt !
Des scénarios en folie
Explore ton Oedipe avec le fils de Victoria McKay, Donan Avery !
Des scénarios en folie
Viens jouer les super vilains avec l'amant Vivienne McKay, Mordred McKay !
Des scénarios en folie
Lance-toi à la recherche de ton fils perdu avec le père de Salazar Sabordage, Cecil Phillips !
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ Madness returns ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les sept quartiers
Cachet d'aspirine
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 165
Date d'inscription : 08/11/2017
Célébrité : Nastya Zhidkova
Crédits : Chicken Smoothie

Double compte : Alice Charley, Hélios C. Kark & Esther Baron

Age : 19 ans
Sang : Sang-pur
Statut : En attente de fiançailles mais en couple (fidèle) avec Anastaz Hunter
Métier : Stagiaire à la Commission de la Trahison
Baguette : 28 centimètres en bois d’aubépine avec pour cœur un crin de sombral, droite et rigide.
Epouvantard : Elle-même
Dialogue : Theresa : #00cc66 Theresa bis : #9068ff

Albinos - Fais plus confiance à son grand-père ou son oncle qu'à ses propres parents - Adorable petite Sang-Pure de bonne famille le jour, peste sanguinaire la nuit - Étudie la magie noire et ça ne l'aide pas à réfréner ses tendances violentes - Naïve mais pas stupide - Cuisinière intempestive de muffins et autres pâtisseries
Madness returns
ce message a été posté Lun 23 Juil - 23:33
« Mère ! » Theresa descend les escaliers pour envahir le vestibule. Adeline Mulciber, parée de sa plus belle robe, lève un sourcil à l’arrivée de sa fille unique. « Que se passe-t-il… » L’albinos reste muette mais lui donne un câlin. Ses bras encerclent son dos en long et en large, et ses petits doigts posent un objet minuscule, devenu invisible par des enchantements, sur la robe. « Je voulais te souhaiter une bonne soirée ! » Les sourcils d’Adeline se froncent. « Theresa, cesse ces gamineries, tu n’as plus dix ans. » La petite retire ses bras, le visage décontenancé. « N’as-tu pas des dossiers à compléter ? Des livres à lire ? » « Oui, mère. » « On ne te prendra jamais au sérieux dans le monde si tu continues à agir de la sorte. J’ai cru remarquer un relâchement dans ta posture, ces derniers temps. Travaille sur ça… Allez, bonne soirée, ma fille. » « Hm, oui, j’y veillerai… » « Bien. » Sur ce, sa mère sort du manoir et disparaît. L’expression autrefois abattue de la Mulciber se transforme en sourire malin.

Une rune sur un artefact. Lire des livres tous les soirs a fini par payer. Avec ça, elle pourra espionner les faits et gestes de sa mère grâce à une pierre blanche. De sa chambre elle suivra la nuit comme une voyante qui interprète le futur grâce à son troisième œil. Sa stratégie lui a autrefois permis d’observer quelques bribes du quotidien de Mortimer, au travail. La connexion s’est coupée mais elle a affiné l’appareil. Tu es la meilleure, Theresa… Je n’ose pas encore imaginer tous les petits secrets que je pourrais apprendre. Elle doit rencontrer des personnalités importantes, des Mangemorts… Le savoir est l’épée.

Toute la soirée, elle espionne les péripéties de sa génitrice tout en consultant son encyclopédie des runes pour s’occuper. En vérité, l’immense majorité de la soirée se compose de platitudes, de conventions et d’alcool hors de prix. Ma mère aime le champagne… Ce n’est pas nouveau. Ah tiens, elle boit plus qu’elle le devrait ? Ça va devenir intéressant… Oh Lux Salamander. Ça fait longtemps que je ne lui ai pas parlé… C’est sûr qu’il doit chasser tout le temps… Il a pour ami Mervyn Jr., je ne suis rien pour lui, ça doit être la raison pourquoi il ne me parle pas souvent… Alors, les runes pièges se dessinent avec des courbes accompagnées de pointes… Attend, qu’est-ce qu’elle raconte à Lux ? Voilà qui est étrange… Attend, où elle va comme ça ? Mais… pourquoi elle… Qu’est-ce qu’ils… La connexion coupe. Malheureusement, Theresa a vu assez. Et c’est déjà trop.

***

Depuis cet incident, la Mulciber traque le Salamander. Elle se renseigne sur la famille Salamander, leur généalogie (qu’elle connaissait dans la mesure du raisonnable, dorénavant elle possède une image claire de leur arbre). Qui est Lux ? Que fait-il de ses journées ? Voyeuse… Elle incarne l’œil Mulciber. Elle tente de découvrir. En savoir plus sur l’homme qu’elle cherche. Le coincer quelque part. Lui demander des réponses.

Le faire chanter ? Pas dans ses plans… encore moins de le menacer, bien que l’idée lui soit venue à l’esprit plusieurs fois. Dans tous les cas, elle se prépare. Sa nature ombrée mêlée à ses capacités d’enquêtrice forme un mélange dangereux. S’informer sur Lux, c’est créer un dossier à son nom, accumuler des preuves et des faits… Une méthode bureaucratique qui cache un désir primordial et bestial. Celui de la chasse. Le tuer ? Non, il s’agit d’autre chose… Plutôt le coincer. Voilà, c’est ce qu’elle veut, le coincer. Quelque part. N’importe où. Trouver des réponses… Oh certes elle pourrait oublier toute cette histoire. Mais non. Ça l’obsède. C’est ainsi.

Elle sait que le chasseur de dragon apparaît souvent au grand jour, ces derniers temps. Montrerait-il sa présence pour combler l’absence de Mervyn Jr ? Theresa croit en cette théorie. Voilà pourquoi elle se prépare à participer à l’inauguration d’une galerie d’art de peinture magique à Avalon. M. Rolthmeir a dû quitter Londres, lui qui trouvait son inspiration dans la dévastation du monde moldu et de la nostalgie du Chemin de Traverse. Il revient en force avec une nouvelle collection intitulée Beauté Pure. Elle ignore si son homme viendra, mais elle prend le risque.

***

Touché. Parmi la foule amassée, elle distingue l’ombre du grand chasseur de dragons. Son corps massif détonne sur cette assemblée de sorcier longiforme… Quant à Theresa, elle ressemble à une naine à côté de lui. Elle s’est donnée du courage : elle porte la chevalière d’Elena. Elle a enfermé l’artefact dans un coffre, à double tour, depuis sa mission pour les Mangemorts… Elle aurait pu l’oublier si sa proie n’était qu’un homme. Mais Lux n’est pas qu’un homme : il a la carrure des surhommes et une chaleur animale. Elle ? Une voix frêle et de petites mains… Alors, elle a pris les grands moyens. J’espère ne pas avoir à l’utiliser… Autant pour moi que pour lui. Mais qu’ai-je donc à craindre ? Je veux seulement discuter… rien qu’un peu… un bref moment…

La galerie s’ouvre. Des cocktails sont offerts aux convives. Theresa se démarque par sa blancheur habituelle. Quant à sa robe, elle prend les bannières noires et des dentelles à ne plus quoi en faire. Une vraie poupée. Une peinture à elle seule, une œuvre d’art gothique à la peau impeccable.

Il s’agit d’une des rares fois où la petite s’est préparée avec toute l’élégance attendue des jeunes Sang-Pures. Elle refuse le cocktail. Entre un ou deux curieux venus lui adresser la parole, elle réussit à accoster Lux. « Lux Salamander ! Ah pardonnez mon arrivée un peu prompte… Cela fait longtemps que je ne vous ai pas vus. Comment allez-vous ? Comment va Mervyn Jr ? » Des mondanités vaines. Bon, sa réponse sera toujours ça de pris. Une ligne de plus dans son dossier. Il est devant moi… je le vois… ma cible… celui que je cherche… Malheureusement, d’autres femmes viennent prendre l’air et Theresa finit par s’écarter du Salamander.

Elle reste aux aguets.

Et elle n’est pas déçue.

***

Lux est isolé dans la section interdite au public. La plupart des cadres demeurent vides, sauf quelques-uns agencés vers le fond de la pièce. Des peintures étranges qui contrastent avec les œuvres reflétant la splendeur, de magnifiques vierges, la baguette à la main, prêtes à faucher l’ennemi. Le contexte veut que le visiteur y voie le combat de la pureté contre les monstres Phénix. Toute la galerie n’était que politique.

Sauf cette partie.

Elle avance en silence, les pieds enchantés pour ne faire aucun bruit. Il a l’air étrange… Je ne sais pas… D’ailleurs, pourquoi est-il allé ici ? Que cherche-t-il ? Peut-être qu’il attend une femme… Eh bah, il en trouvera une. Mais je ne suis pas ma mère. Theresa fait un moulinet avec sa baguette et murmure un sortilège. Son corps devient noir, pareil à une ombre. Elle ferme les yeux.

Elle réapparait dans la pénombre près du chasseur. Toujours avec cette apparence ombrée, vaporeuse. Elle ouvre un œil à la fois, ceux-ci étant distinctifs et clairs. Ses yeux gris croisent les siens. Theresa prend des nuances plus claires, prenant des teintes monochromes gris foncé. « Coucou, Lux. » Elle ne cligne pas des yeux. « Excuse mon apparition… impromptue. Je n’ai pas ton aisance pour les mondanités… Je ne te dérange pas j'espère ? Ne t'inquiète pas, je ne resterai pas longtemps. » Juste un petit moment. « Je veux savoir ce qu'il y a entre toi et ma mère. Adeline Mulciber. » Elle ne s’excuse pas de cette question ô indiscrète.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Chibis par Eoin:
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 06/07/2018
Célébrité : Alexander Ludwig
Crédits : (c) balaclava

Double compte : Nilhem Kark & Hija Sabordage

Age : 24 ans
Sang : Pur
Statut : Célibataire, aimant se faire plaisir discrètement.
Métier : Chasseur de dragons, il aime la traque et la mise à mort à peu près autant que la découpe et la revente.
Baguette : Bois de sapin, 22cm, ventricule de coeur de dragon.
Dialogue : firebrick

Re: Madness returns
ce message a été posté Mar 24 Juil - 7:24



madness returns

theresa & lux


Posons les bases : Lux n’a pas réellement envie d’être là. Mais l’invitation est arrivée directement à l’appartement qu’il partage avec Mervyn Jr, qui lui a laissé comme instructions de s’assurer que tout le monde soit dans de bonnes dispositions à son égard, à leur égard quand il reviendrait de Finlande. Sous peu. Il lui a répondu qu’il commençait à avoir une sacrée note à payer et qu’il fallait qu’il ramène ses fesses en Angleterre très rapidement. Certes, en attendant il n’en reste pas loin que c’est lui qui est coincé à cette soirée et il aimerait vraiment, vraiment être ailleurs. L’art. Une drôle d’idée. Encore une fois, l’héritier Salamander est bien loin de manquer de culture mais autant la musique, il peut comprendre, les tableaux en revanche … il trouve cela d’un ennui … et la sculpture, même chose. Mais cet artiste a visiblement des connexions et est « le » dernier à la mode, un excentrique qui a toujours eu sa galerie à Londres et a refusé d’en bouger … jusqu’à ce qu’il y soit forcé, bien évidemment. Et c’est donc son renouveau qu’il célèbre, avec une toute nouvelle exposition, qu’il ouvre ce soir-là, et la promesse d’une nouvelle salle, avec une autre série d’œuvres inédites, qu’il exposera au grand public plus tard et ne dévoilera qu’à un petit nombre de privilégiés. Cela promet donc d’être un florilège de courbettes et de compliments plus ou moins sincères pour parvenir à obtenir le précieux sésame qui les laisserait entrer dans ces lieux. Si tout le monde aime ce que cet artiste fait ? Pas le moins du monde. Mais se voir attribuer un privilège, même inutile, est évidemment une chose qui procure un plaisir sans pareil. Pas pour Lux. Qui, de toutes les manières, sait pertinemment qu’il y aura droit, étant donné le coup d’œil que lui a glissé la star du jour en arrivant. Non, pas lubrique, mais de l’homme qui sait à qui il a à faire et dont le meilleur ami se souviendra en cas de besoin le moment venu. Une perte de temps considérable.

Et la soirée commence très mal, alors qu’une voix perfide et sifflante que le jeune homme connaît bien retentit, comme murmurée au creux de son oreille. Elle n’est pas conciliante aujourd’hui, elle qui sait se faire suave et irrésistible. Il n’a pas prévu ça et cela le contrarie énormément. Il n’a pas besoin de ça. Sa nuque s’est raidie et il la fait jouer doucement, s’emparant d’un verre au passage. L’alcool peut aider à se détendre, mais la voix a tendance à s’en nourrir également. Ce n’est pas si grave. Il sait la faire taire. Et pourtant, il se sait agacé. Il se sait fatigué. Et ce ne sont pas de bonnes conditions pour garder le contrôle. L’ignorer, peut-être va-t-elle se taire d’elle-même. Mais non. Tu sais très bien que nous n’avons rien à faire ici. Sa mâchoire se crispe légèrement alors qu’il salue quelques personnes qu’il connaît au moins de vue, sans y faire cependant attention, répondant machinalement aux questions qui lui sont posées. La chose intelligente à faire serait de vider les lieux, rapidement, prétextant une urgence familiale ou une migraine … mais il ne peut pas risquer de répandre des rumeurs sur son compte, pas quand il travaille si dur à se forger une image, à en forger une pour Mervyn Jr. Elle va se taire. Pourquoi veux-tu que je me taise ? Je suis ta seule amie dans cette foule d’insignifiants. Ecoute-moi, Lucifer … Il lui faut tout son self-control pour ne pas lui dire de la ferme à voix haute. Mais il n’est que contrôle. Ses muscles jouant sous son costume parfaitement ajusté à son imposante stature, il se retourne finalement de nouveau devant l’artiste, un certain M. Rolthmeir qui le salue avec empressement : Monsieur Salamander, c’est un honneur. Il semble sur le point de s’étouffer avec la plume qu’il porte sur la tête. C’est là une superbe galerie, monsieur Rolthmeir. Mes félicitations d’être parvenu à vous reconstruire si vite. Elle serait encore mieux au fond de sa gorge … Ne pas ciller. C’est grâce à la générosité de mécènes, vous n’avez pas idée … Il continue de babiller, ignorant tout de ce qui se passe dans la boîte crânienne de son interlocuteur. Tu pourrais l’y aider. La lui arracher, avec ses ridicules fanfreluches et lui enfoncer profondément dans le … On m’a dit que certaines pièces spéciales n’avaient pas été rendues publiques pour l’instant ? Il a interrompu l’artiste en pleine explication de ses toiles. Lucifer aurait peut-être dû feindre plus d’intérêt pour l’anatomie féminine, autant suggérée que dévoilée. Mais cela n’a pas l’air de surprendre l’homme. Un jeune homme de bonne famille ne s’abaisse pas à ça. Et c’est un invité particulier, réclamant un traitement particulier. Il roucoule, au contraire : Mais oui, ce sera un plaisir que de vous les faire découvrir. Pourquoi la plume, après tout ? Eventre le. Mets-en partout sur les cadres. Ça, ce serait de l’art. Je ne voudrai pas vous arracher à vos invités. Indiquez-moi seulement le chemin.

Lux n’est plus là. Il est dans sa propre tête, en train d’essayer de maîtriser celui qu’il appelle son démon intérieur. Et pour une fois, Chamaël n’est pas là pour lui sauver la mise. Heureusement, son sang, son rang et son nom ainsi que sa réputation lui autorisent quelques manquements à l’étiquette sans que des questions ne soient posées. Et rapidement, il est à l’écart du bruit, des questions. Le masque tombe, son sourire disparaît et ses traits se creusent, alors qu’il avance pour s’éloigner le plus possible de l’agitation. Le silence lui fait un bien fou, même si le parasite ne fait qu’en profiter. Bon plan. Il te rejoindra, et tu n’auras qu’à … La ferme. Les mâchoires aussi serrées que ses poings, il est prêt à exploser. Il évite de lui parler, ça ne fait qu’amplifier le phénomène. Et il faut qu’il regagne le contrôle. Mais il n’a pas pu s’en empêcher. En voilà des façons, la voix s’est fait caressante, plus pressante, tu sais que je ne veux que ton bonheur. Il est arrivé au fond. Devant un tableau représentant un monstre gigantesque en train d’avaler des êtres par poignées. Des Moldus, à n’en point douter. Il y a du sang, partout. Ca t’inspire, n’est-ce pas … ? Vas-y. Il sait que la migraine ne va pas tarder. Il faut qu’il s’en aille. Qu’il invente des compliments sur ce qu’il vient de voir et disparaisse. Et tant pis si cela sous-entend qu’il a mieux à faire. Trop tard. Tu n’es plus seul. Et alors qu’elle éclate de rire, quelqu’un apparaît, effectivement. Et la baguette de Lux la pointe, un battement de cœur plus tard ; des réflexes aiguisés, qu’il ne perd jamais. Qui s’affinent, au contraire, quand elle lui parle. La forme est … inquiétante. Mais il reconnaît les traits. Et la voix. Coucou, Lux.

Il sait qu’il n’est pas en proie à des hallucinations. Il n’est pas Chamaël. Mais son esprit peine à faire le point sur ce qu’il a sous les yeux. Excuse mon apparition… impromptue. Je n’ai pas ton aisance pour les mondanités… Je ne te dérange pas j'espère ? Ne t'inquiète pas, je ne resterai pas longtemps. Impromptue ? Ce n’est pas le terme qu’il aurait employé. Je veux savoir ce qu'il y a entre toi et ma mère. Adeline Mulciber. Theresa Mulciber, répond-il finalement, sans lâcher sa baguette pour autant. Tu pourrais la tuer, elle. Ses dents ripent les unes sur les autres alors qu’il tente de se contrôler. Pourquoi la cousine de Mervyn vient précisément à cet instant ? Il faut qu’elle parte, rapidement. Ils ne se sont jamais adressé la parole plus que de raison, même s’il la suffisamment croisée avec Nilhem pour la connaître un peu plus que la moyenne des gens – il a même demandé à Mervyn si cette association était une bonne idée. Et en voyant ce qu’il voit … il ne peut que se féliciter de son questionnement. tu tombes mal, continue-t-il finalement alors que l’autre ne lâche pas l’affaire : Regarde-la. Du blanc, du noir, du gris … cela manque de rouge. Et ça irait parfaitement au milieu des œuvres. Sa question n’a pas été ignorée. Même s’il le surprend. Adeline Mulciber. Il s’en souvient parfaitement, surtout du frisson qu’il a ressenti en la prenant dans le bureau d’un noble de la ville, à une soirée mondaine. Le danger. Surtout. Pour le reste … Ou alors retrouve la, et tue les toutes les deux. Cela ne va pas en s’arrangeant. Je ne comprends pas ta question. Il n’y a rien, entre ta mère et moi. Ce qui est vrai à bien des niveaux, physiques, d’abord, il n’y a plus eu grand chose à un moment et ensuite … ce n’était qu’une fois, Voldemort merci, pour le plaisir d’avoir fait succomber une femme mariée de la haute société. Même si, selon son frère, il n’était pas le premier – enfin, le plus jeune sans le moindre doute. Je ne vois pas de quoi tu parles. Personne n’est au courant. A part son frère. Et cette fille est visiblement dérangée. Dire que toi, tu es parfaitement sain d’esprit … Tue la. Ses prunelles sont agitées de tressaillements alors qu’il cille régulièrement pour contenir la voix. La rage. La violence. Et la migraine, oh, la migraine qui commence à pointer le bout de son nez.


(c) DΛNDELION

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Into the Fire
ANAPHORE
Cachet d'aspirine
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 165
Date d'inscription : 08/11/2017
Célébrité : Nastya Zhidkova
Crédits : Chicken Smoothie

Double compte : Alice Charley, Hélios C. Kark & Esther Baron

Age : 19 ans
Sang : Sang-pur
Statut : En attente de fiançailles mais en couple (fidèle) avec Anastaz Hunter
Métier : Stagiaire à la Commission de la Trahison
Baguette : 28 centimètres en bois d’aubépine avec pour cœur un crin de sombral, droite et rigide.
Epouvantard : Elle-même
Dialogue : Theresa : #00cc66 Theresa bis : #9068ff

Albinos - Fais plus confiance à son grand-père ou son oncle qu'à ses propres parents - Adorable petite Sang-Pure de bonne famille le jour, peste sanguinaire la nuit - Étudie la magie noire et ça ne l'aide pas à réfréner ses tendances violentes - Naïve mais pas stupide - Cuisinière intempestive de muffins et autres pâtisseries
Re: Madness returns
ce message a été posté Mer 25 Juil - 22:00
Tu tombes mal. Un rictus mesquin apparaît sur l’ombre de Theresa. « Ah bon ? », répond-elle en mimant la surprise. Sans doute tombe-t-elle mal : mais Lux tombe-t-il à point pour s’isoler ? Il s’agit d’un gouffre pour tous les deux : une confrontation qui aurait pu être évité. Mais non.

Cela dit, elle garde le contrôle. Elle saura quand se rétracter.

Tout cela l’enivre. Pas de moldus ni de terroristes au sang – très probablement – mêlé, mais bien un homme Sang-Pur dans la force de l’âge. Elle se surpasse dans ses talents de traqueuse, elle s’attaque à une plus grosse proie… Cela dit, elle reste à distance. Loin, à observer, tandis que son ombre interagit pour elle pareil à un pantin. Theresa a appris de ses erreurs : son pied peut en témoigner. Prudence, contrôle… Tu sais ce qui arrive lorsque tu t’amuses trop. Tu laisses tes sentiments femelles t’emporter et tu fais n’importe quoi. Tu perds ta concentration. Reste cadrée sur l’objectif.

La sombre enfant rejette le déni du Salamander d’un revers de la main. Pas dupe : même en beaux temps, il faudrait au grand blond une bonne dose d’arguments en béton pour la convaincre qu’il n’a que jouer aux échecs magiques avec sa mère… Surtout après ce qu’elle a vu.

Peut-être voudrais-tu le punir ? C’est sa faute, il aurait dû tenir ses pulsions en laisse au lieu de… Et tu as vu que… Décadence, parjure, déshonneur. Entre lui et ta mère, ne partage-t-il pas la moitié du blâme ? La chevalière lui chauffe le doigt. Joli artefact… jolie chose qui nourrit ses instincts inavouables et son goût…. de justice. Sa justice. Reste. Concentrée.

Une nouvelle ombre de la Mulciber apparaît à quelques mètres du chasseur. Située en hauteur, elle se prélasse sur une sculpture enchantée représentant un arbre de marbre aux reflets d’un ciel d’été. « Lux… arrête de nier. Ça devient gênant. Presque autant que la manière dont je suis certaine que vous aviez fait quelque chose de mal. » Elle perd son sourire. « En soi, tes relations m'indiffèrent. Il vaut mieux que cet épisode reste… privé. Ce que je veux, c’est des informations. Qui d’autre la fréquente ? Tu dois en savoir quelque chose, hm ? » Tu es un homme après tout, et les hommes savent ce genre de choses… Surtout ceux de son espèce. Les déviants se reconnaissent entre eux… Ah qu’est-ce que ce serait drôle si père savait… Mais cette histoire deviendrait un inconvénient. Un malheureux inconvénient.

Le chat blanc observe le pourfendeur de dragon. Ses yeux scrutent la moindre partie de son corps, à la recherche de la moindre réaction pouvant l’intéresser… Ce qui l’étonne, c’est comment Lux semble… Vulnérable. Pas vulnérable au sens impuissant, mais vulnérable d'esprit. Elle s’attendait à plus de fierté mal placée, à une tête haute et une réponse empreinte d’une raison qu’elle jugerait masculine. Au lieu de ça, elle voit des yeux empreints de folie, une hargne qui lui reste en travers de la gorge… Certes, il y a de quoi s’énerver mais… Ça la surprend, voilà tout. « As-tu besoin d’un verre d’eau ? » Les traits de Theresa se crispent d’un amusement autant malsain que juvénile. Une blague. Ses blagues. Une attention absurde. L’araignée qui tisse sa toile dans son plafond.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Chibis par Eoin:
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 06/07/2018
Célébrité : Alexander Ludwig
Crédits : (c) balaclava

Double compte : Nilhem Kark & Hija Sabordage

Age : 24 ans
Sang : Pur
Statut : Célibataire, aimant se faire plaisir discrètement.
Métier : Chasseur de dragons, il aime la traque et la mise à mort à peu près autant que la découpe et la revente.
Baguette : Bois de sapin, 22cm, ventricule de coeur de dragon.
Dialogue : firebrick

Re: Madness returns
ce message a été posté Jeu 26 Juil - 8:41



madness returns

theresa & lux


Le doute l’habite. Ce n’est pas Theresa Mulciber qui se tient là, et pas seulement parce qu’il ne la croit pas assez folle pour venir le provoquer sous son nez. Parce que cette diction, parce que cette aura sont bien loin de ce qu’il a pu sentir d’elle, au fil des ans. Alors certes, il a toujours trouvé l’Albinos des plus étranges, mais ce n’est rien à côté de ce qu’il ressent actuellement. Cette aura puissante, de magie noire pure qui les enveloppe. S’il a peur ? Pas le moins du monde. La peur n’efface pas le danger et ne fait que ralentir le corps et l’esprit. Sans compter qu’il te suffirait d’un coup pour la faire tomber. Allez. Fracasse son joli crâne sur le sol … Sauf que ce n’est pas elle. Il y a trop de magie dans l’air, ça ne peut pas venir d’elle, pas de la Theresa que le monde connaît. Parce que le monde me connaît, moi ? Il tressaille, à peine. Ses muscles jouent, doucement, pas trop pour ne pas qu’un coup parte. En contrôle. Il doit se montrer en contrôle. Pas comme la personne en face. Si c’est Theresa, elle a visiblement perdu les pédales et est bien téméraire de se montrer sous ce jour. Mais si elle est une autre … ou un autre … Lux… arrête de nier. Ça devient gênant. Presque autant que la manière dont je suis certaine que vous aviez fait quelque chose de mal. Un rire lui échappe. Incontrôlable. Peut-être en fait est-ce bien elle. Raisonné comme une parfaite pucelle de Sang Pur. Ca n’a cependant pas l’air de la faire rire, ce qui ne diminue pas son sourire. Garder le contrôle. Oh non, perds-le, s’il te plaît. Tu sais comme j’aime quand tu es violent. Il ne parvient pas à déterminer si c’est un homme ou une femme. Juste un démon. Comme celui qu’il a sous les yeux. En soi, tes relations m'indiffèrent. Il vaut mieux que cet épisode reste… privé. Ce que je veux, c’est des informations. Qui d’autre la fréquente ? Tu dois en savoir quelque chose, hm ?

D’accord, il s’agit bien de la fille Mulciber. Adeline n’est pas si intéressante que ça, et personne ne viendrait le confronter pour simplement savoir si elle a des aventures. Sauf s’il s’agit du mari, mais il n’aurait pas employé les mêmes mots. Et lui en aurait sans doute collé une. Peut-être. La deuxième apparition d’une ombre lui confirme ce qu’il sait déjà : elle n’est pas réellement là. As-tu besoin d’un verre d’eau ? Crispation de ses traits, également. Il choisit de ne pas répondre. C’est une bonne idée. Tu pourrais la noyer. Juste avec un verre d’eau. Mais si. Tu sais comment. Il fait jouer sa nuque, doucement, sentant ses veines commencer à chauffer. Si elle ne se tait pas, si elle ne disparaît pas rapidement, bientôt il devra agir. Il sait qu’il va devenir violent. Ce n’est plus qu’une question de temps. Et de contrôle. De damage control, qui risque d’être compliqué. Je prendrai un verre d’eau si tu viens me l’apporter toi-même. Il se détourne des ombres, ses yeux scrutant l’obscurité régnant dans les coins de l’immense pièce où il se trouve. Même toi, tu as passé l’âge de jouer à cache-cache. Elle est de ceux qu’on ne voit pas grandir. Mais si elle souhaite être prise au sérieux, il va falloir qu’elle le mérite. Et pour l’instant, il ne sait que penser. Il sait juste que ses tempes commencent à pulser, d’un rythme ressemblant à s’y méprendre à des tambours aborigènes avant un rituel. De sacrifice. Une vierge à sacrifier … Quant à Adeline Mulciber, il ignore la voix, tentant de se préserver suffisamment pour lui donner ce qu’elle veut et qu’elle s’en aille avant qu’il ne perde pied, elle a effectivement de nombreux amants. Il ne répond ainsi pas à son propre chef d’accusation. Mais si tu veux des détails, tu t’es trompé de Salamander. C’est son frère, la mine de renseignements et il a sans doute une liste longue comme le bras à lui fournir. Lui, s’en moque éperdument. Cela dit, l’instinct protecteur reprend le dessus. Avec les visions de Cha’, pas question de lui envoyer cette … folle ? On y revient. Il faut la tuer. Tout de suite. Sa main tient toujours sa baguette, même si elle s’est baissée. Et ses doigts se crispent dessus. Même si je doute que les noms aient une quelconque importance, la liste s’allongeant de jour en jour. Il pourrait lui donner des détails. Lui dire que c’est elle qui provoque les hommes. Mais à quoi bon. Il faut être deux, pour ça. Il est bien placé pour le savoir.


(c) DΛNDELION

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Into the Fire
ANAPHORE
Cachet d'aspirine
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 165
Date d'inscription : 08/11/2017
Célébrité : Nastya Zhidkova
Crédits : Chicken Smoothie

Double compte : Alice Charley, Hélios C. Kark & Esther Baron

Age : 19 ans
Sang : Sang-pur
Statut : En attente de fiançailles mais en couple (fidèle) avec Anastaz Hunter
Métier : Stagiaire à la Commission de la Trahison
Baguette : 28 centimètres en bois d’aubépine avec pour cœur un crin de sombral, droite et rigide.
Epouvantard : Elle-même
Dialogue : Theresa : #00cc66 Theresa bis : #9068ff

Albinos - Fais plus confiance à son grand-père ou son oncle qu'à ses propres parents - Adorable petite Sang-Pure de bonne famille le jour, peste sanguinaire la nuit - Étudie la magie noire et ça ne l'aide pas à réfréner ses tendances violentes - Naïve mais pas stupide - Cuisinière intempestive de muffins et autres pâtisseries
Re: Madness returns
ce message a été posté Ven 27 Juil - 21:05
Alors, il prendrait ce verre d’eau. Elle garde l’idée au fond de la tête. Pour l’instant, elle continue de l’observer… lui qui jette ses yeux de chasseur vers les noirceurs de la pièce, en quête de sa présence physique. Que va-t-il faire s’il me trouve ? Il tient sa baguette avec raideur… Il deviendra peut-être violent. Fort heureusement, je sais aussi être violente. Il est fort et grand, mais je suis discrète et rusée… En plus de savoir me battre. « Mon pauvre… Tout le monde joue à cache-cache. Il suffit d’ouvrir les yeux. », répond l’ombre sur l’arbre de marbre. Les Phénix jouent à ce jeu depuis longtemps, les citoyens cachent leurs torts et certains… dissimulent des secrets honteux. Theresa connaît cette réalité : la vérité est placée dans des coffres fermés et il faut trouver la clé. La bonne. Les enfants s’amusent à imiter ce comportement des adultes.

La conversation l’intéresse davantage lorsqu’il retourne à sa mère. La Mulciber se penche sur un détail en particulier : tu t’es trompé de Salamander. Ah bon ? Alors qui devrais-je traquer ? Le frère, le père… la sœur peut-être ? Beaucoup de suspects, et pourtant je vois un coupable devant moi… Cela devient intéressant mais très compliqué. Trop compliqué. Il rend tout cela alambiqué… Il essaie de m’embrouiller… Croit-il que je sois assez idiote pour me laisser avoir ? Ah, ah… peut-être dans une autre vie. « Au contraire, les noms m’intéressent. Je n’ai pas peur des longues listes. », affirme-t-elle. Quiconque travaille à la Commission de la Trahison (ou n’importe quelle autre commission) doit savoir garder la tête froide devant des vagues colossales d’informations. Que sa mère se traîne… de la sorte la dégoûte mais elle doit savoir.

Qui sait ce qu’elle pourrait apprendre avec cette liste.

À ce moment, elle se rend compte qu’elle devra prendre un risque. De toute évidence, le Salamander restera muet tant qu’elle restera dans sa tanière. Elle décide alors de se présenter.

Mais avant, le verre d’eau.

La véritable Theresa reprend son expression candide et se mêle parmi les gens, toujours préoccupés par les festivités pendant que ses clones suivent le chasseur à l’œil. Ça lui prend quelques secondes pour se prendre un verre d’eau avant de disparaître, ni vue ni connue.

De retour, elle ose marcher sans sortilège de silence, provoquant un bruit de pas en écho. Elle s’extirpe de la noirceur, en chair et en os. De sa main droite équipée de la chevalière, elle tient sa baguette de laquelle elle fait des moulinets. La Mulciber s’attend à l’utiliser à chaque instant. Les clones disparaissent. De sa main gauche, un verre immaculé où une limpide réside en compagnie de quelques glaçons. Le verre lévite et vole avec douceur vers Lux. « Voilà, un verre d’eau apporté par mes soins. » Sourire espiègle. Bien sûr, il n’y a que de l’eau. Les clones disparaissent mais Theresa n’a pas abandonné l’idée de se protéger : quelque chose d’invisible pourrait amortir une attaque en traître.

Changement de stratégie. « Et si l’on parlait un peu de toi ? Tu me sembles tendu… Ce n’est tout de même pas mon investigation qui te met dans un pareil état, si ? »

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Chibis par Eoin:
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 06/07/2018
Célébrité : Alexander Ludwig
Crédits : (c) balaclava

Double compte : Nilhem Kark & Hija Sabordage

Age : 24 ans
Sang : Pur
Statut : Célibataire, aimant se faire plaisir discrètement.
Métier : Chasseur de dragons, il aime la traque et la mise à mort à peu près autant que la découpe et la revente.
Baguette : Bois de sapin, 22cm, ventricule de coeur de dragon.
Dialogue : firebrick

Re: Madness returns
ce message a été posté Sam 28 Juil - 8:41



madness returns

theresa & lux


Mon pauvre… Tout le monde joue à cache-cache. Il suffit d’ouvrir les yeux. Le Salamander fait jouer sa nuque, douloureusement. La gamine commence sérieusement à jouer avec ses nerfs, avec son ton condescendant. Pour qui se prend-elle, au juste ? Mais il n’est pas inconscient au point de jouer avec des forces qui le dépassent. Et, tout versé qu’il est dans certaines arcanes de la magie noire, il n’est aucunement en état de les pratiquer correctement en cet instant. Et mettre la galerie à feu et à sang n’est pas une bonne idée. Les lâches le font. C’est vrai. Il est sans doute mal placé pour parler, lui qui dissimule ses vices et son affliction à la face du monde. Mais il ne parle pas de ça. Il parle d’avoir une réelle discussion. D’approcher les gens correctement. Cette fille est complètement folle. C’est bien ce que je te dis … il faut que tu la tues. Non. Trop de conséquences. Contiens-toi, Lucifer. Non … laisse moi les rênes. Tu ne le regretteras pas. C’est la pensée de Mervyn qui le fait tenir. Encore un peu. Au contraire, les noms m’intéressent. Je n’ai pas peur des longues listes. Mais de quoi parle-t-elle ? Il en a perdu le fil, tout à son combat intérieur. Une liste ? Des noms ? Ses tempes sont extrêmement douloureuses. Il en masse une, de sa main libre, essayant de réfléchir. Ah, oui, sa mère. Sa traînée de mère. Stop, il faut que ça s’arrête. Ca ne change pas grand-chose. Mais il a l’impression de parler dans le vent. Dans le vide. Ses instincts ne le trompent pas. Il est seul. A part les deux ombres qui continuent de le regarder. Il en profite pour se prendre la tête dans les mains. Elle n’a pas pu disparaître. Elle n’a pas l’air d’avoir envie d’abandonner. Il va falloir qu’elle parte, pourtant. Avant qu’il ne puisse plus se contrôler. Il pourrait transplaner …

… mais des pas l’informent que c’est terminé. Et c’est la jeune fille en chair et en os qui se tient à présent devant lui. Mauvaise, mauvaise idée. Et un verre. Voilà, un verre d’eau apporté par mes soins. Sil y a quelque chose de profondément malsain dans son sourire. Il ne sait pas pourquoi il ne l’a pas ressenti avec cette force avant. Il a soif. Et l’eau aiderait. Mais il n’est pas fou. Elle veut t’empoisonner. Ou lui faire boire du Veritaserum. Et si l’on parlait un peu de toi ? Tu me sembles tendu… Ce n’est tout de même pas mon investigation qui te met dans un pareil état, si ? Un rire lui échappe. Plus rauque que celui qu’il sert habituellement à la face du monde. Et il renverse le verre à ses pieds. Il sent que le démon n’est pas loin d’avoir le dessus sur lui. Il faut qu’il se serve de ce qui lui reste de temps et de lucidité pour la faire déguerpir. Même si elle ne semble pas disposée à le faire. Je ne suis pas né hier. Il prend son temps, jusqu’à la dernière goutte, jusqu’à ce que les glaçons s’éclatent à ses pieds. Il faudrait qu’il la fasse taire. Qu’il la ligote juste le temps que l’orage passe, qu’il lui fasse oublier ensuite … Ou alors tu la tues. Elle ne manquera à personne. C’est juste une gamine encombrante et visiblement dérangée qui pourrait s’avérer dangereuse. La voix a changé, c’en est une autre. Plus posée, plus calme, au ton impeccable qui ressemble étrangement à celui de Mervyn ; et si son esprit commence à se servir de ses barrières défensives contre lui, il est fichu. Clairement. Et elle aussi, par la même occasion. Et si on parlait de toi plutôt ? Ses épaules musculeuses roulent alors qu’il bouge pour lui faire face,  décrivant un arc de cercle, se plaçant entre la sortie et elle, « Theresa » entre le mur et lui. Un chasseur. Tu n’es pas Theresa Mulciber. Pas celle qu’il connaît. Pas celle que le monde connaît. Alors je ne vais certainement pas te parler de moi. Physiquement, pourtant, c’est elle, surtout débarrassée de ses doubles, de ces ombres. Mais il y a quelque chose de profondément différent. Sur lequel il n’arrive pas à mettre le doigt. Ce qui le fait tiquer. Autant que les voix, qui se font plus pressantes. Elles sont deux, maintenant, à s’entremêler. C’est peut-être une terroriste. Venue semer la mort directement à Avalon. Il faut que tu la tues. Ses phalanges blanchissent alors qu’il tente de se raccrocher à la réalité. Il ne trouve en réalité que le verre, ce pauvre verre qui n’a rien demandé à personne qui explose dans sa main. Des éclats volent partout alors que le carmin jaillit, ruisselant sur ses doigts et son poignet. Sans lui arracher une grimace. Il se contente de la fixer : Tu as trente secondes pour me dire qui tu es et à quoi tu joues. Après cela, il ne répond plus de rien.


(c) DΛNDELION

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Into the Fire
ANAPHORE
Cachet d'aspirine
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 165
Date d'inscription : 08/11/2017
Célébrité : Nastya Zhidkova
Crédits : Chicken Smoothie

Double compte : Alice Charley, Hélios C. Kark & Esther Baron

Age : 19 ans
Sang : Sang-pur
Statut : En attente de fiançailles mais en couple (fidèle) avec Anastaz Hunter
Métier : Stagiaire à la Commission de la Trahison
Baguette : 28 centimètres en bois d’aubépine avec pour cœur un crin de sombral, droite et rigide.
Epouvantard : Elle-même
Dialogue : Theresa : #00cc66 Theresa bis : #9068ff

Albinos - Fais plus confiance à son grand-père ou son oncle qu'à ses propres parents - Adorable petite Sang-Pure de bonne famille le jour, peste sanguinaire la nuit - Étudie la magie noire et ça ne l'aide pas à réfréner ses tendances violentes - Naïve mais pas stupide - Cuisinière intempestive de muffins et autres pâtisseries
Re: Madness returns
ce message a été posté Sam 28 Juil - 23:59
Tu n’es pas Theresa Mulciber.

À cet instant, Theresa se raidit et pâlit (autant qu’il demeure possible pour elle de pâlir). Il a raison… Qu’est-ce que je fais ici… ça ne me ressemble pas, je ne devrais pas faire cela. C’est inutile et… et…

Non, continue.
Je refuse. Partons. Je t’ai laissé trop de manœuvre, tu fais n’importe quoi.
Tu ne comprends pas. Tu dois continuer. C’est important. Fais ce que je te dis.
Non. C’est assez.
Très bien.

Le verre éclate. La gentille petite Sang-Pur quitte la galerie d’art. Noir total. Comme si elle s’était évanouie. Autre chose a pris place. Il s’agit de la première fois que sa nature… prend les devants avec autant de force. Si puissante qu’elle peut mettre sa jumelle de côté. Elle l’a envoyé dormir dans un coin de la tête. Nous pourrons enfin discuter… seul à seul. Sa magie noire devient plus oppressante. Elle agit pareil à une aura. Les yeux gris de l’albinos… virent à l’orangé ? Durant l’espace d’une seconde, sous le reflet d’une lumière orpheline. Retour au gris. « Theresa voulait parler à Lux. Moi, je veux discuter avec Lucifer. » Sa voix a changé avec subtilité. Elle vient chercher des tons plus graves – tout en restant féminins. « Elle croyait être venu pour sa mère… Mais je l’ai guidé ici pour toi. J’ai senti ta trace… » Elle marche sur le côté, jugeant la bête en face. La Chose se mord les lèvres, laissant un coulis rougeâtre décoré le coin de ses lèvres. Elle reprend le sourire. « Je ressens ton désir de violence… Et ça goûte la cannelle. » Ses murmures composent une formule. Les extrémités de l’arbre de marbre deviennent pointues, noires et tombent à la manière d’un saule. « Tu ne m’en veux pas de refaire la décoration ? Ces mièvreries me fatiguent… »

Sa nature s’est endormie durant des années. Des années à subir les revers d’un corps féminin en proie aux douleurs cycliques, à ce qu’elle appelle des faiblesses et à des conversations aussi intéressantes que du gazon sec. Mais maintenant… La présence de cet autre similaire lui donne la force pour prendre le dessus. De se révéler dans son entièreté. De goûter à pleine dent à la vraie vie. « Qui suis-je ? En voilà une bonne question… Un esprit malin, un parasite… une malédiction peut-être ? » Gloussement. « Je viens d’un endroit atroce où il fait toujours nuit. On m’y a enfermé là et on m’a laissé croupir parmi le mal et les sanglots de ceux qui sont tombés… Et me voici. Presque libre. » Le corps de Theresa continue de marcher d’un pas mesuré, tournant en demi-cercle autour du chasseur. « En ce qui concerne mon… jeu, tu dois bien savoir de quoi il en retourne, n’est-ce pas ? »

Spoiler:
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Chibis par Eoin:
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 06/07/2018
Célébrité : Alexander Ludwig
Crédits : (c) balaclava

Double compte : Nilhem Kark & Hija Sabordage

Age : 24 ans
Sang : Pur
Statut : Célibataire, aimant se faire plaisir discrètement.
Métier : Chasseur de dragons, il aime la traque et la mise à mort à peu près autant que la découpe et la revente.
Baguette : Bois de sapin, 22cm, ventricule de coeur de dragon.
Dialogue : firebrick

Re: Madness returns
ce message a été posté Dim 29 Juil - 11:03



madness returns

theresa & lux


Quelque chose ne va pas. Quelque chose ne va vraiment pas et l’instinct du Salamander lui hurle une chose que jamais, ô grand jamais il ne lui a crié : de s’enfuir. Lux n’a jamais déguerpi. Cela lui a valu de nombreuses blessures avant qu’il ne comprenne la subtilité de la retraite stratégique pour mieux frapper ensuite. Mais ce n’est pas de cela dont il s’agit maintenant. Il s’agit d’une force viscérale, au bord de sa conscience, prenant sa source profondément en lui qui s’est éveillée. L’air se fait irrespirable. Mais le guerrier ne bouge pas alors que les voix se réveillent. Tu aurais du la tuer tout de suite. Elles tempêtent, deviennent âpres : Saigne-la, MAINTENANT. Le bout de sa baguette s’illumine et le sort est au bord des lèvres quand un éclat surnaturel vient agiter les pupilles de la jeune fille en face de lui. Theresa voulait parler à Lux. Moi, je veux discuter avec Lucifer. Il avait raison. Ce n’est pas Theresa. C’est le chasseur de dragons qui prend le dessus, analysant son adversaire. Tu ne seras pas assez pour ça … perds le contrôle. Elle croyait être venu pour sa mère… Mais je l’ai guidé ici pour toi. J’ai senti ta trace… Senti ta trace … les mots font écho alors que les voix se déchaînent. Faisant un pas sur le côté, il ne la perd pas des yeux. Elle saigne. Semble se délecter du moment présent. La magie explose autour d’eux. Il n’a toujours pas peur. Il n’a jamais eu peur. Il tente de comprendre. De savoir quoi faire, alors que sa boîte crânienne explose. Il y a quelque chose qui essaye de se manifester, qui veut prendre le dessus, lui montrer.

Qui suis-je ? En voilà une bonne question… Un esprit malin, un parasite… une malédiction peut-être ? Malédiction. « Je viens d’un endroit atroce où il fait toujours nuit. On m’y a enfermé là et on m’a laissé croupir parmi le mal et les sanglots de ceux qui sont tombés… Et me voici. Presque libre. Il est là. Il a enfin compris. En ce qui concerne mon… jeu, tu dois bien savoir de quoi il en retourne, n’est-ce pas ? Tu ne comprends rien ! C'est pour les protéger, Titus ! Là-dedans, il ne pourra pas les trouver ! La voix de sa mère, et ces mots, vieux d’au moins une décennie, s’imposent à lui. Il se souvient de l’obscurité, de la terreur de ses cadets. De son incertitude, de son impuissance, de son désir de les protéger. Et c’est tout ce qui compte en cet instant. Il a perdu les pédales. Game over. Il les cherche ! Il veut les marquer eux aussi ! Il ne les aura pas ... Non, non ... Moi vivante, jamais. Tu nous as retrouvés … félicitations. C’est toujours Lux qui est là. Quelque part. Mais c’est Lucifer Rosier qui parle. Mais, moi vivant, tu ne nous auras pas. Les mots de sa mère s’imposent à lui. Ainsi que cet instinct de protection. Il aurait dû la tuer plus tôt. Il n’aurait pas du hésiter. Lilith avait raison. Toutes ses années où, malgré son affection pour sa mère, il l’a crue folle. Cette malédiction, celle de leur famille, même si elle s’est arrêtée avec lui, avec eux, ne leur laissera jamais de répit. Il n’a pas peur. Toujours pas. Il rentre dans la ronde de la créature face à lui. Chasseur. Jamais proie. Elle ne l’aura pas. Elle n’aura pas Beverly. Elle n’aura pas Chamaël. Un éclair lumineux déchire un tableau, manquant de peu la créature aux réflexes impressionnants. Il n’a pas frémi. Et continue de tenir sa position. En évitant à tout prix de se trouver dos au mur. Retourne d’où tu viens si tu ne veux pas disparaître définitivement. Il est prêt à tout. Pour les siens. Il en a oublié Theresa. Et où ils se trouvent. Il a perdu le contrôle. Totalement.


(c) DΛNDELION

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Into the Fire
ANAPHORE
Cachet d'aspirine
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 165
Date d'inscription : 08/11/2017
Célébrité : Nastya Zhidkova
Crédits : Chicken Smoothie

Double compte : Alice Charley, Hélios C. Kark & Esther Baron

Age : 19 ans
Sang : Sang-pur
Statut : En attente de fiançailles mais en couple (fidèle) avec Anastaz Hunter
Métier : Stagiaire à la Commission de la Trahison
Baguette : 28 centimètres en bois d’aubépine avec pour cœur un crin de sombral, droite et rigide.
Epouvantard : Elle-même
Dialogue : Theresa : #00cc66 Theresa bis : #9068ff

Albinos - Fais plus confiance à son grand-père ou son oncle qu'à ses propres parents - Adorable petite Sang-Pure de bonne famille le jour, peste sanguinaire la nuit - Étudie la magie noire et ça ne l'aide pas à réfréner ses tendances violentes - Naïve mais pas stupide - Cuisinière intempestive de muffins et autres pâtisseries
Re: Madness returns
ce message a été posté Lun 30 Juil - 7:34
Moi, vivant, tu ne nous auras pas.
Trop tard Lucifer, je t’ai déjà eu.


Elle évite l’éclair lumineux. Réflexes au point. La Chose continue sa parade envers le surhomme face à lui.

Retourne d’où tu viens si tu ne veux pas disparaître définitivement.
Trop tard Lucifer, je suis déjà là.


Son sourire transpire l’arrogance. L’arrogance d’un alter ego pervers qui s’amuse de cette situation. Ô diable ce qui arrivera de son hôte suite à cela… Quoique, la Jumelle sait que si sa pauvre, petite et innocente, Theresa va mal… Elle ira mal à son tour. Pas le choix. Elles partagent la même chair, leur cœur se divise en deux… Une sentimentalité qui la rend malade. « Je ne disparaîtrai jamais. Ni Theresa, ni toi, ni personne ne peut rien y faire… Je reviendrai. Toi aussi, tu reviendras. » La baguette d’aubépine éclate en plusieurs ailes velues. Des chauves-souris sont expulsées et volent tel un essaim vers la cible.

Elles veulent son sang… Son délicieux sang… Ah oui, je le vois qui écrase mes mignons serviteurs comme s’ils n’étaient rien du tout… C’est la chaleur de là où je viens, de là où il vient… Ça me rend… plus forte.

Un pas en arrière. On dirait un bond. Sa parade devient danse comme ses jambes s’activent pour répliquer n’importe quelle attaque. La guerre pensée comme une chorégraphie. Il n’y a que son autre elle pour manier la magie noire jusqu’à pousser l’élégance de la chose sous une forme d’art…

Nouveau moulinet. Nouvelle métamorphose. Une partie du plancher s’évapore en papillons d’un bleu électrique. Ça déborde. Theresa bis a disparu. Lux l’a peut-être remarqué ? Serait-elle au plafond, près d’un mur… derrière lui ? « À quoi donc utiliser la parole, si c’est pour finir par nous jeter des éclairs ? » Une voix lointaine, en écho. Néanmoins, sa silhouette ne pouvait échapper à l’œil vigilant du chasseur. La voilà de retour, dans un coin, sous le parapluie d’une pénombre tentaculaire. Les yeux de l’albinos se cernent à vu d’œil. « Tu pourrais abattre quelques moldus pour te calmer… ce serait trop facile. » Sourire embarrassé. « Allons… ne me dit pas que tu n’y as jamais pensé. Un plus un de moins… c’est vite oublié, puis ça pleure très bien… » Une araignée descend le long de sa jambe. Coup de baguette, elle grossit. Elle prend des formes grotesques au pied de sa maîtresse et créatrice. « Il y a encore de lui en toi… Du sang de feu Salamander. Ça t’empêche de réfléchir… De voir les choses sous mon angle. » La Chose attend, comme si une réponse pourra la satisfaire. Surement pas plus que les précédentes… mais si ça vient chercher ce dont elle a besoin… Ça lui irait. Juste un peu de sang de dragon... Ça lui suffirait peut-être.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Chibis par Eoin:
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 06/07/2018
Célébrité : Alexander Ludwig
Crédits : (c) balaclava

Double compte : Nilhem Kark & Hija Sabordage

Age : 24 ans
Sang : Pur
Statut : Célibataire, aimant se faire plaisir discrètement.
Métier : Chasseur de dragons, il aime la traque et la mise à mort à peu près autant que la découpe et la revente.
Baguette : Bois de sapin, 22cm, ventricule de coeur de dragon.
Dialogue : firebrick

Re: Madness returns
ce message a été posté Mar 31 Juil - 7:33



madness returns

theresa & lux


Il faut en finir. Mais il n’a pas hérité des prédispositions en démonologie de sa mère. Iul n’y connaît rien. Il n’est que force brute, que certitude absolue qu’il faut qu’il agisse. Que la Chose en face de lui pourrait causer sa perte et celle des siens. Que les terreurs nocturnes de Chamaël ont pris forme et qu’il faut qu’il y mette un terme avant qu’elle n’arrive jusqu’à lui. Qu’elle voudrait goûter la chair de Beverly pour la marquer. Lilith avait raison. Depuis le début. Il ne hurlera pas pour appeler sa mère. Il a passé l’age, si tant est qu’il l’ait déjà fait, ce qui n’est même pas sûr. Fait de la plus solide des étoffe, du cuir même du dragon, il ne faiblira pas. Pas tant qu’il ne sera pas parvenu à ses fins. Je ne disparaîtrai jamais. Ni Theresa, ni toi, ni personne ne peut rien y faire… Je reviendrai. Toi aussi, tu reviendras. Ses lèvres s’écartent, mais sa langue change de tactique, un Incendio impérieux s’en échappant, murmure rocailleux. Il ne tournera pas les talons. Il ne baissera pas sa garde. L’un d’entre eux va disparaître. Et ce n’est pas lui. Il avance toujours, sans la quitter des yeux. Il veut se jeter sur elle. Lui faire sentir l’étendue de sa force, de sa puissance, peut-être même faire craquer sa jolie nuque sous ses doigts. Plus compliqué de lui répondre de la sorte. Ses muscles jouent alors qu’il se ramasse pour prendre son élan … et se retrouve à sauter sur des papillons. Roulant au sol, il s’en éloigne, leur envoyant un jet enflammé pour la forme. Qui sait ce que ces créatures peuvent avoir sur les ailes ou dans les veines ?

À quoi donc utiliser la parole, si c’est pour finir par nous jeter des éclairs ? Pas de paroles. Le Malin se nourrit des mots, il le sait. Il lui semble le savoir. Qui le lui a dit ? Tue-la. Il tourne sur lui-même, avec précautions, dès qu’il a repris pied, pour observer les alentours. Et il la retrouve, un peu plus loin. Son apparence physique commence à se dégrader. Il aurait sans doute du penser à son enveloppe corporelle, à Theresa, savoir ce qu’elle est en train de subir, ce que l’Autre lui fait endurer … Tu pourrais abattre quelques moldus pour te calmer… ce serait trop facile. Allons… ne me dit pas que tu n’y as jamais pensé. Un plus un de moins… c’est vite oublié, puis ça pleure très bien… De quoi lui parle-t-elle ? Il ne comprend pas où elle veut en venir. Il ne veut pas comprendre, il ne fera pas l’effort. L’araignée ne le fait même pas frémir. Il y a beaucoup plus dangereux dans la pièce. Et il est temps de s’en occuper. Pour de bon. Il y a encore de lui en toi… Du sang de feu Salamander. Ça t’empêche de réfléchir… De voir les choses sous mon angle. Je ne verrai jamais les choses sous ton angle. Une promesse, qu’il lui fait, qu’il se fait, qu’il fait à sa mère, aussi, et à sa fratrie. Parce que quand bien même elle serait venue pour lui. Pour eux. Elle repartirait bredouille. Les Rosier sont devenus Salamander et ont retrouvé la lumière. Lux. La lumière. Pour ne jamais oublier. Je t’ai donné une chance. C’est fini. Et toute la rage qu’il ressent, toute cette violence, l’emprise de son souvenir, tout se libère dans un grand jet enflammé partant en direction de la Bête habitant une frêle enveloppe mortelle, commençant pas embraser l’hideux arachnide. Les flammes se reflètent dans les yeux de Lucifer. Que cette Chose retourne à l’enfer auquel elle appartient.


(c) DΛNDELION

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Into the Fire
ANAPHORE
Cachet d'aspirine
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 165
Date d'inscription : 08/11/2017
Célébrité : Nastya Zhidkova
Crédits : Chicken Smoothie

Double compte : Alice Charley, Hélios C. Kark & Esther Baron

Age : 19 ans
Sang : Sang-pur
Statut : En attente de fiançailles mais en couple (fidèle) avec Anastaz Hunter
Métier : Stagiaire à la Commission de la Trahison
Baguette : 28 centimètres en bois d’aubépine avec pour cœur un crin de sombral, droite et rigide.
Epouvantard : Elle-même
Dialogue : Theresa : #00cc66 Theresa bis : #9068ff

Albinos - Fais plus confiance à son grand-père ou son oncle qu'à ses propres parents - Adorable petite Sang-Pure de bonne famille le jour, peste sanguinaire la nuit - Étudie la magie noire et ça ne l'aide pas à réfréner ses tendances violentes - Naïve mais pas stupide - Cuisinière intempestive de muffins et autres pâtisseries
Re: Madness returns
ce message a été posté Mar 31 Juil - 16:14
C’est fini… Non ce n’est pas fini ! Ça ne finira jamais… Que les flammes de l’enfer t’emportent, maudit sois-tu… Son refus brise la Chose. Les flammes fondent sur l’araignée comme une vague et finissent par attendre la Mulciber. Sa peau de porcelaine se fait déchirer par des flammèches, ses souliers sentent le brulé et elle lâche un cri aigu.  « Tu te crois fort ? Un jour tu sombreras… Oui tu sombreras et finiras dévoré par un dragon... » Trop de lumière pour la Créature.

Theresa bis effectue une roulade pour se débarrasser des flammes… du mieux qu’elle peut. Pas de Finite Incantatem : ça pourrait nuire à la Présence. Alors, les brûlures continuent de lécher des parties de son corps. Encore. La vraie Theresa s'éveille, souffre, agonise dans sa prison en suppliant de retourner à la maison et prendre du thé… Retourner à la normale, rien qu’à la normale… L’Autre n’écoute pas.

Sa baguette lance une multitude de sortilèges en direction de Lux. Certaines dévient et se plantent sur des tableaux. Le bordel s’accumule mais l’agitation du combat affronte les flammes. Elle arrache le bas de sa robe, laissant ses genoux visibles (une vision rare, en particulier pour un homme). De sa manche, elle essuie du sang du bord de sa bouche et de sa narine droite. « Vas-y… viens me tuer. Tu libéreras le monde de ma présence… pour un instant. Viens, héros ! » Ses yeux virent à l’orange. Rire moqueur. S’il venait pour la tuer… La Chose sait que ça assombrira l’âme de Lux. Sa dernière chance de venir chercher de la force. Celle dont elle veut se gaver, tout de suite. Assez pour la permettre de… rester en vie. Ou de mourir dans une jouissance mortelle.

Je ne veux pas mourir. Je refuse. Il me reste tant de choses à faire… Par pitié, j’ai fait trop de mal pour partir maintenant. Je… je dois protéger Nilhem, aider Salomé, écouter les histoires d’Elizabeth, aimer Anastaz, lire des ouvrages et… livrer mes excuses à Lux. Oui, je devrais faire ça.

Tu ne feras rien espèce de sotte incapable ! Ne comprends-tu pas que c’est grâce à moi que le premier venu ne se sert pas de toi comme d’un jouet ? Ne comprends-tu pas que je suis la seule chose qui puisse te donner la force d’avancer ? Tu doutes de moi, maintenant ?

Tu ne veux que la destruction. Si tu le pouvais, tu mettrais toute la ville à feu et à sang. Nous avions conclu que nous ferions du mal à nos ennemis. Lux n’est pas notre ennemi… Il l’est devenu par ta faute. Tu…

Ferme-la sale pucelle pourrie gâtée. Tu es une erreur. Ce corps m’appartient. Si je n’étais pas tombé des escaliers, tu serais resté dans ton coin à ne jamais exister. Tu es une erreur, personne ne t’aime et ne t’aimera jamais. Tu ne sers à rien, tu es stupide et naïve, ton petit-copain se moque de toi, comme tous les autres. Le monde mérite la mort et…

Je vais te tuer. JE VAIS TE TUER TU COMPRENDS ? JE VAIS T’ÉCLATER EN MORCEAUX ET TE DONNER À MANGER AUX CHIENS, IMPURETÉ.


Tout le temps de ce monologue interne, les deux s’engageaient dans un duel. L’odeur de sueur inonde la salle. L’arbre décoré par Theresa bis commence à reprendre des teintes de blanc alors que… Theresa se frappe elle-même. Très fort. Trop fort. Une nouvelle giclée de sang sort de sa bouche. Ses yeux redeviennent gris mais sombres. Perdue, elle réussit néanmoins à éviter un sortilège de justesse.  « Je… ne… me… laisserais pas mourir, Lux. », répond-elle de sa voix aiguë, de jeune fille. L’adrénaline et l’instinct de survie : les deux choses qui la maintiennent debout à l’heure actuelle. « Je me fiche de ce qu’elle a pu te dire… » Ou de la Chose qui se cache en toi. « Mais je resterai debout. » Fierté de Mulciber. Fierté d’une jeune femme qui a trop vécu pour son âge. D’un geste fugitif, elle enlève une mèche de ses cheveux blanc de sur son visage. « Je suis navré. Je ne voulais pas ça... mais je ne me laisserai pas mourir. », dit-elle plus pour elle même que pour Lux.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Chibis par Eoin:
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 06/07/2018
Célébrité : Alexander Ludwig
Crédits : (c) balaclava

Double compte : Nilhem Kark & Hija Sabordage

Age : 24 ans
Sang : Pur
Statut : Célibataire, aimant se faire plaisir discrètement.
Métier : Chasseur de dragons, il aime la traque et la mise à mort à peu près autant que la découpe et la revente.
Baguette : Bois de sapin, 22cm, ventricule de coeur de dragon.
Dialogue : firebrick

Re: Madness returns
ce message a été posté Dim 5 Aoû - 13:43



madness returns

theresa & lux


Les flammes. Un élément qu’il ne connaît que trop bien et pour lequel il éprouve une certaine fascination. « Tu te crois fort ? Un jour tu sombreras… Oui tu sombreras et finiras dévoré par un dragon... » Probablement vrai. Il ne se voit pas périr autrement, il sait qu’une longue vie paisible où il mourra entouré de ses enfants et de ses petits-enfants … n’est pas pour lui. Mais pas aujourd’hui. Pas des griffes d’une créature comme elle. Sa famille s’est battue pour le libérer de ce fardeau. Elle n’aura pas le dernier mot. Pour les Rosier. Pour les Salamander. Il survivra. Et elle disparaîtra. Le combat est engagé, malgré les flammes qui lèchent encore la peau et la tenue de la demoiselle. Non. De l’être. Ce n’est pas une demoiselle. Ce n’est un ennemi à abattre. Les sortilèges et parades fusent, finissant d’abîmer la collection dans l’indifférence générale. C’est un combat à mort, de deux volontés implacables qui s’affrontent. Et il n’y aura qu’un seul survivant. Et ce sera lui. Elle s’arrête. Il reprend son souffle. Il n’y a pas de sang, sur lui. Pas encore. Tue-la. « Vas-y… viens me tuer. Tu libéreras le monde de ma présence… pour un instant. Viens, héros ! » C’est un monstre. Il faut l’empêcher de nuire. L’injonction est simple. Et tout lui hurle de l’achever. Maintenant. Ils reprennent leur danse mortelle et macabre. Il n’a pas d’autre but que de la faire plier. Il portera le coup létal de près. Jusqu’à ce que …

« Je… ne… me… laisserais pas mourir, Lux. » Le temps suspend son cours, quelques secondes. Et le mouvement de la baguette du Salamander également. Est-ce une ruse ? « Je me fiche de ce qu’elle a pu te dire… Mais je resterai debout. » Le chasseur s’arrête. Entend son cœur battre la chamade. Le sang pulser à ses tempes. Il analyse. Prudemment. « Je suis navré. Je ne voulais pas ça... mais je ne me laisserai pas mourir. » La Chose n’est plus là. Pour l’instant. Ce qui n’est pas sans soulever une vague de questions. Est-elle partie pour de bon ? A t-elle pris le contrôle du corps de la Mulciber pour l’atteindre uniquement ? Ou est-elle là, quelque part, encore, sous l’écorce ? Il ne baisse pas sa baguette pour autant. Les voix se sont tues, brutalement, comme soufflées par le départ de l’Autre. Ou par la fatigue qui s’abat sur lui, avec la migraine tant attendue et tant redoutée. « Où est-elle partie ? » Ses muscles tremblent, sous l’effort pour continuer à raisonner convenablement. Il faut qu’il s’en aille. Il n’a plus la force, plus les capacités de lutter. Il y a de la sueur, sur son front, et les doigts de sa main libre s’agitent de tics nerveux. Sa chemise est également mouillée, mais sa veste dissimule en grande partie les dégâts … pour le reste … Son regard embrasse la pièce … où les dégâts sont multiples. Outre l’arbre que Theresa a modifié, des toiles ont été endommagées. « On ne peut pas rester là. » Il a des sueurs froides, il lui faut une douche et potentiellement un câlin de Sheitan. Sa fureur est retombée extrêmement rapidement. Comme douchée. Une fois que les voix ont désertées sa boîte crânienne. Et en parlant de crâne … il porte sa main libre à ses tempes, retenant une grimace. « Mais d’abord … c’était quoi, ça ? » Il a besoin de savoir. Rapidement. Pour savoir quoi faire. S’il peut la laisser partir. Ou s’il faut agir, maintenant.


(c) DΛNDELION

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Into the Fire
ANAPHORE
Cachet d'aspirine
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 165
Date d'inscription : 08/11/2017
Célébrité : Nastya Zhidkova
Crédits : Chicken Smoothie

Double compte : Alice Charley, Hélios C. Kark & Esther Baron

Age : 19 ans
Sang : Sang-pur
Statut : En attente de fiançailles mais en couple (fidèle) avec Anastaz Hunter
Métier : Stagiaire à la Commission de la Trahison
Baguette : 28 centimètres en bois d’aubépine avec pour cœur un crin de sombral, droite et rigide.
Epouvantard : Elle-même
Dialogue : Theresa : #00cc66 Theresa bis : #9068ff

Albinos - Fais plus confiance à son grand-père ou son oncle qu'à ses propres parents - Adorable petite Sang-Pure de bonne famille le jour, peste sanguinaire la nuit - Étudie la magie noire et ça ne l'aide pas à réfréner ses tendances violentes - Naïve mais pas stupide - Cuisinière intempestive de muffins et autres pâtisseries
Re: Madness returns
ce message a été posté Dim 12 Aoû - 23:19
Lux semble s’apaiser : autant qu’on puisse s’apaiser en ce type de situation. Theresa prend une grande inspiration, préparant son prochain sortilège : tuerait-elle son opposant en toute conscience ? Non… Aucune magie noire ne perle sur le bout de sa baguette. Un trop banal Stupefix attend. Elle titube de gauche à droite, ses frêles jambes supportant mal le bain de flammes et l’effort.

L’albinos prend le temps de passer sa main disponible contre son visage. Ses doigts ruissellent de son propre sang. Du sang… qu’est-ce que j’ai reçu… Je ne suis pas blessée ? Ça sort… du nez, de ma bouche… C’est… c’est la magie qui a fait ça ?

Où est-elle partie ?


« Qui sait. » Elle sait. Quelque part dans les tréfonds de son âme. Quelque part dans sa propre tête… ou serait-ce elle qui habite l’esprit de l’Autre ? La Chose se dissimule parmi ses veines, il vient gruger les artères de son cœur… Inutile de déclarer que le problème vient d’elle. On ne peut pas rester là… C’est une certitude. Nous avons ravagé cet endroit. C’est indigne. « En effet. » C’était quoi, ça ? Theresa grimace. Doit-elle expliquer que sa tête se divise ? Qu’elle est… folle, probablement plus que folle ! Que la magie noire pourrait avoir raison d’elle, qu’elle a surestimé sa propre force et que cette puissance lui revient droit au visage ? Non… hors de question… que j’avoue. Toutefois, la voilà confronté au ridicule du déni. « Je peux te demander la même. » Sec. Elle accepte malgré tout de renchérir. « Elle se nourrit du mal. Ça alimente sa magie. Elle a trouvé en toi une source pour... sa venue. » L’énergie négative, les émotions noires… Ensuite, il s’agit d’elle qui se laisse corrompre. Derrière, son ombre sourit et l’attire pas à pas vers l’enfer. « Je… je ne voulais pas ça. » Je voulais qu’elle s’attaque aux méchants. Aux terroristes, aux abominations dans le but de faire le bien… On dirait qu’elle ne recherche que son propre intérêt. Vampire, malédiction… « C’est une malédiction et je n’ai pas encore trouvé le moyen d'y échapper. » Va-t-il la laisser se promener en liberté après cet épisode ? Va-t-il l’empêcher de partir ? Possible. Dans tous les cas, elle fera tout pour retrouver son lit. Absolument tout. Ainsi, elle avance d’un pas vers la sortie. Puis un autre, sachant qu’elle se rapproche du Salamander. « Je m’en vais, que ça te plaise ou non. Nous n’avons plus rien à nous dire. », dit-elle d’une hargne qui tranche avec son habituel douceur. Que Lux retourne à ses démons ; elle retournera aux siens.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Chibis par Eoin:
 
Contenu sponsorisé
Re: Madness returns
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les sept quartiers